Faire de la bonne école pour les bons élèves, et pour les autres … c’est du bricolage. Petits bidouillages par ci, yakafokon par là …
Le système éducatif est malade, sera-t’il capable de se soigner ?
Catherine Leduc
198

Ce point est discutable “de la bonne école pour les bons élèves”, j’ai constaté durant mes dernières années d’enseignement que même les meilleurs se désintéressaient progressivement de l’école. Le décrochage n’est pas nécessairement lié à l’échec scolaire ou à des pathologies psychiques, ou un retard intellectuel etc., mais un réel ennui, et manque d’intérêt et de projection de la part des adolescents. Il y a fissure entre l’école proposée et ses usagers… L’école d’aujourd’hui n’arrive plus à remplir son rôle, le nombre de collégiens qui ont de graves déficiences en lecture et mathématiques est colossal. Si l’école était faite pour les “bons élèves”, nous n’aurions pas autant d’échecs sur les fondamentaux : la lecture et le calcul. L’école prépare à un bac. Elle a son programme et elle l’applique aveuglément et de manière industrielle. Elle se fiche totalement de la diversité. Elle avance yeux bandés jusqu’au but: LE BAC. l’école française ne s’adapte pas aux enfants, aussi divers soient-ils, c’est à l’enfant de s’y adapter… Et, aux parents, aux orthophonistes comme toi, psychologues, éducateurs de gérer le mal-être des enfants.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.