Comment les investissements qatariens visent à forcer l’alliance militaire de la France ?

Nul ne peut plus désormais ignorer ce bout de désert regorgeant de gaz et de pétrole qu’est le Qatar.

Insidieusement, afin de ne pas heurter une opinion publique sous perfusions médiatiques des lobbys pros qatariens, les communicants à la solde du plus riche État de la planète ont infiltré les institutions démocratiques françaises. Les médias, sous le charme des clichés orientaux, ont imposé l’image d’une pétromonarchie moderne et ouverte sur le futur. Un état modèle pour une culture islamique expansionniste, une sorte d’eldorado pour les entrepreneurs français et une source d’investissements sans fond pour nos entreprises.

Et comme toujours, c’est le fond qui pose un problème. Un tiers des revenus de la production de gaz liquide qatarienne alimente le QIA, le fonds d’investissement souverain du Qatar, soit 30 milliards de dollars par an. Plus qu’une manne, une tentation, pour les économies nationales de la vieille Europe qui peinent à retrouver une croissance et qui jouent des coudes pour exister entre les blocs américains et chinois. Ainsi, l’Institut de l’Entreprise rapporte qu’en 2011, le QIA devenait le fonds d’investissement le plus présent dans le tissu industriel français.

L’émir du Qatar Tamim al-Thani et le président français Emmanuel Macron à l’Elysée, le 6 juillet 2018. Photographie de Ian Langsdon/Pool via REUTERS

Progressivement, l’économie française s’est retrouvée sous perfusion des investissements qatariens au point que ses choix stratégiques sont aujourd’hui affectés, voire dictés par l’émirat.

Les investissements du Qatar ne sont pas seulement réalisés dans une logique économique, mais avec des objectifs politiques. Il s’agit de procéder à des “prises de participation” sur les gouvernements européens et plus particulièrement sur le gouvernement français. Et seuls sont intéressants pour le Qatar les pays européens membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU. Le Royaume uni et la France sont donc les gibiers privilégiés de l’OPA du Qatar sur l’Europe.

L’enjeu, pour le plus petit des Etats du golfe arabique — puisque c’est ainsi que le golfe persique a été rebaptisé par les tribus sunnites — est de se prémunir d’une toujours possible invasion iranienne, ou d’une annexion par l’Arabie saoudite. L’armée qatarienne, aussi puissamment équipée qu’elle puisse l’être par la France, le Royaume-Uni et les USA, n’est rien d’autre qu’une armée de mercenaires pakistanais et soudanais. Les généraux qatariens bardés de médailles rutilantes, récompenses factices de batailles inexistantes, possèdent tous des jets privés prêts à décoller vers l’Occident à la moindre alerte.

Si la France intéresse le Qatar, c’est parce que la France est membre permanente au Conseil de sécurité possède un droit de veto. Ce droit de veto est une protection permettant de geler toute agression. Les accords de défense entre la France et le Qatar signés en 2014 et complétés en 2018 impliquent que la France doit intervenir en cas d’agression de son allié. Des soldats français iront alors mourir sur ce bout de sable pour défendre des accords politiques avec un État terroriste.

Jean-Pierre Marongiu

Written by

Entrepreneur et Écrivain | Créateur de la société Internationale de Management Pro&Sys | Publications : le Châtiment des Élites, Qaptif, InQarcéré, …

More From Medium

Top on Medium

Ed Yong
Mar 25 · 22 min read

16.5K

Top on Medium

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade