mais les ados que je côtoie ne me semblent pas s’enthousiasmer beaucoup à l’idée de vivre dans un monde sans égalité ni fraternité.
Le sujet des adolescents, plus que de l’adolescence, est un de mes sujets de préoccupations les…
Catherine Leduc
15

Ce que j’explique dans mon article c’est que les jeunes quand ils sont eux-mêmes exclus, l’idée de la fraternité ou de l’égalité, ils n’y croient plus, cela ne signifie pas qu’ils détestent la fraternité et l’égalité, au contraire chez les enfants le sentiment d’injustice est extrêmement fort, l’égalité et la fraternité sont ce vers quoi ils veulent tendre. Etre comme les autres, hors être comme les autres (ceux qui ont) n’est pas possible dans notre société. J’ai usé d’un ton un peu choquant dans cet article, mais au moins, cela a eu le mérite de faire réagir autant les jeunes que les adultes;-)

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.