La droite va perdre la présidentielle… mais peut-être pas le pouvoir
Mawting
21

Une servitude volontaire des parlementaires à relativiser avec l’émergence quand même d’un “fait minoritaire” sous le quinquennat de Mister président (coucou les frondeurs) !

Peut-être plutôt regarder du côté des mécanismes de parlementarisme rationalisé qui contraignent la “minorité récalcitrante de la majorité présidentielle” (49 al3, vote bloqué, et calendrier parlementaire toujours obstrué par les projets de loi).

Avec le système actuel, déplacer les législatives avant les présidentielles n’auraient qu’un effet limité et serait contraire à l’esprit des institutions ; et les déplacer à mi-parcours du mandat présidentiel entrainerait un regain de cohabitation.

Dans ce cas, il faut peut-être plutôt regarder du côté de l’irresponsabilité présidentielle, qui est je pense le facteur du particularisme hexagonal constitutionnel.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.