Je vais essayer de faire l’avocat du diable: oui!, le défi de l’Afrique est “civilisationel”…

Emmanuel Macron peut avoir raison de dire que le défi de l’Afrique est “civilisationel” si cela signifie que l’Afrique doit renouer avec ses racines qui font d’elle la “Fondation de la Civilisation Humaine et de son Histoire” pour faire face à la destruction et déstructuration politique que des siècles d’esclavage, de colonisation, de néocolonialisme et des dictatures post coloniales de pillages ont causés sur ce continent…

Alors peut-être qu’Emmanuel Macron aurait pu éviter toute la polémique s’il avait résumé sa pensée en disant tout simplement que le défi de l’Afrique est politique! Et je suis tout à fait d’accord que le problème de l’Afrique est avant tout de développer des systèmes politiques nationaux efficaces capables d’organiser la livraison des services publics à la population et d’assurer l’émergence des économies nationales efficientes et créatrices d’emplois et de revenues pour la majorité des africains…

Or pour organiser un système politique efficace capable de moderniser une nation, il est nécessaire de fonder cette organisation et cette modernisation sur sa propre “base civilisationelle” comme le Japon ou la Chine l’ont si bien démontré… Le défi de l’Afrique est de s’assurer que ses Etats nationaux en faillite politique et économique se réorganisent en systèmes efficaces de modernisation tout en retrouvant le creuset “civilisationel” de l’Afrique détruit par des siècles d’esclavage, de colonisation, de néocolonialisme et des dictatures post coloniales de pillages…

Le diagnostique d’Emanuel Macron et sa description du défi “civilisationel” de l’Afrique sont en réalité un constat sur des États en faillite en Afrique… Mais les Etats faillis ne sont pas une exclusivité de l’Afrique… Toute société humaine soumise aux mêmes conditions de l’Afrique produira les mêmes résultats… La Chine a connu pire pendant un siècle entre 1830 et 1945 avant la Révolution communiste… Pendant cette période, la Chine était plus qu’un État failli… C’était un “non-État” livré aux pillages et à un «génocide civilisationel, culturel et politique»… Il fallut que des vrais leaders chinois disent un «Grand Non» à ce «génocide civilisationel, culturel et politique» pour d’abord procéder à la «réfondation» politique de la Chine avec Mao puis à sa réforme économique avec Deng Xiaoping afin de faire naître la Chine nouvelle que tout le monde connaît… On a besoin en Afrique des refondations politiques des États-nations avant toute autre aventure comme celle de faire croire que des Etats faillis aux niveaux nationaux peuvent par miracle réaliser une intégration qui sera la solution à leur faillite…

Là où je suis en désaccord avec Macron, c’est sur la question démographique et sur certaines solutions qu’il propose. J’ai déjà répondu à la question démographique… Le vrai problème de l’Afrique est l’inefficacité de systèmes politiques dans leur capacité d'organiser des systèmes économiques efficients capables de prendre en charge sa population… Et non l’inverse…

Penser que la Banque Mondiale va aider à l’émergence du secteur privé en Afrique est totalement illusoire. Je suis un entrepreneur privé qui a essayé de travailler avec la Banque Mondiale pour des investissements en Afrique. Mon expérience, et d’entrepreneur et d’économiste, me rend totalement sceptique sur l’efficacité de la Banque Mondiale et autres institutions de ce genre pour aider les pays africains à développer le secteur privé…

L’entrepreneur privé africain est incapable d’accéder aux capitaux de la Banque Mondiale… Ces institutions sont la perpetuation du système failli hérité depuis la colonisation jusqu’au aux dictatures de pillages… Il faudra soit une réforme “civilisationelle” de ce genre d’institutions ou alors en créer de nouvelles totalement différentes si on veut une nouvelle dynamique de développement en Afrique… L’accès aux capitaux et autres services financiers pour les Africains (entreprises et ménages africains) est la clé du développement… Et ce n’est pas la Banque Mondiale qui peut assurer cet accès aux capitaux à la majorité des entreprises et ménages africains… C’est ce qu’il faut comprendre…

Je termine enfin en constatant qu’Emmanuel Macron aurait peut-être eu une réponse différente si la question du journaliste était plus intelligente que celle qu’il lui a posée… Nous les Africains voulons de “l’aide au développement” alors que l’équivalent de plusieurs fois la valeur de cette “aide” sort de l’Afrique en capitaux pour des destinations que tout le monde connaît…

Mao avait bien compris la solution au “défi civilisationel” que connaissait la Chine: c’était le “reformatage” des cerveaux des Chinois pour leur enlever la mentalité qu’avait installé un siècle de “génocide civilisationel, politique et culturel”… C’est par cela que tout doit commencer en Afrique… Sans un “nouveau Africain” avec “une nouvelle mentalité”, ce continent restera encore longtemps un bastion où la stupidité et la médiocrité rependent l’asservissement et la misère, comme c’est le cas dans l’Afrique des Grands Lacs…

Et le défi pour l’Afrique est plus que de se débarrasser des séquelles d’un siècle de “genocide civilisationel, culturel et politique” comme ce fut le cas en Chine… C’est depuis plus de 2500 ans que d’abord les vagues d’invasions perses, grecques et romaines puis la christianisation, l’islamisation et l’arabisation, l’esclavage, la colonisation et les dictatures post coloniales ont procédé au “genocide civilisationel, culturel et politique” de l’Afrique avec des séquelles qui font de l’Africain ce qu’il est aujourd’hui… Je suis tout de même optimiste… Nous allons faire en sorte que cela change!