Rapport d’étonnement Jour 3: Méthode Agile

Il est l’heure du jour 3, notre avancée dans l’agilité continue et non des moindre, nous sommes en route pour devenir des scrum master.

En effet, après avoir aprivoisé l’agilité nous allons aujourd’hui voir les grandes méthodes de management à savoir scrum, lean et kanban.

Tout d’abord nous commençons par scrum grâce au jeu “Lego for Scrum”, le but du jeu est de construire un objet en légo selon les désirs d’un product owner en découvrant comment se déroule un projet selon un management Scrum. Scrum repose sur une organisation précise de l’éxécution du projet, tout d’abord en amont de la réalisation il y a la phase création d’un backlog.

Le backlog est constitué de users stories, ces users stories sont tirées du cahiers des charges en partenariat avec le product owner. Le product owner est le client, celui à qui on doit fournir le produit à réaliser, pour cela les users stories sont crées avec lui pour créer le produit voulu par le PO en le questionnant pour cerner toutes les attentes de ce PO. Après avoir réalisé ce backlog produit, il est l’heure de passer aux étapes priorisation et estimation de la charge pour estimer ce backlog, ces étapes consistent à déterminer les users stories prioritaires, ce que le client aimerait voir réalisé en premier et donner un poid à chacune de ces tâches, c’est à dire une valeur représentant la complexité de la tâche et donc le temps requis pour la faire. Pour l’estimation de la charge il existe deux techniques:

  • poker planning: où on affecte aux users stories un chiffre compris entre 1 et 20
  • tee-shirt sizing: où on affecte aux users stories une taille de tee-shirt S,M,L,XL

Après avoir réalisé leurs backlogs, les équipes doivent alors réaliser le produit, scrum est une méthode de management itérative c’est à dire qu’on découpe le backlog en itérations appelées sprint, on choisit un une masse de travail à réaliser durant ce sprint et on pioche dans le backlog les users stories pondérées pour atteindre cette masse de travail. A la fin d’un sprint, on effectue une revue c’est à dire un retour sur le déroulement de l’itération et une rétrospective pour améliorer les itérations suivantes.

Lors du jeu, on voit que les équipes ont du mal à mettre le PO au centre de leurs décisions peut-être par habitude à gérer les projets différemment.
De plus on voit au fil des itérations une amélioration en effet dans les premières itérations, les équipes ont des réalisations bien loin de leurs estimations puis dans les dernières itérations les réalisations sont presque équivalente aux estimations. Les équipes trouvent leur rythme. On voit que scrum met en avant l’objectif commun avant tout en mettant sur un même plan de travail le client et le fournisseur, ils travaillent ensemble pour offrir le meilleur résultat le plus rapidement possible et dans les meilleurs conditions. Scrum reprend l’ensemble des principes du manifeste agile.

Dans un second temps nous avons vu la méthode lean, lean c’est la notion de maigre, rendre maigre un système de production en le rendant le plus efficient possible. Dans un système de production les principaux coûts sont la matière première, la main d’oeuvre, le temps, les erreurs de productions et surtout le stockage. Lean vise à réduire le stockage en supprimant les goulots d’étranglement sur la chaine de production et enlever l’erreur en produisant en flux tiré.

Pour illustrer cette méthode nous allons jouer à deux jeux, le jeu de la chaîne industrielle et le penny game.
La chaine industrielle consiste à matérialiser une entreprise de fabrication d’avion en papier dans laquelle chacun à une tâche précise de pliage sur cette avion. Dans la première expérience nous fonctionnons en flux tendu c’est à dire que chacun produit à sa vitesse, on voit qu’à certains endroits de la chaîne il y a du stock qui s’accumule donc la chaîne n’est pas efficiente. Nous reprenons cette expérience en flux tiré c’est à dire que chacun ne peut produire que lorsque l’ouvrier suivant dans la chaîne est prêt à produire. On constate sensiblement que les performances sont meilleures et qu’il n’y a plus de stockage ni de goulot d’étranglement. Lean est donc une méthode efficace permettant au salarié d’être moins sous pression et donc d’être plus efficace grâce à une meilleure organisation de la chaîne de production.

Le jeu du penny game modélise une entreprise de retournement de pièces de monnaie. Chacun des ouvriers doit retourner un nombre de pièces (batch) puis le passer à son voisin pour qu’il le retourne à son tour. Le batch initiale est de 20 pièces pour 20 pièces à retourner au total. Nous allons répeter l’opération pour des batchs de différentes tailles 20, 5, 2 et 1 pièce pour voir comment la chaîne de production réagit.
Après avoir effectué les tests, nous voyons que selon la taille du batch les résultats sont différents pour des temps de travail plus ou moins équivalents.
Toutefois il existe une limite, en effet on voit qu’il existe un moment où réduire la taille du batch devient contre-productive, il faut alors trouver la bonne taille du batch pour être le plus efficient possible. On remarque néanmoins que augmenter la taille des batchs permet d’augmenter la tolérance à la panne.

Ces deux exercices nous ont permis de découvrir et mettre en application la méthode lean, concrétement cette méthode est utile pour une certaine industrie ou secteur d’activité, il semble difficile de mettre en place une méthode lean dans une société de développement par exemple.

Pour finir cette journée agile nous allons voir une dernière méthode de gestion de projet, la méthode kanban grâce au plateau de jeu kanbanzine dans lequel les joueurs se mettent dans la peau d’un magazine qu’ils doivent publier hebdomadairement. Le jeu est découper en tâches avec une gestion d’effectifs et des itérations.

Ce jeu nous a permis de découvrir les grands principes de kanban à savoir la gestion des risques avec l’allocation des ressources, la planification du travail en fonction des coûts des délais,la gestion quantitative et enfin les cadences découplées avec des équipes de travail flexibles.

Conclusion:
Pour conclure sur cette journée, nous avons découvert concrètement des méthodes de gestion de projet tandis que les jours précédents nous avions découvert le concept de l’agilité au travers de jeux. Cette fois-ci les jeux nous ont plongé dans des cas d’entreprise où l’organisation est très importante et définie l’efficacité et la rentabilité de cette entreprise. 
Il est à noter que bons nombres de participants sont accoutumés à une manière de travailler et cela a pu se ressentir largement dans les différents jeux beaucoup plus concrets en ce jour 3.

Like what you read? Give Beaubay Jean-Baptiste a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.