Désolé de vous le dire, on vous jugera toujours sur les apparences.

Oui je clickbait un peu, j’assume, on est sur medium nan ?

Plus sincèrement, je le pense. Toute votre vie, vous serez jugé sur les apparences, au moins au premier regard du moins. Cela commencera par votre tenue, par vos premiers mots, par vos réseaux, par votre CV — bref, par tout ce que vous renvoyez immédiatement, par tout ce qui saute aux yeux. Et c’est pour ça que vous devez apprendre à maîtriser votre image.

Maitriser son image, c’est déjà maîtriser son style.

Attention, blogging mode inside. OUI, vous avez le droit de trainer en jean déchiré, t-shirt à message et baskets Decathlon. Du moins si vous travaillez de chez vous et que PERSONNE ne vous voit comme ça. Pour la plupart des gens, la tenue que vous arborerez à un premier rendez-vous (professionnel ou personnel) est significative de ce que vous avez dans le ventre. Êtes-vous la pour rire ou non ? A vous de le montrer.

Quoi que… j’avais un ami pour qui la tenue était devenu un outil de négociation. Il se présentait toujours à ses entretiens le plus mal habillé possible, pour faire mauvaise impression et être sous-estimé, ce qui lui permettait ensuite de surprendre, et de laisser les gens se sentir supérieurs pour les jauger.

Oui c’est un peu lâche, mais terriblement efficace.

Ok, donc normalement à ce stade vous avez compris que vous devez vous habiller en fonction des circonstances, de votre objectif, de la personne que vous voyez tout ça tout ça.

Toutefois la première impression ne se limite pas à ça, désolé. Nous sommes dans un monde où les apparences prédominent toujours, et au lieu de s’en plaindre, apprenez à en jouer.

Vous serez également jugé sur vos premiers mots…

Ça a commencé à la naissance en fait. T’as dit papa ou maman en premier toi ? Oui c’est important.

Dans une conversation, vos premiers mots seront les plus importants. Vous serez jaugés, évalués, analysés en 30 secondes maxiumum.

Ces 30 secondes feront de vous un candidat, partenaire professionnel pour faire affaire, un/une compagne potentielle en amour et j’en passe. Il ne nous faut que 30 secondes pour analyser quelqu’un et prendre une décision inconsciente.

Ce que ça implique ? Que vous pouvez commencer par une knock knock joke, mais que cela risque d’être bien moins efficace qu’un elevator pitch bien ficelé.

Et en date ? Soyez sincères… interessez-vous vraiment à la personne en face de vous. Désolé que ce ne soit pas une technique mathématique mais s’intéresser sincèrement aux autres fonctionne assez bien en fait.

On vous jugera également sur ce que vous montrerez : vos réseaux sociaux.

Et on vous jugera très durement là-dessus.

A croire que l’humain ne comprend pas que les réseaux sociaux ne sont pas la vraie vie, il les prend systématiquement pour argent comptant. Et cela sans discrimination d’origines, de sexe, de métiers et j’en passe. 90% des gens qui vous entourent partent du principe que ce que vous montrez correspond à votre vraie vie.

Désolé… FAUX. PAS BON. NON.

Les réseaux refletent ce qu’une personne A ENVIE que vous voyez d’elle.

Un sportif invétéré, un alcoolo rigolo, une carriériste assumée, une healthy girl ou peu importe (oui cette phrase est pleine de clichés je sais).

Une fois que vous aurez accepté cela, vous comprendrez que vous devez gérer vos réseaux comme vous gérez votre image : en faisant attention.

Ne publiez rien que vous ne sauriez assumer devant un employeur ou votre future belle famille par exemple…

Apprenez à compartimenter. Et si vous ne le faites pas, ayant une bonne raison. (Comme analyser la réaction de vos cercles en fonction de ce que vous publiez, pour ensuite faire un article sur medium, par exemple hein…)

On va aussi vous juger sur votre CV.

Et là, de nos jours, c’est quand même plus compliqué…

La société restera compartimenté. Ceux qui font de grandes études et qui intègrent souvent des grands groupes, avec de beaux et jolis CV, et puis les autres.

D’abord les autres dans les mêmes branches, mais avec une philosophie entrepreneuriale ; mais aussi tous les autres qui feront des métiers n’ayant rien à voir avec la communication ou le web, et qui auront choisis d’autres voies, parfois bien plus intéressantes.

Le problème étant que l’on juge tout le monde à travers le même prisme, et qu’il n’est plus valable.

Je n’ai pas ici de BONNE solution à vous apporter. Apprenez une fois de plus à utiliser vos réseaux.

Enfin, on vous jugera sur votre entourage.

C’est sûrement le point le plus difficile à comprendre, surtout avant 30 ans. (J’ai pas 30 ans par exemple, et je continue d’être consterné par ce point). Et puis peut être qu’après 30 ans aussi en fait…

  • Nous sommes la moyenne des gens qui nous entourent
  • Si tu es la personne la plus intelligente de la pièce, tu n’es pas dans la bonne pièce.

Voici les diktats qu’on nous assène à longueur de temps. Et si on se laissait le droit de cotoyer qui on a envie finalement ?

Non. Faux encore.

Si tu es ici sur Medium entrain de lire un article, il y a de fortes chances que tu ne puisses pas vraiment te permettre ce luxe. Tu vas devoir une fois de plus étudier ton réseau, le rendre optimal, et presque cacher tes vrais amis.

Life is life, si tu as un problème avec le système :

  • Hack le et deviens le Uber des copains
  • Barre-toi élever des lamas en thailande
  • Y’a pas de réponse C désolé Jean-pierre.

Ok donc le mec s’est plaint pendant 4 parties sur le fait que l’on soit jugé sur tout un tas de choses que l’on savait déjà. Et puis finalement quoi ? And so what ? What’s the point ?

Le point est pourtant simple mon cher Watson (désolé, j’ai regardé Sherlock hier…) : Si vous ne vous sentez pas capable de gérer cela seul, il existe une armée de communicants prêts à le faire pour vous. Si vous n’êtes pas certain de ce que vous faites, apprenez à ne pas le faire seul. Cela vaut pour TOUS les domaines, c’est la beauté d’internet.

Si tu veux en savoir plus, moi j’aide des gens sur internet. Genre ici : Je fais des trucs sur internet dans la vie.