La création de valeur

Nous comprenons tous aujourd’hui la nécessite de mis à l’honneur l’innovation dans toutes les directions possibles des activités humaines. En France, nous avons encore une vingtaine de milliers de chômeurs en plus, nous avons eu cette information il y a quelques jours, et qui renforcent un contingent déjà très important de chômeurs. La création de valeur, cela s’observe avec l’homme au travail et l’homme hors travail. le travail est individuel ou collectif. Nous comprenons bien, en tant qu’individus, la création de valeur, pour chacun de nous, dans notre écosystème. Nous créons, chacun de nous, de la valeur pour nous-même et nos proches, dans el cadre de l’économie domestique.

Garder un petit enfant à la crèche génère de la création de valeur. La valeur est en fait représentée par cet enfant, qui prend de plus en plus de valeur à nos yeux. Bien sûr, il n’est pas habituel de parler de valeur introduite dans une personne par les investissements réalisés au profit de cette personne : L’éducation est un investissement. L’investissement est réalisé par la famille qui accueille, qui nourrit, qui protège et qui entoure de son affection l’enfant.

Il y a un coût dont nous ne parlons pas, habituellement, et qui est le coût de “fabrication” de l’enfant par une mère porteuse. J’ignorais ce coût jusqu’à ce jour et je le sais depuis que j’ai écouté, sur France Culture, ce matin.

L’intervenant est René Frydman, médecin spécialiste de la reproduction et du développement de l’assistance médicale à la procréation en France.

Il évoque le montant de la transaction financière : 50 à 80 000 euros pour avoir un bébé suivant des règles actuellement applicables dans quelques rares pays.

L’innovation est au cœur de la dynamique économique. 
mais est-ce que cette innovation là est une bonne innovation ? En tous les cas, les familles bénéficiaires sont prêtes à entrer dans ce processus, où la notion d’amour est très présente. Les structures anciennes traditionnelles renâclent. Cette affaire est donc bien discutée, en France. Attendons et nous verrons !

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.