Un rapport publié par JP Morgan affirme que la Terre est sur une trajectoire non durable-21/02/2020

Jancovici
Jancovici
Feb 21 · 4 min read

Un rapport publié par le principal financier mondial des combustibles fossiles affirme que la Terre est sur une trajectoire non durable

Article original du Guardian : https://www.theguardian.com/environment/2020/feb/21/jp-morgan-economists-warn-climate-crisis-threat-human-race

Le plus grand financier mondial des combustibles fossiles a averti ses clients que la crise climatique menace la survie de l’humanité et que la planète est sur une trajectoire non durable, selon un document ayant fait l’objet d’une fuite.

Le rapport de JP Morgan sur les risques économiques du réchauffement climatique causé par l’homme a déclaré que la politique climatique devait changer sous peine de conséquences irréversibles pour le monde.

L’étude condamne implicitement la propre stratégie d’investissement de la banque américaine et souligne les préoccupations croissantes des grandes institutions de Wall Street quant aux risques financiers et de réputation liés au financement continu des industries à forte intensité de carbone, telles que le pétrole et le gaz.

JP Morgan a fourni 75 milliards de dollars (61 milliards de livres sterling) en services financiers aux entreprises qui se développent le plus agressivement dans des secteurs tels que la fracturation et l’exploration pétrolière et gazière dans l’Arctique depuis l’accord de Paris, selon une analyse compilée pour le Guardian l’année dernière.

Son rapport a été obtenu par Rupert Read, porte-parole de la Rébellion de l’Extinction et professeur de philosophie à l’Université d’East Anglia, et a été vu par le Guardian.

Selon les recherches des économistes de JP Morgan David Mackie et Jessica Murray, la crise climatique aura des répercussions sur l’économie mondiale, la santé humaine, le stress hydrique, les migrations et la survie d’autres espèces sur Terre.

“Nous ne pouvons pas exclure des résultats catastrophiques lorsque la vie humaine telle que nous la connaissons est menacée”, note le document, qui est daté du 14 janvier.

S’appuyant sur de nombreux documents universitaires et sur les prévisions du Fonds monétaire international et du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) des Nations unies, le document indique que le réchauffement de la planète devrait atteindre 3,5°C au-dessus des niveaux préindustriels d’ici la fin du siècle. Selon le document, la plupart des estimations des coûts économiques et sanitaires probables sont bien trop faibles car elles ne tiennent pas compte de la perte de richesse, du taux d’actualisation et de la possibilité d’une augmentation des catastrophes naturelles.

Les auteurs affirment que les décideurs politiques doivent changer de direction car une politique climatique qui ne changerait pas “pousserait probablement la terre dans une situation qu’elle n’a pas connue depuis plusieurs millions d’années”, avec des résultats qui pourraient être impossibles à inverser.

“Bien qu’il ne soit pas possible de faire des prévisions précises, il est clair que la Terre est sur une trajectoire non durable. Quelque chose devra changer à un moment donné si la race humaine veut survivre”.

Selon la banque d’investissement, le changement climatique “reflète une défaillance du marché mondial en ce sens que les producteurs et les consommateurs d’émissions de CO2 ne paient pas pour les dommages climatiques qui en résultent”. Pour inverser la tendance, il souligne la nécessité d’une taxe mondiale sur le carbone, mais avertit que “cela ne se fera pas de sitôt” en raison des inquiétudes concernant l’emploi et la compétitivité.

Selon les auteurs, il est “probable que la situation [climatique] continuera à se détériorer, peut-être plus que dans tous les scénarios du GIEC”.

Sans nommer d’organisation, les auteurs affirment que des changements se produisent au niveau micro, impliquant des changements de comportement de la part des individus, des entreprises et des investisseurs, mais qu’il est peu probable que cela suffise sans l’implication des autorités fiscales et financières.

L’année dernière, une analyse compilée pour le Guardian par Rainforest Action Network, une organisation environnementale basée aux États-Unis, a révélé que JP Morgan était l’une des 33 puissantes institutions financières à avoir fourni un total estimé de 1,9 trilliards de dollars (1,47 trilliard de livres sterling) au secteur des combustibles fossiles entre 2016 et 2018.

Un porte-parole de JP Morgan a déclaré à la BBC que l’équipe de recherche était “totalement indépendante de l’entreprise dans son ensemble, et ne faisait aucun commentaire à ce sujet”, mais a refusé de commenter davantage. Les métadonnées sur le pdf du rapport obtenues par Read indiquent que le document a été créé le 13 janvier et que l’auteur du fichier est Gabriel de Kock, directeur exécutif de JP Morgan. Le Guardian a contacté la banque d’investissement pour obtenir ses commentaires.

La pression exercée par les grévistes étudiants, les actionnaires militants et les militants pour le désinvestissement a incité plusieurs grandes institutions à affirmer qu’elles feront du climat une priorité. Le modèle économique des entreprises de combustibles fossiles s’affaiblit également à mesure que l’éolien et le solaire deviennent plus compétitifs. Au début de ce mois, l’influente banque d’affaires Goldman Sachs a abaissé la note d’ExxonMobil d’une position “neutre” à une position “de vente”. En janvier, BlackRock — le plus grand gestionnaire d’actifs au monde — a déclaré qu’il réduirait son exposition aux combustibles fossiles avant une “importante réaffectation des capitaux”.

Les groupes environnementaux restent méfiants car des sommes énormes sont investies dans les entreprises pétrochimiques, mais certains analystes financiers chevronnés affirment que la situation est en train de changer. Le spécialiste de l’argent de la CNBC, Jim Cramer, a choqué de nombreuses personnes dans son domaine lorsqu’il a déclaré “J’en ai fini avec les combustibles fossiles. Ils sont finis. Ils sont juste finis”. Décrivant comment une nouvelle génération de gestionnaires de fonds de pension se désengageait, il a affirmé que les entreprises pétrolières et gazières étaient en phase terminale. “Le monde s’est retourné contre elles. En fait, cela se produit assez rapidement. On assiste à un désinvestissement de la part de nombreux fonds différents. Ce sera un défilé qui dira : “Regardez, c’est du tabac. Et nous n’allons pas en acheter”, a-t-il dit. “Nous sommes dans un monde nouveau.”

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Written by

Jancovici

Ce blog n’est pas géré par Jean-Marc Jancovici mais par les bénévoles qui gèrent sa page Facebook

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade