A Lyon, démarrage réussi pour le Bus du Partage

Le Bus place Jean Macé.

« Des ‘’trop’’ pour ceux qui n’ont pas assez », tel est le credo du Bus du Partage, qui depuis le 3 février s’installe chaque mercredi place Jean Macé, puis place Abdel Kader l’après-midi. En réalité camping-car reconverti, il arbore sur son flanc un grand tableau blanc à deux colonnes servant à recueillir les besoins des démunis et recenser les dons. Un prénom et le bien demandé ou donné, sans oublier la taille pour les vêtements, le principe est simple. Et efficace !

Ce mercredi 17 février est une froide journée, mais l’activité entourant le bus est particulièrement intense. Les deux colonnes sont dès le matin bien remplies : de nombreux passants de retour du marché prennent le temps de s’arrêter pour découvrir l’initiative. Le bus intrigue, plusieurs riverains descendent de leur appartement pour s’enquérir de ce nouveau venu. Certains reviennent, les bras chargés, à peine quelques minutes plus tard. Comme Antoine, qui de retour avec une veste épaisse et un pantalon, ne manque pas de féliciter les bénévoles : « c’est une super idée ! »

Certains sans-abris du coin font déjà du Bus un rendez-vous hebdomadaire, assurés de passer un bon moment. Deux tables de jardin et quelques chaises, des viennoiseries et un grand thermos, mais surtout une bouffée de chaleur humaine, cela suffit à transfigurer les lieux où il s’implante l’espace de quelques heures. Bénévoles et SDF commencent à bien se connaître, mais la discussion s’engage aussi avec des passants venus déposer des vêtements ou simplement s’informer, autour d’un café chaud. Au milieu du remue-ménage entourant le tableau et la réserve de vêtements, on discute alors pénurie de douches gratuites dans la ville, guerre en Syrie, religion. Pour Réflexe Partage, la fonction la plus importante du bus est de provoquer l’échange : « le matériel c’est surtout un vecteur. Ça permet de briser la difficulté d’aller vers l’autre, » explique Gérard Pascal, l’actuel président de l’association. Le bus parvient ainsi à créer ce lieu où se rencontrent deux mondes qui cohabitent constamment mais rarement se rencontrent : les sans-abris et les passants, les donateurs et les bénéficiaires. Difficile d’ailleurs de dire lesquels en sont le plus réjouis : l’indifférence habituelle des seconds traduit en réalité souvent un profond sentiment d’impuissance. Les bénévoles ne cachent pas leur bonheur de voir se concrétiser exactement ce pour quoi le bus a été mis en place.

Si le bus lyonnais est tout jeune, Réflexe Partage n’en est pas à son coup d’essai : créée en 2003 par Françoise Chauvin et Bernard Montaud, cette association humanitaire s’est dans un premier temps focalisée sur les besoins des démunis à l’international. C’est en 2015 que les initiatives locales ont été lancées, avec un premier Bus du Partage à Châteauroux. Lyon a suivi et Aix-les-Bains fera de même prochainement, pour répandre l’idée que le partage doit être un réflexe.

Show your support

Clapping shows how much you appreciated josephine.kloeckner’s story.