Non, Monsieur Joffrin, la laïcité, ce n’est pas la tolérance.

Dans un article au titre de “Stop à la réac academy”, vous nous assénez votre vérité sur ce qu’est la laïcité en prenant comme exemple la place de place de l’islam en France.

L’islam a droit de cité en France : c’est la loi de la République. Il faut encourager ce mouvement, pour jouer justement l’intégration, et donner toute leur place à ces citoyens dont les apports enrichiront la culture française, ce qui évitera, au passage, toute convergence de la masse musulmane avec la petite minorité intégriste qui nous révulse. La laïcité, c’est la tolérance.

“La laïcité, c’est la tolérance.” Désolé de vous contredire, Monsieur Joffrin, mais la laïcité, ce n’est pas la tolérance. Comme le dit si justement Catherine Kintzler :

La laïcité est un concept philosophique qui, à la différence de la tolérance, ne se demande pas comment faire exister ensemble les libertés dans une société donnée en tenant compte des différentes communautés.

Comme le disait Jean-Paul Rabaut Saint-Étienne à l’Assemblée Nationale le 23 août 1789 :

Messieurs, ce n’est pas même la tolérance que je réclame ; c’est la liberté. La Tolérance ! Le support ! Le pardon ! La clémence ! Idées souverainement injustes envers les dissidents, tant qu’il sera vrai que la différence de religion, que la différence d’opinion n’est pas un crime. La Tolérance ! Je demande qu’il soit proscrit à son tour, et il le sera, ce mot injuste qui ne nous présente que comme des Citoyens dignes de pitié, comme des coupables auxquels on pardonne, ceux que le hasard souvent et l’éducation ont amenés à penser d’une autre manière que nous. L’erreur, Messieurs n’est point un crime ; celui qui la professe la prend pour la vérité ; elle est la vérité pour lui ; il est obligé de la professer, et nul homme, nulle société n’a le droit de le lui défendre.

La tolérance n’est insuffisante face aux intégrismes, que vous dénoncez : “Les pressions exercées par certains d’entre eux sur la majorité pour qu’elle adopte un mode de vie conforme à la charia sont insupportables.”, c’est justement le régime de laïcité et non de tolérance qui permet de lutter contre les intégrismes, comme le souligne, une nouvelle fois Catherine Kintzler.

Un régime de tolérance simple est relativement désarmé pour affronter un dogmatisme intégriste « dur » à prétention hégémonique (qui ne supporte pas autre chose que lui-même). La laïcité est beaucoup mieux armée parce qu’elle n’accorde a priori aucune reconnaissance politique aux communautés de croyance, et qu’elle fonde l’association politique sur une base qui ne requiert aucune profession de foi. Même le lien politique n’a pas besoin d’un acte de foi en régime laïque.