Pourquoi le modèle économique solidaire français s’écroule t-il ?

par Jean-Marc Fortané, ex candidat à la première primaire présidentielle citoyenne française sur https://laprimaire.org

Pixabay.com

De peur de reconnaître les problèmes dont ils sont en grande partie responsables, les dirigeants préfèrent rester dans le déni. Ils se contentent de prononcer des discours de reprise économique auxquels ils sont les seuls à faire semblant de croire, plutôt que de créer un élan national de solidarité pour redresser le pays.

Pendant ce temps, la mauvaise santé de la France s’aggrave chaque jour un peu plus par l’écoeurement de nombreux entrepreneurs, le gaspillage, le détournement et la fuite de capitaux.

En donnant le mauvais exemple ou en le cautionnant, les dirigeants politiques dégoûtent les honnêtes citoyens qui sont considérés quasiment comme des délinquants, quand ils effectuent un petit excès de vitesse.

Progressivement, frauder, profiter du système ou rechercher des aides de l’Etat est devenu un sport national au détriment de l’envie et du plaisir de bien travailler pour de plus en plus de personnes.

L e recours aux paradis fiscaux et au dumping social par les plus grandes entreprises, dont celles appartenant encore partiellement à l’Etat, leur permet de faire des bénéfices pharaoniques. Avantagées, elles fragilisent ou elles ruinent le tissu des petites entreprises nationales honnêtes. Ces dernières ne peuvent pas les concurrencer sur les prix quand elles ne s’arrangent pas pour contourner les réglementations exagérées imposées.

E n plus des fraudes, la fuite massive légale et organisée de capitauxaggrave la situation du pays. Ainsi, sur le conseil de bons fiscalistes, de nombreux riches (patrons, artistes, sportifs…) s’expatrient pour ne presque plus contribuer à l’économie du pays, tout en y maintenant leurs affaires rémunératrices.

D e nombreux entrepreneurs de tout âge, refusant d’être entravés et spoliés, fuient pour créer leur entreprise dans des pays heureux de les accueillir, tant ils y sont créateurs de richesses et d’emplois. Parmi ceux qui restent, ils sont de plus en plus nombreux à développer l’économie parallèle de l’argent au noir. Beaucoup d’entre eux ne cherchent même plus à développer leurs entreprises et ils se replient sur eux-mêmes. Sans plus transmettre leurs expériences aux jeunes générations, ils sont de plus en plus nombreux à recourir aux travailleurs détachés plus motivés.

Pendant ce temps, environ un quart des jeunes en métropole et la moitié en territoires d’Outre Mer touchent quelques subsides pour se tenir bien sages. En ne les apprenant plus tous à combattre par la suppression du service militaire, en les rendant accrocs de leurs smartphone ou d’émissions de “télé-irréalité”, en les laissant devenir dépendant de drogues plus ou moins dures qu’ils ont commencé à légaliser, les pouvoirs en place espèrent maintenir tranquillement leur train de vie royal sans réformer le pays comme ils le devraient.

D e plus en plus de retraités s’exilent aussi en oubliant que leur retraite provient, pour la majorité d’entre eux, d’un système de répartition qu’ils participent à détruire en ne réinjectant presque pas d’argent de leur pension dans l’économie française.

T out comme de nombreux chercheurs qui se voient offrir de meilleures conditions de travail et de revenus à l’étranger, de plus en plus de jeunes pleins d’énergie pour travailler et aux compétences les plus recherchées, sont embauchés dans des entreprises internationales. Ils y bénéficient de meilleurs salaires et d’opportunités de carrières que ne leur proposent plus les entreprises sclérosées françaises. Aucune contribution ne revient ainsi en retour au pays qui a dépensé pour les former.

Pendant ce temps, les élus politiques jugent intouchables les rémunérations et les avantages scandaleux qu’ils se sont octroyés. C’est à croire qu’ils ne se sentent pas concernés par la crise profonde du pays. Pour se donner bonne conscience et éviter les critiques, ils continuent à inventer des aides pour acheter prochainement les voix des électeurs, tout en sachant qu’ils ne pourront pas les financer. Malgré cela, ils osent exiger de leur peuple passif de faire tous les efforts pour payer leur mauvaise gestion.

Les bénéfices des grandes entreprises alimentent des actionnaires au détriment du recrutement de personnels et des investissements d’avenir. Les plus gros financiers se dissimulent dans une masse de petits porteurs.

Pour toutes ces raisons, les recettes fiscales, dont les cotisations sociales, sont en chute libre et les systèmes de protection solidaires nationaux (santé, chômage, retraites) vont finir par s’effondrer pour le malheur de tous.

L’État compense, pour l’instant, en endettant toujours plus le pays par de nouveaux emprunts qu’il souscrit auprès des financiers dans l’indifférence et l’omerta générale en gageant l’épargne bancaire issue du travail des citoyens inconscients.

LA DOUBLE CHANCE : Tout le projet en quelques clics

“Il est temps que ceux vendent des rêves cèdent la place à ceux qui les réalisent” Jan Contraméfera

Qui est Jean-Marc Fortané ?

Jean-Marc FORTANÉ, ex candidat à la primaire présidentielle citoyenne

.

“Ne te demande pas ce que ton pays peut faire pour toi, mais plutôt, demande-toi ce que tu peux faire pour ton pays”

John Fitzgerald Kennedy.

.

Proposer un nouveau modèle de société :

Jean-Marc Fortané est candidat à la primaire citoyenne organisée depuis plusieurs mois par le site la primaire.org. Distribuant de fausses boîtes de médicaments Democratol (qui élimine durablement l’impuissance politique), Jean-Marc Fortané sait faire preuve d’opiniâtreté pour faire entendre sa voix. Vétérinaire et entrepreneur, l’homme n’a peur de rien, se sent capable de déplacer les montagnes, de franchir toutes les portes (y compris de TV Libertés) pour présenter un programme qu’il a mûrement réfléchi. Même s’il n’est pas un “professionnel de la politique”, ce sportif de l’endurance se veut pragmatique et innovant. Et il pressent que la France doit changer de cap ou foncer droit dans l’iceberg. Jean-Marc Fortané, le candidat-citoyen entre rêve et bon sens ? A chacun de juger.

A propos de LaPrimaire.org

Cet article fait partie d’une série d’articles présentant mon projet politique exposé dans le cadre de LaPrimaire.org. LaPrimaire.org est une primaire citoyenne démocratique et ouverte dont le but est de faire émerger une candidature citoyenne forte pour les élections présidentielles de 2017. Vous pouvez retrouvez tous mes articles et mon profil sur ma page candidat : Jean-Marc Fortané.