MONTÉE DE LA VIOLENCE AU BURKINA

w

Ce jeune militaire aurait été abattu par un citoyen qui aurait choisi de se rendre justice lui-même. Je présente mes condoléances à sa famille et à ses frères d’armes et me joins à leurs prières pour le repos de son âme.

Malheureusement, cet acte que je condamne fermement quel que soit le motif n’est pas le seul cas du genre, dans le Burkina d’aujourd’hui où l’absence de l’état de droit et de l’autorité de l’état pousse l’incivisme et l’incivilité jusqu’à leurs paroxysmes.

En effet, la démission des autorités, l’instrumentalisation de la justice à des fins de règlement de comptes, le silence complice de ces mêmes autorités face à l’arbitraire et au déni de justice ainsi que l’émergence et le règne sauvage de milices armées sont des réalités que vivent, au quotidien, les burkinabè avec le coeur dans l’abîme.

Tout ceci a conduit, ces dernières années, à la banalisation de la vie humaine et la montée jamais égalée de la violence désormais récurrente. Ces faits très graves et consubstantiels à une gouvernance chaotique et irresponsable sont les prémices d’un État failli.

À cet égard, il est temps que cessent ces dérives qui sont de nature à détruire les fondements de notre société que, des générations de patriotes ont patiemment bâtie au prix d’immenses sacrifices consentis, depuis la nuit des temps.

Honte à qui trahit et laisse détruire la Patrie qui lui a donné naissance et qui a nourri son enfance!

#ÇaSuffit

#BienvenueEnForfaiture

#EtatDeDroit

#UnionEuropeenne

#FIDH

#HRW

#CADHP

#FRANCE

#USA

#CNDH

#ONU

#UnionAfricaine

#RADHO

#Burkina

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.