La réponse de Lincoln Agnew concernant la couverture avec Emmanuel Macron

Au lieu de faire travailler l’illustrateur Lincoln Agnew, le directeur artistique Jean-Baptiste Talbourdet (?) a-t-il entrepris de concevoir une illustration de couverture indéniablement dans le style d’Agnew?

Dans mon billet La couverture M Le Monde et Emmanuel Macron, je m’interrogeais (citation ci-dessus) concernant l’utilisation travail de Lincoln Agnew par Jean-Baptiste Talbourdet et M Le Monde. Ces derniers n’ont pas pour l’instant répondu à ces interrogations partagées par de nombreuses personnes… néanmoins — et c’est le plus important — Le Monde a contacté Lincoln Agnew mardi dernier par email à ce sujet. Dimanche 6 janvier 2019, Le Journal du dimanche publie une interview de l’illustrateur Lincoln Agnew par Thomas Liabot.

“Un ami m’a mis un coup de poing dans le ventre.”
— Lincoln Agnew

L’illustrateur répond au sujet de la référence à son travail, le constructivisme, les liens avec son travail pour le Harpers’s, qui évoquait “l’incendie du Reichstag en 1933, un moment clé exploité par la propagande nazie et Hitler pour renforcer son pouvoir”:

“J’ai immédiatement perçu le lien évident avec mes illustrations, mais pas la connexion qui a été faite sur les réseaux sociaux avec le nazisme. Si Le Monde avait voulu établir un lien entre Macron et Hitler, il y avait de meilleurs moyens de le faire. […] Les références au constructivisme existent dans de nombreux domaines. Sur ce point, je suis d’accord avec Le Monde, utiliser ces références n’établit pas de lien avec Hitler. Cependant, je pense que les éléments utilisés et la façon dont ils ont été assemblés renvoient directement à une illustration de Hitler que j’avais faite pour le magazine Harper’s l’an dernier, ce qui est inapproprié.”
Interview de Lincoln Agnew dans le JJD

En fin d’article, Thomas Liabot pose la question pour laquelle nous attendions une réponse de Lincoln Agnew: Reprochez-vous au Monde d’avoir plagié votre travail?

[…] “je ne peux pas m’empêcher de voir des similitudes dans cette une. Donc oui, je crois que c’est une appropriation de mon travail contraire à l’éthique.”