Tu veux des enfants prospères ? Initie-les aux mathématiques

Capture de la page 46 de ce document (Crédit Koffi Sani)

“Les mathématiques ne servent à rien.” C’est la phrase fétiche prononcée ces derniers temps : que ce soit sur les bancs par les élèves, dans certains milieux intellectuels ou dans les ménages par les parents. Sur les bancs, “les maths, c’est ma bête noire.” Je l’ai dit en classe de quatrième, lorsque mes faibles notes, même si elles sont au delà de la moyenne concernaient cette discipline. Une réponse à ceux qui prononcent encore pareilles phrases aujourd’hui devait être éventuellement un (grand) livre sans fin décrivant toutes les applications des mathématiques dans notre monde actuel. J’ai remarqué que loin de chercher à persuader pareilles personnes inconvertissables, on peut plutôt essayer de former d’autres, plus jeunes, plus adaptables, à ne jamais poser cette question dans leur vie.

Les mathématiques permettent aux enfants d’être brillants

L’enfant est le père de l’homme, dit-on. Tout ce que nous apprenons aux enfants, ils sont plus aptes à les retenir et à les appliquer. Notre monde actuel est envahi par la technologie. Et une remarque simple permet de retenir que les mathématiques font le monde. En fait, elles font la technologie. Le monde se nourrit des mathématiques autant qu’il se nourrit de la technologie. Loin de là encore, dans un monde envahi par l’entrepreneuriat comme style de vie et solution aux enjeux sociaux, les plus prospères des entrepreneurs aujourd’hui sont ceux qui ont vite compris l’utilité des maths.

L’informatique — surtout le code — est mathématique

D’un autre côté, l’apocalypse du salut par le code, sans toutefois fournir les pré-requis trompe beaucoup aujourd’hui. La programmation, bien que faisant abstraction de sa dépendance intrinsèque des mathématiques, ne peut vraiment exceller qu’avec cette dernière. Prenez l’exemple de ce jeu Trétris, créé en Java Script. Vous le jouez sûrement tout heureux, et du coup, par curiosité, vous voulez savoir comment en créer. Vous demandez, et on vous envoie le code source. Et vous ne vous retrouvez pas, croyant que c’est vous qui êtes trop nul; non, n’aimez pas les mathématiques et n’avez pas une bonne base en la matière. Les mathématiques nous suivent partout. Aujourd’hui, la prophétie du salut par le code est propagé partout. De Barack Obama à Koffi Sani, tout le monde y investit. Mais, nous avons fauté en ignorant ce qui permet de créer un bon code.

Les maths ouvrent les yeux. Les maths développent en nous un esprit critique et analytique. Elles nous permettent de voir au delà du visible. Et comme le disait Pr Abdou Njifenjou, “en maths, si vous n’arrivez pas à voir les yeux ouverts, il faut les fermer”.

En maths, si vous n’arrivez pas à voir les yeux ouverts, il faut les fermer.

J’ai rencontré les Maths au cours de mes années lycéennes, en fait en 2007 au travers de Dr Kodjo Essonana Magnani. Et sans que je le sache, elles m’ont ouvert les yeux à l’informatique, à l’ingénierie.

Les mathématiques sont un piédestal de la foi

Sans doute, ce débat vous concerne : les scientifiques ne croient pas. D’après la Bible :

La foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas.

Non. Comment parlent-ils de ? De y ? De f(x, y) ? Sans avoir ce grain de foi indispensable ? Non, ils croient. Et je dirais même qu’il n’y a pas plus croyant qu’eux, spécialement les mathématiciens. J’ai passé en revu comment on nous avait initié au raisonnement mathématique.

Soit x ∈ ℝ.

Sans toutefois toucher du doigt cet élément x, toute une thèse doctorale peut démarrer.

Sur tous les plans, si vous voulez des enfants brillants, initiez-les aux mathématiques.

Et d’après vous, que représentent les mathématiques pour vous ? A quoi elles servent pour vous ? En quoi peuvent-elles aider les enfants ? Commentez ci-dessous.