Democratie DIY faites-là vous même : les solutions citoyennes

Originally published on Le Blog de la Ménagère http://www.leblogdelamenagere.info/ “a politically incorrect blog since 2007”

Civil society in France is moving forward. Citizens and collective groups, start-ups, bring concrete solutions and alternatives as we predicted in our blog some time ago when we wrote “Les politiques s’enlisent, les français s’organisent” one of our first post in 2013 on collaborative economy and civil society re-inventing new sharing economy. Since then …an explosion of creativity and risk and conviction.

Le 19 mars, c’était à Paris, avant le 22 mars à Bruxelles, une journée positive, pleine d’enseignement et d’actions concrètes, une journée porteuse d’espoir, d’optimisme et de vision d’avenir.

Faire se rencontrer des porteurs de projets de renouveau démocratique était l’objectif de la journée Démocratie Do-it Yourself du samedi 19 mars, organisée par DO à la Maison du Paris durable, lieu dédié « à la diffusion des solutions pour les porteurs de projets, confirmés ou débutants ». 100 participants étaient là pour formuler et examiner des solutions concrètes, innovantes. Au-delà de la convivialité des rencontres, « dans la vraie vie » de collectifs agiles à communiquer via le numérique, pour Démocratie Ouverte et l’Open Gouv. #OpenGovFr #DIYdemocratie,

L’équipe Démocratie Ouverte au presque complet …dont le co-fondateur Armel Le Coz

Dispositifs imaginatifs et tempo d’enfer

Des dispositifs ludiques et efficaces donnaient à Démocratie Do-it Yourself un tempo d’enfer : speed dating, bar camp, « bol de poisson ». Le speed dating permettait un tête à tête avec un autre porteur de projet. Certains déjà très répertoriés, d’autres à découvrir. Je croyais connaître toutes les plateformes en cours de développement, et je découvre STIG actuellement en version beta. “Voter ne change que les joueurs.Changez le jeu. Participez à la création de la volonté générale avec Stig, l’app de démocratie participative” qui s’adresse également aux élus. A tester. Dans le domaine du « journalisme constructif » j’ai parlé à Florent Guignard de Le Drenche (ci-contre) : une façon originale de présenter les débats et sorti des “usual suspects” des plateaux télé. Dommage que les sujets traités restent pour l’instant trop souvent anecdotique.

J’avais échangé en ligne avec Simon Louvet (Aternatiba, Synergie Démocratique, ci-contre avec Antoine Vagnon Call For Team), autre foisonnement d’initiatives, et je fais enfin sa connaissance : très chaleureux IRL, dans la vraie vie. Je suis heureuse de retrouver l’équipe de Voxe.org, Léonore de Roquefeuil, Sébastien, Mon rôle était de présenter #MaVoix, un des premiers mouvements «civic tech » et de parler de son actualité : les élections partielles de Strasbourg en mai. Déjà deux candidat(e)s pour #MaVoix! Enfin, dialogue avec Loïc Blondiaux, politologue et professeur à l’Université Paris I. L’après-midi était consacré à un « marathon des pitchs », 1 minute 30 pour présenter son projet. ! Enfin la métaphore de Claude, l’Archipel, a enthousiasmé les participants, chaque collectif étant considérée comme un îlot dont la multiplication va constituer un archipel, soit des mouvements tendant vers le même objectif. S’il y a nuance ou divergence de modalités entre les mouvements, l’archipel des archipels reste à construire. C’est parti!

Ateliers : territoire et citoyens, stratégies électorales

Lors des ateliers thématiques on a vu à quel point l’action locale était primordiale. Territoires Hautement Citoyens fondé par Armel Le Coz a un dispositif très rôdé pour soutenir les collectivités vers la transition démocratique. Mais ils sont nombreux à s’ancrer dans leur région avec l’objectif de faire prendre en compte par les élus les initiatives citoyennes. Charles Deffrennes et Antoine Vagnon Call for Team, un très ingénieux dialogue avec les collectivités, qui ne les heurte pas mais travaille avec elles, et une solution proposée par Antoine Vagnon : glisser un ambassadeur du citoyen dans chaque collectivité. Clément Damiens avec Communecter. Un outil dans lequel les citoyens sont communectés, “connectés a leur commune”. Local également Koom « agir localement pour un monde meilleur » Bulb in town déjà rencontré lors de mon premier billet sur l’économie collaborative. Telles sont quelques unes des solutions à disposition des élus. CitizenLab va faire campagne via

La Primaire.org (présenté ici par David Guez) et a déjà préparé son Manifeste. Eliott Lepers présentait La Primaire de gauche, manifeste pour une transformation de l’intérieur d’un des partis classiques (PS). L’horizontalité est l’un des points commun à tous les mouvements et stratégies électorales : la fin de la France des « silos » et son fonctionnement hiérarchique archaïque, une gouvernance par et pour les citoyens.

Eliott Lepers venu présenter La Primaire de gauche

La révolution intérieure : altruisme, bienveillance, partage

« Rien ne serait possible sans la qualité de bienveillance et d’écoute entre les acteurs, leur volonté d’inclusion » note Loïc Blondiaux, professeur de science politique à l’université Paris I , confirmant ainsi notre intuition que la bienveillance est une nouvelle valeur dans une démocratie renouvelée. Cécile Calé (SCIC Coop-Cité / CitizenLab) a rappelé à quel point la révolution démocratique reposait d’abord sur une révolution intérieure : seule une prise de conscience de la responsabilité de chacun donnera un sens au mouvement collectif. Une action auprès des jeunes en particulier. Isabelle Lefort lors du Positive Economy Forum de Jacques Attali avait déjà défini l’ « altruisme rationnel » comme une nouvelle valeur du politique et du citoyen digital. « Tel est le challenge qu’il nous faudra relever au XXIème siècle : redonner à l’altérité et l’altruisme toute la place qui leur revient, en nous appuyant sur la puissance de la révolution technologique. » Le don, la partage, l’échange l’entraide, autant de valeurs morales dont on voit le revival et qui vont à l’encontre des drames que nous vivons avec le terrorisme. Ce n’est pas fortuit si la Revue du Cube propose « La responsabilité » comme thème de son prochain numéro.

Loïc Blondiaux : conclusion, questions

Loïc Blondiaux, expert, voit dans cette volonté de renaissance démocratique un retour à l’effervescence pré-révolutionnaire de 1789. La mise en cause de la démocratie représentative est le point commun des collectifs. Comment exister entre les élections, comment informer et former les citoyens, comment faire voir en temps réel la volonté générale, comment conserver un contrôle sur les institutions, comment contourner les partis politiques, voire les remplacer ? Comment inventer le journalisme politique ? A revoir : le vocabulaire d’initié « excluant » (néologismes, importations anglo-saxonne et). Il note aussi une « aristocratie du code » : la proportion des informaticiens, développeurs est un atout pour les collectifs, mais les modes d’emploi doivent être compris de tous. La volonté d’horizontalité, de transparence, rassemble les acteurs, tous « amoureux de la démocratie ». Mais, comme le soulignait aussi Caroline Hodak, communicante, cette renaissance a un problème de visibilité et de communication. Aucun de ces mouvements ne veut ou ne peut se rendre visible auprès des médias classiques « Les institutions résistent » commente Loïc Blondiaux prenant la métaphore d’un géant Gulliver figé, encerclé par de multiples piqures d’épingle de lilliputiens… mais nullement atteint. « Les institutions vont essayer de vous phagocyter, de vous instrumentaliser ». Elles vont vouloir « garder le logiciel intact » sans rien changer aux structures, en donnant un semblant de coup de neuf et d’idées nouvelles à des institutions archaïques.

Solutions citoyennes…et numériques

« Une enquête Harris Interactive, réalisée pour le jeune mouvement citoyen LRF, révèle que 8 Français sur 10 jugent que les citoyens sont plus capables de trouver des solutions que les hommes politiques. » (Le Figaro) Parmi les solutions concrètes pour que le lien tissé ne s’évapore pas : la newlsetter HappyDemocracy de Voxe.org pourrait donner des nouvelles de tous les mouvements citoyens et un agenda de même qu fédère déjà la “civic tech” sur meet up. L’idée d’un label pour l’ensemble des mouvements citoyens a été évoquée.

Voxe a déjà une plateforme opérationnelle en en développement complémentaire, d’autres sont en cours d’expérimentation, Démocracy OS, Stig. « Comment le numérique peut associer les citoyens aux décisions budgétaires ? », telle est la solution proposée par Gilles via une plateforme numérique.http://budgetparticipatif.info. La méthode de fonctionnement de DO : la plus démocratique possible, des « cercles » thématiques peuvent être ouverts par les membres qui les animent. Une prochaine rencontre organisée par Synergie Démocratique le week-end du 16 et 17 avril à Saint-Ouen avec l’objectif similaire de rencontre entre collectifs. Et enfin une grande Fête de la Démocratie annoncée par DO.

Aux manettes vidéo : DEMOS XXI. Pas pu citer tous les groupes et initiatives, la vidéo (documentaire en préparation) complétera.

« Démocratie Ouverte http://democratieouverte.org/ regroupe les acteurs français et francophones du renouveau démocratique — start-ups civiques, associations, collectifs citoyens — qui développent des solutions innovantes au service de davantage de transparence et d’engagement dans notre système politique ».


Originally published at www.leblogdelamenagere.info on March 24, 2016.