Affaire Rybolovlev vs Bouvier : la suisse dans la tourmente

Jusque-là, dans l’affaire Rybolovlev contre Yves Bouvier seule la Principauté avait subi les préjudices de cette histoire rocambolesque. Avec l’entrée dans la course de l’ancien bâtonnier genevois Pierre de Preux et le témoignage de son ami Abdallah Chatila, la Suisse entre dans l’œil du cyclone…

Si l’arrivée de Dmitry Rybolovlev en 2011 à Monaco a été une réussite pour le club de foot qui est passé en ligue 1, l’installation de l’oligarque s’est révélée, au fil du temps, une plaie pour la Principauté. Depuis le décès de son père, le Prince Albert était parvenu à sortir le Rocher des pages people et judiciaires. Avec l’arrivée de Rybolovlev, c’est le grand retour sur scène du royaume d’opérette, avec dans le rôle principal, Philippe Narmino, grotesque ministre d’une Justice qui n’en n’a plus que le nom.

Pierre de Preux au service de l’oligarque…

Mais, la puissance de feu de l’oligarque a engendré des dégâts collatéraux. La Suisse est désormais touchée par les missiles tirés depuis la Principauté. Tetiana Bershada, l’avocate de Rybolovlev, qui défend son client coûte que coûte en se moquant ouvertement de toutes les procédures juridiques, est une avocate d’origine ukrainienne qui s’est établie en Suisse. Elle est associée au cabinet genevois Canonica/Valticos/de Preux. Pierre de Preux est un ancien bâtonnier, figure du barreau helvète. Il est connu pour son élégance très british et sa discrétion… Une réputation aux antipodes de celle de Tetiana Bersheda à qui tout est bon pour arriver à ses fins, y compris les coups tordus. La présence de la jeune ukrainienne au sein du cabinet n’était déjà pas du meilleur goût, mais Pierre de Preux a fait mieux, il s’est mis lui aussi au service de l’oligarque.

Dégâts collatéraux en Suisse

A force de côtoyer Tetiana Bersheda, il semble que l’élégant Pierre de Preux ait, à son tour, pris quelques libertés avec les règles de l’art. En effet, il a demandé à son ami Abdallah Chatila, un homme d’affaires suisse, de faire des confidences à l’oreille de Tetiana Bersheda. Monsieur Chatila s’est exécuté et a fait part de rumeurs concernant la richesse soudaine d’Yves Bouvier. Ce dernier se serait enrichi en vendant des tableaux à l’oligarque ! Munie de ses rumeurs, l’avocate file voir la police monégasque qui établit soigneusement un procès-verbal le 19 février 2015, soit une semaine avant l’arrestation d’Yves Bouvier à Monaco. Comme l’indiquait récemment un article du Temps, le procès-verbal en question reprend minutieusement toutes les déclarations d’Abdallah Chatila à Maître Bersheda qui, pour ces circonstances, est entendue par la police comme témoin !

Ce n’est pas une histoire de fous, c’est la réalité d’une affaire gérée à la manière oligarque ; la manière oligarque consiste à agir comme si les milliards permettaient de s’affranchir des règles et des lois d’un Etat. Que la police, la Justice et le Palais de Monaco se prêtent à ces méthodes? Soit, les fonctionnements de ce royaume d’opérette ne sont pas une découverte… Mais que des Suisses se joignent à ce genre de procédés est nouveau et de très mauvaise augure pour la suite de l’affaire.

Pourquoi Pierre de Preux, s’embarque-t-il dans cette galère ? L’oligarque est connu pour offrir de généreux émoluments… Mais quelques centaines de milliers de dollars valent-ils une réputation ? Si Pierre de Preux se hasarde dans des chemins de traverse pour gagner gros, il risque aussi de perdre beaucoup.