Walking Dev ou comment apprendre en itinérance

Il y a une semaine, je me suis inscrite à une journée d’initiation à la méthode Running Lean. La formation est organisée dans le cadre des “WalkingDev” inités par Stéphane Langlois. Cette fois-ci ça se passe à Montpellier. Pour 69€ tout compris, je vais arpenter la ville en compagnie de 2 professionnels et d’une équipe de porteurs de projets et découvrir la méthodologie de projet Running Lean.

Je sais que le format va être original et je suis curieuse.

“Running Lean” de Ash

Avant propos - ”Running Lean ? WTF ?”

A l’inverse du business plan qui te fait spéculer et travailler dur en amont de la sortie du ton idée (sans aucune garantie concrète que des gens participent à ton projet ou achètent ton bien ou ton service), la méthode Running Lean va te faire travailler peu en amont pour t’inviter à confronter, de manière très pragmatique et régulière, ton idée au monde réel pour te permettre d’être sûr que ton projet, bien ou service est en adéquation avec des vrais besoins (et non une croyance).

Autrement dit, le running lean est une méthode de développement de projet qui place les utilisateurs (ce qui vont participer au projet ou utiliser le bien ou le service que tu veux créer) au cœur de la construction du projet en t’invitant à tester, mesurer, confronter et faire évoluer sans cesse ton idée pour qu’elle réponde à de vrais besoins.

“Running Lean is a systematic process for iterating your web application from Plan A to a plan that works”- Ash Murya, créateur de la méthode Running Lean

9h - 5 rue des Étuves

Me voici, les yeux en capote de fouine, au 5 rue des Étuves devant le “Café Bun”. Je rentre. Stéphane Langlois et Aurélie Leguillou sont là entourés d’une bande de joyeux lurons attablés autour d’un café. Ils sont une petite dizaine.

9H15. Tout le monde est là. On commence. En 2 coups de cuillères à pot, le “Café Bun” se transforme en un espace de coworking improvisé et chaleureux : les tasses sont reculées et remplacées par tout un tas de post-it colorés et de feutres.

Atelier 1 — présentations / intentions de chacun / définitions
“Le Running Lean, c’est quoi pour vous ?”

Nos cerveaux se mettent en route : présentations, intentions et définitions sont les 3 mots d’ordre pour introduire la journée. Le but est de briser la glace et recueillir les attentes de chacun pour la journée. Le challenge pour les facilitateurs : adapter leur programme à nos besoins.

On comprend alors que la méthode du Running Lean est rythmée par l’utilisation d’un tableau nommé Lean Canvas et qu’il en sera de même pour la journée.

Lean canvas (http://www.tomersagi.com/blog/2015/4/13/5-mistakes-everyone-makes-when-building)

Un jus d’oranges pressées plus tard, on prend nos clics et nos clacs et on déménage.

10h15 - 6 rue Levat

On est accueillis comme des rois au 6 rue Levat au “Gazette Café” et (privilège d’avoir une des serveuses dans notre équipe) on nous ouvre l’accès à la salle de conférence.

Étape n°1 : définir le Customer Segment

C’est la “tribu” à laquelle on compte s’adresser. Toujours munis de nos feutres et post-it on s’empare de la baie vitrée pour faire nos propositions !

“ C’est une méthode très facile à comprendre mais extrêmement difficile à mettre en place” — Stéphane Langlois.

Pour faire face à ce problème, Stéphane et Aurélie nous font travailler sur un cas concret et interagissent “sur mesure” avec nous pour débloquer point par point nos “bugs” et incompréhensions.

Customer segment ? WTF !

Un cappuccino, des nœuds au cerveau et un grand sourire plus tard on quitte la Gazette Café en direction d’un nouveau lieu.

En véritables péripatéticiens*, Aurélie et Steph, mettent chaque temps de marche au profit de la journée : questions, rétrospectives, bilans, propositions…ça fuse !

* “Péripatéticien est un terme tiré du grec ancien περιπατητικός (peripatetikós, littéralement « qui se promène en discutant »). C’est Aristote en personne qui développe l’usage de ce mot. Non pour désigner les femmes aux mœurs légères, mais ses propres disciples ! En fait, l’école aristotélicienne est aussi appelée école péripatéticienne tout simplement parce qu’Aristote et ses disciples ont l’habitude de discuter — ou plutôt de philosopher — en marchant.” #ETC

11h30 - 4 Rue de l’École de Pharmacie

On passe les portes de la “Panacée”. C’est à la fois un lieu d’expo et un resto. Ici l’atelier consiste à définir le Customer Segment de nos projets respectifs. Pour ça chacun dessine son propre Lean Canvas (sur son set de table) et c’est reparti ! Une petite équipe en profite même pour travailler en visitant l’exposition.

12h30 : A table ! Menu gastronomique à petit prix et discussions informelles riches : communication non violente, facilitation graphique, retours sur le matin, partage d’expériences, bilan.

14h00 - 1 Bis rue de l’Université

Rassasiés direction “l’Instant Thé”. On s’installe à l’étage. L’espace est idéal pour se réunir à l’écart tout en profitant du lieu. La digestion nous ralentit sévère : un “energizer” et c’est reparti.

La tête en bas dans un salon de thé.

Étape n°2 : supposer des problèmes

La méthode Running Lean est efficace car elle nécessite qu’on s’interroge réellement sur les besoins auxquels notre produit/service/projet répond. Pour ça, il faut imaginer 3 problèmes auxquels notre Customer Segment peut-être confronté.

Étape n°3 : les interviews problèmes

Pour valider ces “supposés” problèmes, le Running Lean s’utilise avec une méthode “d’interviews problèmes” très spécifique. Par exemple elle ne peut pas durer plus de 23 minutes, chaque phase est strictement chronométrée et il est interdit de prendre des notes pendant l’échange.

“Pour apprendre à mener les interviews, je vous conseille de vous mettre dans la posture “Shu Ha Ri” utilisée par les maîtres Ninja : Shu : le disciple apprend les fondamentaux en suivant les règles édictées par le maître. Ha : ayant maîtrisé les fondamentaux, le disciple applique les règles en les questionnant, en comprenant leurs subtilités et en cherchant les exceptions. Ri : le disciple ayant maîtrisé les règles, peut les transcender et les adapter.”
La méthode des interviews problèmes

17h - 6 Rue Loys

C’est l’heure du goûter, on atterrit au “Fairview Café”. Je suis crevée mais la richesse de tout ce contenu partagé me permet de rester connectée à l’envie d’en savoir plus. Et puis il y a des cheesecakes…

“Le plus important dans la méthode Running Lean ce sont les étapes 1, 2 et les interviews problèmes. Dès que ce cap est passé, le plus dur est fait.”

Ceci explique cela. Si les 3/4 de la journée ont été consacrés à identifier les Customer Segment, supposer 3 de leurs problèmes et comprendre la méthode pour les valider, la fin de journée est dédiée au reste du Canvas (étapes 3 à 9 + “interviews solutions” qui permettent de valider les solutions qu’on a inventé auprès des futurs usagers).

Certains préfèrent s’entraîner aux interviews ? No problem : on scinde le groupe en 2, on s’approprie l’espace et c’est parti.

19h - L’heure du bilan !

Le format “WalkingDev”

10h et 2,6km plus tard je repars avec l’envie d’en savoir plus et la conviction que la formule WalkingDev est à tester, à faire et à refaire ! Rythmer l’apprentissage par l’itinérance cultive l’enthousiasme. Loin de la Master Class, on bouge avant d’en avoir “par dessus la tête”. On découvre des lieux sympas, adaptés au coworking, tenus par des gens chaleureux et ravis de nous accueillir. On se fait plaisir en dégustant, tout au long du parcours, de délicieuses gourmandises.

Mais ce que je retiens surtout, c’est la qualité du contenu de la formation et l’intelligence de la transmission. En effet, transmettre une méthode aussi pragmatique, technique et singulière que le Running Lean c’est quitte ou double. Et grâce au format WalkingDev, ça double.

Aussi, si vous voulez en savoir plus, n’hésitez pas ! Soyez curieux, RDV sur http://walkingdev.fr/