#4 Captila — Ouverture

« C’est bien de célébrer le succès, mail il est plus important de penser à tirer les leçons de ses échecs. » Bill Gates

Nous avons été heureux et fiers de vous partager au cours de ces trois derniers articles l’histoire de Captila, nos erreurs et ce que nous avons appris. Loin d’être facile, cet exercice fut pour nous salutaire car il met en lumière l’énergie que nous avons dû déployer et l’apprentissage que nous avons pu en retirer. Et ce même après seulement un an dans cette aventure.

Nous en profitons pour inviter quiconque, quelque soit son stade d’avancée (échec, début, hypercroissance, réflexions avant de se lancer,…) à en faire de même. Cela permet de prendre une prise de recul bénéfique à la fois pour les autres mais aussi pour soi-même.

C’est aussi l’occasion de pointer du doigt l’immense apport qu’a représenté pour nous cette expérience. Nous avons tous les deux apporté 500€ au capital de la société, avons perdu plus d’argent que nous en avons gagné mais en sortons grandi en tout point. Nous avons appris humainement, sommes montés en compétences dans des domaines très variés et avec une courbe d’apprentissage que nulle autre formation ne peut égaler. Et cela en seulement 1 an d’aventure.

Un pré-requis tout de même : au cours de l’aventure, il est important de se fixer des jalons suffisamment rapprochés avec des objectifs à atteindre (des “milestones”) et une discussion à fixer entre fondateurs sur la vision et la motivation par rapport au projet. Cela permet de rester focus, efficaces et alignés afin d’éviter des périodes de lambinage qui seraient contre-productives et sources de perte de temps.

Nous embrayons donc tous les deux sur la suite de notre parcours.

Christophe cherche un poste de Data Scientist (thème en lien avec ses études à Centrale) au sein d’une petite structure de 15 à 100 personnes. Il cherche avant tout à monter en compétences techniques, entouré d’un ou des mentors plus expérimentés avec qui il va pouvoir apprendre et se développer, avant de pourquoi pas se relancer dans l’entrepreneuriat d’ici 3 à 5 ans.

Pour ma part, je vais tout de même rester à l’écoute de nouveaux projets et voir si quelque chose de concret se matérialise d’ici 6 mois. En parallèle, je vais mener des missions de product management et de growth marketing en freelance.

Vous le saviez forcément avant de lire ces lignes : on apprend de ses échecs. Si effectivement l’échec est difficile à encaisser, on apprend vraiment, mais alors vraiment croyez nous, dans ces moments là. Nous nous sentons mieux armés que jamais dans notre future carrière grâce à cette expérience.

Enfin, nous tenions à remercier dans cet article tous les gens qui nous ont suivi durant cette année notamment l’équipe de Station F et la team de l’incubateur HEC : Romain, Antoine, Lisa, Claire, Marine.

Merci aussi à Guillaume, Hervé, Stéphane et Mathias de leurs conseils avisés tout au long de l’aventure !

Enfin, merci à toutes les personnes avec qui nous avons pu interagir et qui nous ont aidé à progresser de part leurs retours.

On vous laisse avec cette citation de Churchill : “Le succès c’est aller d’échecs en échecs sans perdre de son enthousiasme”.

See you soon

Christophe et Jules, Captila