Premiers pas: 1er journal de mandat

Mon intention était d’être rapidement prêt à travailler. Je suis ainsi venu tôt par avion lundi 19 au matin, après avoir célébré furtivement avec nos amis et électeurs. Je me suis ainsi présenté devant les portes de l’Assemblée Nationale lundi matin, “le premier devant les grilles” comme me l’ont dit les gens qui m’ont très aimablement accueilli et dirigé. Mes démarches administratives ont été achevées dès lundi soir.

Petite digression: le choix m’a été donné entre deux régimes de retraite “simple” et “avec complémentaire”; les deux sont avantageux, mais m’ont semblé déjà beaucoup trop avantageux justement, ce qui m’a fait privilégier le régime “simple”. Ce type de préoccupation du système de retraite qui me serait le plus avantageux échappe totalement à mon champ de préoccupation, occupé par la réussite de ma nouvelle mission. Par ailleurs, dans une optique de suppression des régimes de retraite, j’ai privilégié la solution la moins avantageuse des deux. Me projeter retraité, me semble très loin de mon envie actuelle, et je me vois déjà comme un retraité qui arpentera le monde à la recherche de nouveaux défis à relever.

Il me reste à trouver mes assistants parlementaires. Tout se jouera sur le type de mission que j’aurai à remplir dans le cadre de la commission parlementaire permanente à laquelle je serai affecté. Ma volonté de coeur et de raison va aux affaires étrangères, nous verrons si ce souhait se concrétise dans quelques jours. Alors que le choix nous a été donné, j’ai demandé en 2ème choix la commission défense et en 3ème choix éducation et culture, ayant jugé que mon expertise en relations internationales et mes compétences linguistiques puissent être utiles dans ce cadre. Le 3ème choix est celui d’un intérêt marqué pour la réforme des méthodes d’éducation redirigées vers des méthodes “evidence-based” et permettant de tirer profit au mieux de nos connaissances en neurosciences cognitives. La culture, évidemment de par mon tropisme particulier pour la musique et les arts en général.

Aujourd’hui je dois encore rencontrer quelques acteurs du monde politique, continuer de rencontrer mes collègues, et auditionner des candidats pour être mes assistants parlementaires. La 1ère personne confirmée est Emeline Ozhan, qui a accompagné ma campagne et la campagne présidentielle depuis la Suisse, qui partagera un temps partiel d’assistante parlementaire en circonscription avec une à deux personnes probablement, fortes de la connaissance du terrain: la Suisse et le Liechtenstein. Pour Paris, je cherche en ce moment une perle rare, hors des clous, un profil atypique et passionné, pluri-lingue (hébreu, arabe, russe et anglais désirés) et pouvant être utile dans une vision diplomatique 2.0, dynamique, adaptable. J’ai du déjà décliner quelques offres très valables mais trop standards pour la petite révolution “froide” que nous désirons opérer en politique.

Demain, je serai au salon du Bourget avec la délégation de la chambre de commerce et d’industrie franco-suisse. Vendredi, je continuerai mes entretiens de recrutement et quelques interviews.

J’ai eu l’occasion de communiquer sur ma méthode et l’origine de mon engagement auprès de France info, le Monde, le Figaro, wikipedia, Quotidien (TMC), et en direct dans C News. Demain, j’interviendrai à la radio probablement.

Ce week-end, nous aurons notre formation pour les nouveaux députés LREM, et je rentrerai pour une journée à Genève dimanche soir et lundi, afin de finaliser le recrutement de mes assistants. La semaine prochaine s’ouvre le travail parlementaire, dès mardi, je vous tiendrai au courant bientôt.

Bien cordialement à tous,

Joachim

Like what you read? Give Joachim Son Forget a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.