Mes crises d’épilepsie: Ce qui les favorise

Une crise d’épilepsie peut arriver à tout moment. Cette imprévisibilité est bien une des pires choses (si pas la pire) avec l’épilepsie.

Mais, il y a un “mais”!

Certaines personnes découvrent avec le temps des facteurs qui favorisent leurs crises. Par exemple, après avoir bu de l’alcool, certaines personnes savent qu’ils vont probablement avoir une crise.

Malheureusement, pour chacun, ces facteurs déclenchants sont différents.

Est-ce que vous connaissez les vôtres?
Si vous les connaissez, vous pouvez les éviter, et si vous pouvez les éviter, vous pouvez diminuer le nombre de crises!
Si vous pouvez diminuer les crises, vous pouvez regagner du contrôle dans votre vie. CQFD!

Connaître les facteurs favorisant ses crises, est donc très pertinent. Dans cet article, je liste les facteurs favorisants les plus fréquents, je vous présente une manière d’apprendre à connaître les vôtres, et je finis brièvement avec quelques techniques pour les éviter.

Attention! Ces facteurs favorisants ne provoquent pas systématiquement une crise: ils favorisent une crise chez certains, mais beaucoup de crises peuvent toujours arriver sans raison apparente!


Les facteurs favorisants les plus fréquents

Selon plusieurs études scientifiques (voir sources à la fin de l’article), jusqu’à 9 personnes sur 10 savent identifier au moins un facteur favorisant. Souvent, une personne a plus qu’un facteur déclenchant ses crises.

Les facteurs les plus fréquents sont montrés dans le graphique ci-dessous.

Une grande majorité, plus de 60% des gens, rapporte le stress, la fatigue ou le manque de sommeil comme facteurs favorisants leurs crises d’épilepsie.

Ensuite, environ la moitié des gens parle d’autres facteurs comme:

  • L’oubli de la prise de traitement (ça arrive à tout le monde…)
  • Le changement de traitement (un moment stressant donc)
  • Menstruation (pour les femmes uniquement)
  • Emotions
  • Au réveil (réveils choquants donc!)

Et puis, pour 15% à 30% des gens, d’autres facteurs sont aussi favorisants: les stimuli visuels, l’alcool, la chaleur/l’humidité (par exemple une douche fermée), être malade, une activité physique, la douleur.

Il existe aussi d’autres facteurs favorisants moins fréquents, comme: rapports sexuels (aw…), utiliser de la drogue, stimuli tactiles/auditifs/olfactifs, changement de régime, excitation, ovulation, rayons du soleil, autres médicaments (non liés à l’épilepsie), caféine…


Comment connaître ses facteurs favorisants?

En voyant cette liste, vous reconnaissez sans doute quelques facteurs favorisants, mais lesquels sont précisément applicables pour vous? La meilleure manière de le découvrir est de garder un journal de vos crises d’épilepsie et d’ensuite analyser ce qui a favorisé vos crises.

Capture d’écran de l’appli Helpilepsy

Pour rendre ça plus facile, il existe une application mobile et web: Helpilepsy.

Cette application est une sorte d’assistant personnel pour vous aider à garder un journal et comprendre votre épilepsie.

L’assistant va vous montrer alors ce qui provoque les crises chez vous.

Pour info: je fais partie de l’équipe qui travaille sur cette application. Nous travaillons avec des neurologues pour avoir une application vraiment utile et pertinente. Celle-ci est encore en phase de test, mais sera à votre disposition dès fin août!

Pour être parmi les premiers à l’utiliser, inscrivez-vous sur le site web: www.helpilepsy.com/fr !
Ou suivez-nous sur Facebook

Comment éviter ces facteurs?

Une fois que vous connaissez mieux vos facteurs favorisants, vous pouvez essayer de les éviter.

Pour ça, il faut regarder chaque facteur séparément. Dans cet article, je me concentre sur les facteurs majeurs.

Le stress

Plusieurs études scientifiques montrent que des exercices de relaxation aident à réduire le nombre de crises chez les personnes où le stress est un facteur favorisant. L’effet de ces exercices est parfois drastique! En tête, le yoga, la méditation et d’autres techniques de relaxation.

En avant pour une recherche Google des cours de yoga dans les environs! https://www.google.fr/search?q=cours+de+yoga+dans+les+environs&oq=cours+de+yoga+dans+les+environs

Le manque de sommeil

Pour le manque de sommeil, pas de secrets! Il faut s’imposer une discipline de vie et se forcer à avoir le nombre d’heures de sommeil qui est nécessaire pour vous.

Une manière de vérifier ça est de noter ses heures de sommeil tous les jours (par exemple dans l’appli Helpilepsy: www.helpilepsy.com/fr).

Des bracelets “fitness”, comme les Fitbit, permettent aussi d’automatiquement enregistrer ses heures de sommeil. (avec l’équipe Helpilepsy, on travaille pour intégrer les données des bracelets “fitness” dans l’application pour donner encore plus d’infos sur votre épilepsie)

Oubli prise de traitement

Ici, il existe plusieurs techniques:

  • Utiliser un pilullier
  • Encoder des rappels sur son smartphone (aussi possible via l’appli Helpilepsy)
  • Impliquer son partenaire
  • Conserver une plaquette de secours sur soi

Et vous? Qu’est-ce qui favorise vos crises?

Quels trucs & astuces avez-vous mis en place pour éviter ces facteurs?

Si ça vous intéresse, n’oubliez pas de vous inscrire à l’appli Helpilepsy via www.helpilepsy.com/fr ou suivez-nous sur Facebook

Références

Monica Ferlisi, Simon Shorvon, Seizure precipitants (triggering factors) in patients with epilepsy, Epilepsy & Behavior, Volume 33, 2014, Pages 101–105

Jaya Pinikahana, Joanne Dono, Age and gender differences in initial symptoms and precipitant factors of epileptic seizures: An Australian study, Epilepsy & Behavior, Volume 16, Issue 2, 2009, Pages 231–239

E. Balamurugan, Meena Aggarwal, Anurag Lamba, Nitika Dang, Manjari Tripathi, Perceived trigger factors of seizures in persons with epilepsy, Seizure, Volume 22, Issue 9, 2013, Pages 743–747

Michael Privitera, Michael Walters, Ikjae Lee, Emily Polak, Adrienne Fleck, Donna Schwieterman, Sheryl R. Haut, Characteristics of people with self-reported stress-precipitated seizures, Epilepsy & Behavior, Volume 41, 2014, Pages 74–77

Tobias Lundgren, JoAnne Dahl, Nandan Yardi, Lennart Melin, Acceptance and Commitment Therapy and yoga for drug-refractory epilepsy: A randomized controlled trial, Epilepsy & Behavior, Volume 13, Issue 1, 2008, Pages 102–108