TEST : Exercez-vous un métier à la con ?

Coucou les copains,

Aujourd’hui je ne vais pas avoir le temps de vous étaler mes tartines habituelles. Mais, comme nous sommes vendredi, je me suis dit que ça vous brancherait sûrement de faire un petit jeu sympatoche !

Vous connaissez les bullshit jobs ? Vous savez, ces “métiers à la con” révélés en 2013 par David Graeber, célèbre anthropologue et figure de proue du mouvement Occupy Wall Street.

Le terme a connu un engouement croissant ces dernières années et, au-delà de l’effet “buzzword”, le concept semble illustrer une certaine réalité de la vie professionnelle des jeunes (et moins jeunes) cadres (mais pas que) dynamiques (et moins dynamiques) :

  • perte de sens
  • séparation des tâches à l’extrême
  • peu de visibilité sur les résultats de ses actions
  • intitulés et descriptions de postes abscons
  • réunionite aiguë
  • mille-feuille managérial…

L’article original de David Graeber, publié sur Strike en août 2013, n’est malheureusement plus accessible pour le moment. Si vous souhaitez vous rafraîchir la mémoire sur les tenants et les aboutissants de ces bullshit jobs, je vous conseille le lien ci-dessous.

«Des troupes entières de gens, en Europe et en Amérique du Nord particulièrement, passent leur vie professionnelle à effectuer des tâches qu’ils savent sans réelle utilité. Les nuisances morales et spirituelles qui accompagnent cette situation sont profondes. C’est une cicatrice qui balafre notre âme collective. Et pourtant, personne n’en parle.» [1]

On pense ici, plus globalement, au fameux burn-out (épuisement professionnel dû à un excès d’investissement), mais aussi aux plus discrets bore-out (épuisement professionnel par l’ennui) et brown-out (désengagement professionnel lié à l’absurdité des tâches demandées).

“Mettre la pression sur les échelons inférieurs comme si vous étiez un garde-chiourme du bagne de Cayenne, travailler pour un client dont vous savez pertinemment que l’action produit un effet néfaste sur la marche du monde, se prosterner devant les chiffres et favoriser ainsi l’avancée de cette froide logique statistique devenue étalon existentiel : les occasions de participer à l’édification d’un monde qu’on exècre sont légion en entreprise.”

Réjouissant, n’est-ce pas ?

Mais, voyons, je me perds ! Revenons à notre petit jeu !

Alors, êtes-vous, vous aussi, concernés par les bullshit jobs ?

Quelques indices peuvent vous trahir :

- Avez-vous l’impression que le monde pourrait se passer de votre travail?
-Ressentez-vous la profonde inutilité des tâches que vous accomplissez quotidiennement?
- Avez-vous déjà pensé que vous seriez plus utile dans un hôpital, une salle de classe, un commerce ou une cuisine que dans un open space situé dans un quartier de bureaux?
[…]

Mais, pour en avoir le cœur net (et bien vous mettre la pêche avant le week-end), faites donc le test ci-dessous 😁

Bisous les copains et TGIF ;)