Les Éditions du non-A, éditeur non-Aristotélicien

Quid ?

Une maison d’édition non linéaire, pour essayer de penser le Futur.

Les Éditions du non-A sont une Maison d’édition spécialisée dans les domaines de l’Anticipation, la Science-Fiction, les Essais et Documents dont l’approche est non-Aristotélicienne. Une start-up à but non lucratif qui est aussi un portail éditorial et communautaire sur le thème de la Prospective.

Comme start-up à but non lucratif, ses objectifs sont doubles :
 1) Partager informations et analyses sur son Hub pour mieux comprendre notre Futur
 2) Permettre aux jeunes auteurs et aux doctorants qui s’intéressent à ces thèmes de publier plus facilement leurs travaux à prix coutant ou en étant soutenus.

Directeur de la publication : Jean-Rémi Deléage, journaliste et éditeur digital depuis 20 ans.

Comment ?

Promouvoir toutes les littératures qui anticipent le Futur

Notre principal objectif est de promouvoir les littératures qui permettent de penser le futur : l’anticipation, la Science-fiction francophone, mais aussi les analyses, enquêtes, et documents prospectifs qui ouvrent les champs de compréhension au-delà des modes de pensée binaires et formatés, afin de mieux anticiper les transformations des sociétés contemporaines. En un mot, qui sont non-Aristotéliciens : « la carte n’est pas le territoire », « le phénomène observable dépend de l’observateur » pour ne citer que deux exemples de pensée extensive. À noter que le mot « non » n’a pas ici de sens privatif, mais bien extensif. De même que la mécanique quantique n’est pas anti-newtonienne, le non-A n’est pas anti aristotélicien. Dans les deux cas, le mode de compréhension précédent n’est plus qu’un système d’explication local inclus dans une nouvelle approche plus large, voire multidimensionnelle.

Cet espace se veut un lieu de débats sur toutes les approches prospectivistes, qui fait appel à la fiction, la futurologie, aux études originales et la publication d’archives ou de témoignages. Nos éditions privilégient l’étude des problématiques de demain du point de vue « psychohistorique » et anthropologique pour voir comment elles peuvent éclairer, voire ensemencer nos futurs. Elle est ouverte à de multiples disciplines : l’anthropologie, la psychologie-sociale, l’ethnologie, l’esthétique, l’histoire, la littérature, le cinéma, sans oublier les technologies émergentes. Et au-delà, comme le dit le philosophe Michel Serres, puisque la pensée a besoin de « vagabonder hors des sentiers battus, quitte à s’affranchir de méthodes, car l’humain ne crée qu’en errant ».

C’est donc naturellement que nous nous intéressons ici aux recherches scientifiques sur le transhumanisme, les utopies et dystopies politiques, les Robots, les nanotechnologies, les biotechnologies, l’intelligence artificielle (IA), les sciences cognitives (NBIC), les cités et transports de demain, la médecine du futur, ou encore la psychohistoire, sans oublier bien sûr la sémantique générale

Côté SF, ce portail sera l’occasion de parler de l’actu éditoriale du secteur, des festivals et salons, des films et des séries. Un hub ouvert à la discussion, au débat, à la publication de points de vue.

Pourquoi ?

SF et modes de pensée non-linéraires sont liés

Cette proximité entre les littératures prospectives et les modes de pensée non linéraires nous semble particulièrement féconde. Les maîtres de la SF out les prospectivistes imaginatifs n’ont cessé de creuser le sillon qui permet de faire varier systématiquement les points de vue et les échelles, d’anticiper des évolutions, d’éclairer le présent à partir du futur, à l’instar de cycles célèbres : Issac Asimov avec le cycle de Fondation ou celui des Robots, Frank Herbert avec Dune, A. E. van Vogt avec Le cycle du Ā, ou encore Dan Simmons avec Hypérion, pour ne citer que ces rois de la prospective, capables de penser l’impensable. Des quanta au Bouddha ou l’inverse. L’anecdote est d’ailleurs célèbre : c’est en voyant les héros de Star Trek utiliser une sorte de tablette vidéo que Steve Jobs aurait eu l’idée de l’iPad. Les découvreurs ont toujours pensé autrement, en étant très attentifs aux structures qui relient. Et l’humanité ne progresse pas de façon linéaire.

« On peut définir la science-fiction comme la branche de la littérature qui se soucie des réponses de l’être humain aux progrès de la science et de la technologie », insiste Asimov faisant référence à cette perspective fictionnelle, art de renverser son regard.

Un modeste combat contre l’ignorance, la nôtre pour commencer. Parce que c’est la racine de tous nos maux, présents et futurs ?
 Une idée magnifiquement résumée en une phrase par l’auteur de Fondation :

« La violence est le dernier refuge de l’incompétence. »

Derniers papiers publiés :

Voir également Les Éditions du non-A sur :
twitter : https://twitter.com/EditionsdunonA
Facebook : https://www.facebook.com/leseditionsdunona
Linkedin : https://www.linkedin.com/company/les-éditions-du-non-a
Google+ : https://plus.google.com/102703685264799408409
Instagram : https://instagram.com/leseditionsdunona/

Photos : Jules Verne, Rory MacLeod (cc); Transaparences, Jean-Rémi Deléage (cc); Doctor Who Charlie Brown D.R.