1 an de Vélotaf


C’était il y a un an, quand les beaux jours revenaient, que j’ai décidé de délaisser ma voiture pour un vélo.

Alors, je ne l’ai pas totalement délaissée, je l’utilise encore dans certains cas, pour des longs trajets, je ne suis pas un extrémiste !

Mais il faut dire qu’une chose me titillait la conscience :

Faire, seul, au quotidien, à peine 15km au volant d’un véhicule qui contient 3 places vacantes, l’essentiel du temps sur des boulevards saturés. Même si je roulais en Prius, ça relevait de la connerie non ?

Choose your weapon

Et puis un jour, en arrivant chez moi, à peine l’ordinateur allumé, je me renseigne sur le vélo. Ce n’est pas parce que je doutais de la signification du mot, mais plutôt que j’enquêtais sur LE vélo.

Celui qu’il me fallait à moi, 1m90, un peu sportif mais pas trop, s’apprêtant à parcourir prêt de 80km par semaine au guidon d’un engin que je n’avais plus vraiment touché depuis que mes parents m’avaient payé un 103 SP pour mes 15 ans…

J’ai assez vite compris qu’il fallait que j’évite un modèle d’occasion, surtout à cause de la taille, mais aussi parce que je ne voulais pas un modèle non adapté à ma pratique et qui m’aurait rapidement dégouté.

Sur conseils d’un vendeur spécialisé, j’ai pris un vélo plutôt léger, sans suspensions, un modèle très modulable et à ma taille, adapté à la pratique du vélo sur terrain non accidenté.

Explore and experiment

Une fois sur le bitume, il ne faut que quelques minutes au guidon pour comprendre que l’habitacle d’une voiture nous isole vraiment de l'extérieur. Les sensations avec l’environnement de mon parcours sont vraiment différentes qu’au volant.

D’ailleurs à quoi bon garder le même parcours ?

Si, en voiture, les choix de trajets logement/travail se comptent sur les doigts d’une main, il en est tout autrement en vélo : On se plait à expérimenter de nouveaux parcours, redécouvrir sa propre ville.

J’en étais à un point où, chaque matin, je partais plus tôt au travail afin d’être à nouveau à l’air libre sur mon vélo.

Gain more bonus

Non seulement c’était agréable, mais c’était bien plus efficace.

Pour un trajet quotidien Logement/Bureau, je suis passé d’un 25/30 minutes aléatoires en voiture à 15 min précises en vélo. Pratiquement deux fois moins de temps !!!

Temps que j’améliorai semaine après semaine pour descendre à presque 10 minutes.

Je fatiguais de moins en moins, et j’en suis venu à doubler la distance quotidienne en prenant le luxe de rentrer chez moi le midi, pour de vraies coupures dans la journée de travail.

La pluie est devenue ma seule ennemie et j’ai trouvé dans le bus, un allier précieux ;)

Après un an de “vélotaf”, je dois dire que la pratique est complètement intégré dans mon quotidien. Je n’y ai vu que des bénéfices et je n’envisage plus mes trajets quotidiens autrement.

Si l’expérience vous titille un de ces jours, mettez toutes les chances de votre côté, tentez le coup et venez partager votre petite histoire !