Décision + Constance = Progrès

“Je suis contre tout jusqu’au moment où je prends une décision, dans ce cas-là, je suis pour.” Johan Cruyff

Face à toute idée nouvelle, les miennes comme celles des autres, mon premier réflexe est de la mettre en pièce, dans ma tête. Avec beaucoup de scepticisme, je soulève chacun des points bloquants de la proposition. Donc, au départ, toutes les options me paraissent mauvaises, pour ne pas dire nulles. Après un temps de réflexion, je prends une décision. À ce moment, l’option que je prends n’est pas la meilleur, elle est la bonne.

Ce que je veux dire, c’est que chaque piste présente des avantages et des inconvénients. Le choix que l’on fait doit nous permettre d’atteindre l’objectif qu’on se fixe. Dans notre esprit, il ne peut être que le bon et pas le meilleur. La différence entre le bon et le meilleur est fine au départ, énorme à l’arrivée. Le meilleur sous-entend le doute, quand le bon crie la détermination. Nous avons choisi, donc l’heure n’est plus au doute, elle est à la concentration.

Cependant, le fait d’être persuadé d’avoir pris la bonne décision ne doit pas tourner à l’aveuglement. Au contraire, des moments de remise en question doit être prévus. Ne cédons pas à la panique en remettant tout en cause, à chaud, après un évènement ponctuel. Les choix se font avec calme, pas avec passion. Vais-je dans la bonne direction ? On peut éventuellement adapter son avancée grâce à ces moments de réflexion.

Je peux tout entendre avant de prendre ma décision et aux moments où je me remets en question. Dans l’intervalle entre ces moments, qui peut durer des secondes ou des années, je n’entends plus rien. De mon point de vue, ce n’est pas de l’entêtement excessif, j’essaie d’être constant. Je trouve qu’on parle trop rarement de cette aptitude incroyable qu’est la constance. Elle mêle la volonté et la patience, nous en avons tellement besoin, dans tellement de situations.

On ne va nulle part en s’interrogeant sans cesse. Les interrogations doivent avoir lieu à des moments précis. Ces moments servent à s’assurer qu’on va dans la bonne direction et à apporter les ajustements nécessaires. Mais ne revenons pas au point de départ, sinon nous ne le quitterons jamais.

Et souvent, au fond, c’est ce qu’on cherche: la chaleur du point de départ, accompagnée de ses réflexions sans conséquences. Plutôt que les tribulations du chemin vers l’objectif fixé.

Embrassons ces épreuves plutôt plus que nous les craignons car elles sont partie intégrante de la progression. En restant dans une zone de confort, il ne peut y avoir de progrès.


Démonstration

L’Homme rêve sa vie et cherche à la matérialiser.

Si l’Homme est capable de se lancer en avant, qu’il a assez de concentration et de patience pour ne pas paniquer alors cet Homme avance vers ses objectifs.

On peut affirmer que l’Homme décidé et constant progresse.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.