Transport Routier de Marchandises : l’opacité sur les prix, un danger pour la profession.
Antoine Le Squeren
21

Belle utopie.. Seul le prix compte pour les chargeurs pour des transports “sans réelle valeur ajoutée” qui constituent à mon avis l’écrasante majorité des transports spots et réguliers en France et en Europe. La géoloc et autres services connectés ne peuvent pas être considérés comme de vrais plus values valorisables financièrement car présents dans de nombreuses exploitations de transport. Par ailleurs les quelques loupés de transporteurs via le système de bourse de fret actuel ne coûteront au final jamais plus cher qu’un prix “éthique” qui part d’une bonne volonté mais inapplicable et utopique dans le monde ultra concurrentiel qu’est le transport routier.. et oui, ne jamais oublier qu’à l’instar des trains, un transporteur en cache toujours un autre pour obtenir des marchés et ainsi de suite! Et puis pourquoi se priver d’un outil génial, quasiment gratuit, qu’est la bourse de fret maintenant une pression constante sur les prix. Etant du métier, mes clients chargeurs qui se sont équipés de bourse de fret ont tous et sans exception baissés leurs tarifs..! Il serait fou de ne pas profiter des bourses de fret et consorts lorsqu’il n’y a que l’embarras du choix de fournisseurs de transport notamment dans notre environnement de crise économique systémique qui limite les volumes à transporter favorisant la compétition et ou la part belle est donnée aux transports étrangers voire français installés à l’étranger pratiquant allègrement le cabotage illégal à des conditions tarifaires imbattables (cabotage toujours incontrôlé par les services d l’Etat).. L’Europe est un village avec bien trop de transporteurs ayant des disparités économiques telles qu’il serait idiot de se priver de services low cost en bougeant à peine le petit doigt. Bref, bonne chance à Fretlink mais je crains que les bonnes volontés et l’éthique en transport routier ne fassent pas bon ménage avec le roi PRIX et le pragmatisme qui en découle. Ce n’est pas très optimiste et j’espère me tromper dans cette analyse à deux balles mais on appelle ça aussi la real politik lorsqu’on se confronte aux réalités du marché.. (au diable le service quand tout le monde ou presque atteint le même taux de fiabilité!!).

Voila voila..

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Antoine’s story.