Bel article et très bien écrit, même si je ne suis pas vraiment d’accord sur le fond.
Philippe BOISNEY
1

Bonsoir Philippe,

Merci pour le feedback :)

Je comprends ce que tu veux dire, itérer et parfois pivoter pour trouver le produit qui correspondra au marché ciblé.
La difficulté réside dans le fait que c’est très difficile de faire ceci longtemps, pour des raisons financières principalement. (C’est le cas où l’on n’a plus d’argent en banque après 2 ans)
Malgré tout, je pense que l’approche Muse ou MVP + itération dans le sens Lean Startup (Je pense que tu y fais référence ?) est très très proche. Il arrive qu’une muse itère au fur et à mesure, elle ne pivotera cependant pas.

Muse et la startup lean se différencient cependant sur l’objectif final :
La muse n’a pas pour vocation d’être leader sur le marché ni de le conquérir. La priorité n’est donc pas l’efficience maximale, au contraire on sacrifie des revenus au profit du temps qu’on y consacre. Il est d’ailleurs très fréquent de lancer sa muse en parallèle de ses études / travail. Aussi, elle se fait en solo founder.
La startup lean, construit un MVP très rapidement, itère, pivote, se confronte au marché et attaque une niche après l’autre pour au final être leader du marché. Cela implique une optimisation des opérations, une satisfaction clients maximale (pour construire sa niche de passionnés) et donc y passer énormément de temps. Et d’avoir une équipe solide.

En résumé la Muse ne permet pas d’être millionnaire, mais ne demande pas beaucoup de temps, tout en étant formatrice.

Comme tu dis, je pense que les deux méthodes sont bonnes, cela dépend juste du degré de risque et d’investissement qu’on est prêt à mettre.

Like what you read? Give Kevin Tran a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.