Pourquoi le prix du Bitcoin va inévitablement atteindre les 100 000€


Après avoir connu une année 2018 catastrophique, la valeur de Bitcoin a augmenté de près de 90% cette année passant de 3 425€ à 6 500€ (au moment où je publie cet article) ce qui en fait l’actif ayant le plus progressé en 2019 et ce n’est que le début. Le prix du Bitcoin pourrait atteindre les 100 000€ d’ici quelques années. Je vais essayer de vous expliquer pourquoi en vous donnant des raisons concrètes et fondamentales qui sont difficilement contestables. Même notre ami Nouriel Roubini ou les autres détracteurs du Bitcoin — comme le délicieux Olivier Delamarche — ne pourront pas nier !

Bitcoin est devenu un véritable actif de diversification

Comme je le disais il y a presque un an, je crois plus que jamais que Bitcoin peut être comparé à de l’or numérique. Bien que nous n’ayons pas encore connu la crise sur les marchés financiers pour réellement tester sa caractéristique de “valeur refuge” (en 2020 peut être ? Les bourses ont parfois été multipliées par 2 ou 3 depuis la crise de 2008), il est clair que Bitcoin est aujourd’hui complètement décorrélé des marchés financiers traditionnels et, à ce titre, il est indispensable d’en détenir dans son portefeuille dans une logique de diversification et d’investissement à long terme. En effet, d’après la théorie moderne du portefeuille d’Harry Markowitz, il est reconnu qu’un portefeuille d’investissement doit être diversifié pour obtenir de meilleurs résultats à long terme et réduire les risques. Bitcoin a une très faible corrélation (proche de zéro) avec les principales classes d’actifs que sont les actions, les obligations ou encore les matières premières et l’immobilier. Ainsi, tous les épargnants devraient avoir au moins 1 ou 2% de leur patrimoine exposé au Bitcoin et les investisseurs les plus enthousiastes devraient même en détenir entre 5 et 10%. D’après une étude menée par un économiste de la célèbre université de Yale, l’allocation optimale serait d’inclure au moins 6% de Bitcoin dans son portefeuille. L’investissement dans Bitcoin est devenu tellement incontournable ces dernières années que les investisseurs institutionnels internationaux en achèteraient massivement et la tendance n’est pas près de ralentir. Bank Of America, l’une des plus grosses banques américaines, a même nommé, il y a quelques jours, le Bitcoin comme étant le meilleur investissement de la décennie.

Personnellement, Bitcoin représente environ 8 à 10% de mon patrimoine total et j’en accumule toutes les semaines à travers de l’achat automatique de Satoshi — c’est l’unité de mesure la plus petite du Bitcoin (100.000.000 Sat = 1 Bitcoin). On parle de stratégie d’investissement programmée ou encore de Dollar Cost Averaging (DCA) en anglais.

Bitcoin peut même être considéré comme une nouvelle classe d’actifs à part entière, comme nous le fait très justement remarquer Mathieu Jamar ( fondateur du hedge fund b40Lux), Bitcoin est à mi-chemin entre une matière première, une monnaie, et la détention d’une part d’une entreprise technologique.

Bitcoin est un actif déflationniste (contrairement au monnaies-FIAT Euro, Dollars, Yen, etc)

L’inflation est un mécanisme qui fait perdre de la valeur à l’argent. C’est très simple : plus il y a de création monétaire et de l’argent en circulation, moins cet argent va valoir quelque chose. Concrètement, depuis 2008 et la crise financière, la Banque Centrale Européenne a injecté énormément d’argent dans l’économie via son programme de rachat d’actifs dit “quantitative easing”. Le bilan de la BCE a quasiment été multiplié par 4 depuis 2008 pour atteindre près de 4700 milliards d’euro fin novembre 2019.

Contrairement aux monnaies-FIAT, la quantité de Bitcoin est limitée. Par design, il n’y aura jamais plus de 21 millions d’unité. La création monétaire est produite par les mécanismes de “minage” qui va récompenser les “mineurs” à chaque fois qu’ils sécurisent un nouveau bloc (de la blockchain Bitcoin). Tous les 210.000 blocs créés, cette récompense diminue de moitié, c’est ce qu’on appelle le “halving”. La prochaine réduction de moitié de Bitcoin devrait avoir lieu en mai 2020. Cet événement est significatif car la quantité de Bitcoin extraite après chaque bloc de dix minutes passera de 12,5 Bitcoins à 6,25 Bitcoins. C’est aussi un moment où l’offre se raréfie encore plus donc le prix devrait s’apprécier mécaniquement durant cette période.

Ainsi, aucune autorité dans le système ne peut « imprimer » des Bitcoins à volonté comme le font les banques centrales depuis qu’elles existent. Donc pas de “quantitative easing”, pas de planche à billets dans Bitcoin ! Cet effet “rareté” aura donc un impact positif sur l’appréciation du prix à long terme (une caractéristique identique à celle de l’or).

Bitcoin devient une solution de plus en plus incontournable pour les populations dont la monnaie nationale est fortement affectée par l’inflation. Par exemple, le bolivar vénézuélien souffre d’hyperinflation au taux actuel de plus de 10 000% par an, ce qui le rend fondamentalement sans valeur. En effet, en période d’inflation ou de crise monétaire (comme en Argentine actuellement), la valeur de la devise locale est régulièrement réévaluée à la baisse, entraînant une montée des prix ainsi que des restrictions sur l’accès à la monnaie (limitation des retraits en espèce, fermeture des banques, interdiction d’utiliser des devises étrangères….). Malheureusement, je pense que de tels scénarii pourraient se produire dans d’autres pays dans les prochaines années, ce qui contribuera encore à l’appréciation de Bitcoin dans le temps.

Dans son rapport “Imagine 2030”, la Deutsch Bank, l’une des plus grosses banques allemandes, prévoit même une disparition progressive de la monnaie-FIAT d’ici plusieurs dizaines d’années et son remplacement par des monnaies alternatives comme Bitcoin ou d’autres. Les politiques monétaires accommodantes et les montagnes de dettes souveraines ont sapé la confiance des acteurs économiques dans le système actuel. L’ancien ministre de l’économie Italien a d’ailleurs déclaré récemment :

“Bitcoin, c’est l’avenir et personne ne peut l’arrêter”.

Bitcoin est un actif de plus en plus accessible et réglementé

En 2017, pendant la période d’euphorie sur les crypto-monnaies, les gens ont dû attendre des semaines pour ouvrir des comptes dans la plupart des sociétés proposant d’acheter du Bitcoin. Les plateformes d’échanges n’étaient pas calibrées pour gérer un afflux massif de nouveaux clients. Les parcours de souscription étaient mal conçus du point de vue “UX Design” pour faciliter l’accès des utilisateurs. Et surtout, peu de ces acteurs n’avaient de licences ou de statuts réglementaires adaptés pour opérer leurs activités.

Aujourd’hui, le marché est plus mature et les solutions plus fluides. La procédure de KYC — identification client — prend 5–10 minutes environ (c’est encore beaucoup trop long selon moi !) et nous avons de nombreuses plateformes d’échanges ou encore de brokers en tout genre qui rendent Bitcoin plus accessible et qui en démocratisent la détention.

Grâce à la loi PACTE, la France est l’un des premiers pays au monde à donner un cadre réglementaire avec la création du statut de PSAN, Prestataire de Service en Actif Numérique. Ce statut devrait apporter davantage de confiance aux clients et donc ouvrir de nouvelles perspectives au marché. La loi PACTE autorise même l’intégration de Bitcoin aux contrats d’assurance-vie, via des fonds professionnels spécialisés comme celui proposé depuis quelques semaines par Napoléon AM (c’est une première en France, félicitation à eux !). C’est une avancée majeure pour le déploiement de solutions d’investissement en Bitcoin pour les épargnants dans les années à venir.

La Libra et les autres “stable coin” vont favoriser l’adoption de Bitcoin

La Libra, le “stable coin” que veut lancer Facebook, risque de retomber dans les travers du système financier traditionnel puisqu‘il instaure une sorte de banque centrale privée chargée d’assurer la convertibilité de cette nouvelle monnaie vers les autres monnaies-FIAT. A mon sens, toutes les garanties que pourrait apporter Facebook pour rassurer les Etats (USA et Europe en particulier) sur le fonctionnement de cette nouvelle banque centrale seront vaines — les conflits d’intérêt sont trop importants. D’autant plus que Facebook connaît déjà des crises sur l’utilisation des données de ses utilisateurs, leur légitimité à porter ce projet est clairement posée.

On parle aussi beaucoup des crypto-monnaies étatiques, notamment en Europe mais surtout en Chine. Ces projets devraient émerger en 2020. Christine Lagarde, la nouvelle Présidente de la Banque Centrale Européenne, a clairement laissé entendre son envie de créer un crypto-euro avec toutes les inquiétudes en termes surveillance des populations que cela pourrait engendrer.

Que l’on y croit ou pas, je pense que tous ces projets représentent une véritable campagne de publicité massive pour Bitcoin. Les gens vont petit à petit mieux comprendre les grands principes et l’intérêt de détenir du Bitcoin.

L’objectif de Bitcoin est clairement exprimé dès la première ligne du livre blanc de son créateur Satoshi Nakamoto :

“Une version d’un système de paiement purement pair-à-pair permettrait des paiements en ligne directs d’une partie à l’autre sans passer par une institution financière.”

Le retrait de la confiance dans les institutions financières lors d’une transaction est la pierre angulaire sur laquelle repose le protocole Bitcoin. L’irréversibilité d’une transaction Bitcoin est ce qui permet de comparer une transaction Bitcoin a une transaction en argent liquide.

Bitcoin en quelques points :

  • le protocole est parfaitement décentralisé
  • l’échange est incensurable
  • l’authenticité est infalsifiable
  • l’information contenue dans un block est immuable (environ 1 heure après l’initiation de la transaction)
  • la possession est incontestable et insaisissable
  • la réglementation est mathématiquement incorruptible
  • la politique monétaire est pré-programmée dans le code source et ne peut être changée (il ne pourra jamais exister plus de 21 Millions de Bitcoin)
  • l’utilisation est ouverte à tous sans conditions
  • tout le monde peut utiliser et développer sur le protocole Bitcoin (open source)
  • en 10 ans d’existence, Bitcoin n’a jamais eu aucune faille de sécurité

Conclusion

Avec la combinaison des facteurs ci-dessus, je pense que Bitcoin devrait dépasser la barrière des 100.000€ d’ici 5 à 10 ans, mais le chemin ne sera pas sans heurts. Il y aura des cycles d’expansion et de ralentissement comme cela l’a été par le passé.

Il est évidemment possible que Bitcoin n’atteigne jamais ces prix ou qu’il soit confronté à un revers considérable tel un cygne noir pour le plus grand bonheur de ses détracteurs. Cependant, mon pari est clairement sur une appréciation forte du Bitcoin à long terme. En fait, je pense qu’un jour, nous regarderons en arrière et nous réaliserons que le plus grand risque était de ne pas investir du tout dans Bitcoin.


Avertissement : Le contenu ci-dessus représente mon opinion. Par conséquent, il ne s’agit pas d’un conseil en investissement.


Je vous souhaite à tous de passer d’excellentes fêtes de fin d’année et on se donne rendez-vous en 2020 pour de nouveaux projets.

#BitcoinOnly #StackingSats

Pour me suivre : Instagram / Linkedin / Twitter

Jonathan Herscovici

Written by

Bitcoin entrepreneur — Angel Investor — Founder @WeSave_FR (acquired by @Amundi_FR in 2019)

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade