Why did we decide to create the KryptoFranc (KYF) ?

The cryptocurrency field has yielded amazing hopes and dashed quite a few. Even though Satoshi Nakamoto envisioned the Bitcoin as a new money independant from government and central bankers, the experience has proven quite frustrating.

In effect, the Silk Road or Wikileaks went on to become the first “killer apps” of the altcoin useage. The Bitcoin never quite took off as a payment vehicle when other means such as Apple Pay succeeded in short order.

Still Bitcoin has contributed to the creation of a brand new field of assets through the proliferation of cryptos and related tokens. Even though the late 2017 bubble burst, the value of these assets refuses to disappear and billionaires are still being minted in the crypto ecosystem.

We believe that the primary lure of cryptocurrencies is their “game-like” speculative nature. Not since the glory days of the penny stocks has trading assets been such a bundle of fun. Building a fun “crypto” for the speculators was therefore our first insight when we decided to develop the “KryptoFranc”.

Still if Bitcoin and the other cryptos find their reason of existence to satisfy the speculative cravings, would it be ethical or just plain meaningful to create a new crypto just to satisfy these cravings ?

Being French, we always need to find meanings.

So we went back in history to try to pin down what it was to be French in a globalized world. And we pretty rapidly happen on the French revolution and the famous “Déclaration des droits de l’homme et du citoyen” de 1789.

La liberté guidant le peuple

If as French we decided to reestablish our national money as a crypto, what could be a better purpose than to conceive it as a mean to help defend “Human rights” throughout the world ? In our opinion, this is what France is all about: offering a beacon of tolerance and openness.

We feel our values are threatened by the Fiat monopolies.The KryptoFranc intends to restaure the financial muscle of the rest of us to achieve the political goals of the rest of us.

Still we wanted the KryptoFranc to be a pure altcoin, not a token, to ensure that we build a strictly independant Blockchain with utterly specific characteristics.

In a nutshell, the purpose of the KryptoFranc is to support “Human rights” champions wherever they may be. In order to achieve this goal, we set the total monetary mass of our crypto at 180 billions KYF and we are pre mining 100 billion of it.

75 billion KYF are set aside as donation to NGOs and individuals which need to be supported in their endeavors to uphold freedom and human rights throughout the world.

Dispersion of the donation will be made twice a month over a 48 months period with an average of 500 million KYF awarded per donation.

The beneficiaries of the bi-monthly donations will be decided by a voting system among a plurality of causes. During the voting process, voters and champions of the causes will be given an opportunity to present their ideas, activities and purposes for the donations.

Donations will be executed through a simple system of assigned award to the unique wallet delivered directly to the NGO or the individual selected through the voting process.

The KYF will be traded and the donation will be convertible in BTC and then Fiat at the discretion of the party it was awarded to.

The awards will serve the cause of Freedom and Human Rights as the KryptoFranc gains notoriety and useage. The better our coin is known through the quality of the causes it supports, the higher the value of the assets and hence the means the donations will yield.

At the same time, supporters of the causes owning large swaths of KYF can decide to go the exchanges and buy the coin to enhance the value of the assets of the NGO or the individuals they voted for.

As the value of the KYF goes up, it will then attract the usual crowd of speculators in crypto and lift it even more.

As such, the KryptoFranc can be seen as a mean to leverage speculation in order to finance good deeds.

Still through the process, we expect to see a virtuous circle being built.

The “whales” of the KryptoFranc will be responsible and reputable organisations.

The “voters” and main drivers of value will be ethical people anxious to help build up a better world for everybody.

The “speculators” will be lured by gains and notoriety. And they should not be disappointed as the remaining of the 80 billions KYF will be mined over a period of 200 years with strict halving rules applying every year.

KryptoFranc should roll out some time in Q1 2019.

If you are intrigued by our ideas, feel free to leave a comment or ask a question.

Pourquoi avons-nous décidé de créer le KryptoFranc (KYF) ?

Le domaine de la crypto-monnaie a suscité des espoirs incroyables et en a aussi déçu beaucoup. Même si pour Satoshi Nakamoto, le Bitcoin devait devenir un moyen de paiement indépendant des gouvernement et des banquiers centraux, l’expérience s’est avérée assez frustrante.

En fait, le succès du Bitcoin s’est révélé à la marge avec “The Silk Road” ou la ou Wikileaks comme ses premières «killer apps». Le Bitcoin n’a jamais vraiment pris son envol comme moyen de paiement lorsque d’autres applications, tels que Apple Pay, ont eu un succès quasi immédiat. Néanmoins, Bitcoin a contribué à la création d’une nouvelle classe d’actifs grâce à la prolifération de cryptos et de “tokens” associés. Même si la bulle a éclaté fin 2017, la valeur de ces actifs refuse de disparaître et des milliardaires continuent à émerger dans l’écosystème cryptographique. Nous pensons que le principal attrait des crypto-monnaies est leur nature spéculative et qu’elles contribuent à la gamification du processus de spéculation financière.

Depuis les années de gloire des penny stocks, les micro-actifs non régulés n’ont jamais été aussi distrayants. Construire un «crypto» amusante pour les spéculateurs a donc été notre première idée lorsque nous avons décidé de développer le «KryptoFranc». Néanmoins, si le Bitcoin et les autres cryptos trouvent leur raison d’être dans la satisfaction les envies spéculatives, serait-il éthique ou tout simplement utile de créer une nouvelle crypto juste pour satisfaire ces envies?

Étant d’origine française, nous devons toujours trouver des significations dans ce que nous faisons. Nous sommes donc remontés dans l’histoire pour tenter de définir ce que pouvait être l’essence de la France dans un monde globalisé.

Et nous sommes arrivés assez rapidement sur la révolution qui renversa la royauté chez nous et institua la fameuse «Déclaration des droits de l’homme et du citoyen» de 1789.

Si en tant que français, nous décidions de rétablir notre monnaie nationale en sous forme de crypto, quoi de mieux que de la concevoir comme un moyen de contribuer à la défense des “droits de l’homme” partout dans le monde ?

Pour nous, c’est la raison d’être de la France: offrir un symbole de tolérance et d’ouverture au reste de l’humanité.

Nous estimons que cesvaleurs sont menacées par les monopoles de Fiat qui aident à l’accumulation des richesses entre les mains d’un nombre restreint.

Le KryptoFranc entend ainsi restaurer le pouvoir financier du reste de la population afin de réaliser ses objectifs d’ouverture et de partage.

Nous souhaitons aussi que le KryptoFranc soit un pur altcoin, et non pas un “token”, afin de nous assurer de construire une Blockchain strictement indépendante dotée de caractéristiques très spécifiques.

En résumé, le but du KryptoFranc est de soutenir les champions des “Droits de l’homme” où qu’ils soient.

Pour atteindre cet objectif, nous avons fixé la masse monétaire totale de notre crypto à 180 milliards KYF et nous en préminons 100 milliards avant même le lancement de la nouvelle monnaie. 75 milliards de KYF sont réservés aux ONG et aux particuliers qui seront soutenus dans leurs efforts pour défendre la liberté et les droits de l’homme dans le monde.

La répartition des dons sera effectuée deux fois par mois sur une période de 48 mois, avec une moyenne de 500 millions de KYF attribués par don. Les bénéficiaires des dons bimensuels seront choisis par un système de vote parmi plusieurs causes. Pendant le processus de vote, les électeurs et les défenseurs des causes auront la possibilité de présenter leurs idées, activités et objectifs pour les dons.

Les dons seront exécutés via un système simple d’attribution du portefeuille unique remis directement à l’ONG ou à la personne sélectionnée au cours du processus de vote.

Le KYF sera coté sur les échanges et le don sera convertible en BTC puis en Fiat à la discrétion de la partie à laquelle il aura été attribué.

Ces donations serviront à financer la cause de la liberté et des droits de l’homme au fur et à mesure que le KryptoFranc gagnera en notoriété et en utilisation. Plus notre crypto sera connue et reconnue grâce à la qualité des causes qu’elle soutient, plus la valeur des actifs et, partant, des sommes distribuées par les dons seront élevés.

Dans le même temps, les partisans des causes possédant un montant important de KYF peuvent décider de se rendre sur les échanges et d’acheter le coin pour renforcer sa valeur et, par voie de conséquence, celle des actifs de l’ONG ou des personnes qu’ils ont choisi de soutenir.

Au fur et à mesure que la valeur du KYF augmentera, elle attirera la foule habituelle de spéculateurs des cryptos et cet appel conduire la valeur à décoller un peu plus.

En tant que tel, le KryptoFranc peut être considéré comme un moyen de tirer parti de la spéculation pour financer de bonnes actions.

Tout au long du processus, nous nous pensons assister à la construction d’un cercle vertueux.

Les “whales” du KryptoFranc seront des organisations responsables et réputées.

Les “votants” et les principaux vecteurs de valeur seront des personnes éthiques soucieuses de contribuer à la construction d’un monde meilleur pour tous.

Les “spéculateurs” seront séduits par les gains de valeur et la notoriété du KYF. Et ils ne devraient pas être déçus, car le reste des 80 milliards de KYF sera exploité sur une période de 200 ans avec des règles strictes en matière de “halving” s’appliquant chaque année.

Le KryptoFranc devrait être lancé au premier trimestre 2019.

Si nos idées vous intriguent, n’hésitez pas à laisser un commentaire ou à poser une question.