Méridien français

Mașa #
Mașa #
Nov 15, 2018 · 8 min read

Projet MediaLab — Moldavie, 2018

Pourquoi il est important de connaitre la langue française ? Reste cette langue en vogue dans nos jours ? Quels sont les facteurs qui favorisent l’apprentissage de cette langue dans notre pays ? Les réponses à ces questions vous pouvez les trouves dans le reportage réalisé dans le « Lycée Théorique » Lucian Blaga du Telenești.

Selon les statistiques, le français est parlé sur les cinq continents. Plus de 220 millions de personnes ont le français comme langue maternelle et 120 millions d’autres — une langue étrangère. Le français occupe la 6ème place dans le monde et la deuxième en Europe. Il est donc la langue officielle dans 29 pays et occupe la deuxième place en anglais. C’est aussi la langue officielle des relations internationales : l’ONU, l’Union européenne, l’OTAN, la Croix-Rouge, le Comité international olympique, etc.

La langue française a les mêmes origines latines que le roumain, ce qui facilite l’apprentissage des roumains. C’est aussi facile à apprendre pour ceux qui connaissent bien l’anglais, car le français a fourni près de 50% du vocabulaire anglais actuel. En raison de la généralisation du français, la connaissance de cette langue ouvre d’énormes possibilités d’études internationales et de bourses de la plus haute qualité, vous avez un accès illimité à des informations spécialisées, à la littérature, au cinéma et à la musique. Le français est l’une des langues les plus parlées dans l’environnement en ligne.

Mais malheureusement l’anglais prend le lieu de la langue française et, à partir du pays francophone, la Moldavie peut devenir anglophone. Les statistiques montrent qu’au cours des cinq dernières années, le nombre de ceux qui ont choisi d’étudier l’anglais a augmenté de 10%. Dans les villes, le français reste derrière l’anglais et dans les villages, c’est l’inverse. Au ministère de l’Éducation, on a déjà discuté de l’enseignement de deux langues étrangères dans les gymnases, et non d’une comme auparavant. Qu’est-ce que vont choisir les écoles ?

Selon les dernières statistiques, l’anglais est le plus populaire, étudié par 17,5 millions d’étudiants (83,5%), suivi de :

Français (0,8 million d’élèves ou 4,8%)

Allemand (0,7 million ou 3,9%)

Espagnol (0,1 million ou 0,6%)

Russe (54 000 ou 0,3%)

Italien (33 000 ou 0,2%).

Pour cette raison nous sommes présents au lycée “Lucian Blaga”,Telenești où les étudiants ont hâte d’apprendre et de sourire avec enthousiasme. Notre objectif aujourd’hui est de connaître l’opinion des élèves et des enseignants en ce qui concerne le français en général, qui est considéré comme un problème pour les étudiants.

Découvrons ensemble l’opinion personnelle de certains de ceux qui travaillent et enseignent dans ce lycée.

En tant que professeur de français, que pensez-vous de nous enseigner cette langue étrangère dans le pays ? Quels sont les avantages et les inconvénients ?

« On sait que la langue française est la langue étrangère la plus enseignée en Moldavie, ce qui en fait le pays d’Europe centrale et orientale le plus francophone. Les professeurs de français essaient toujours faire toute le possible pour promouvoir cette langue mais désolée il n’est par ailleurs pas certain que les efforts des enseignants soient particulièrement soutenus, si j’en juge par la modestie des supports pédagogiques mis à la disposition des établissements scolaires. Et pourtant avec quelle passion ces enseignants s’attachent à donner la meilleure formation à leurs élèves qui eux-mêmes apprennent avec enthousiasme ce qu’on leur dit être la langue de la culture, de l’amour …

Les professeurs de français sont des personnes très courageux qui malgré la mauvaise qualité des manuelles scolaires mises à la disposition, cherchent des fiches et des matériaux actuelles pour mieux enseigner leurs disciples. En ce qui concerne les manuelles nationales, elles ne correspondent pas aux besoins des apprenants, ce sont des vieilles éditions, avec des textes qui ne montent pas l’actualité. Encore, elles ne correspondent pas au curriculum national et au CERCL. Comme professeur de langue française, je peux mentionner que c’est une langue vraiment magnifique, qui ouvre beaucoup de portes aux jeunes qui la connaisse, il faut seulement avoir de la volonté pour aller visiter un pays francophone ou même faire des études à l’étranger dans cette langue merveilleuse. »

(Galbură Ludmila, Professeur de français)

— Génial ! Une très bonne réponse. Nous vous remercions !

Que pouvez-vous nous dire de la République de Moldavie en tant que pays francophone ? On étudie encore la langue française dans notre pays et quel centre culturel connaissez-vous ?

« Le rôle de la langue française dans notre pays est très important. Ça se reflète dans le système éducatif moldave. Dans toutes les villes et les grands villages de la République de Moldavie, il existe un certain nombre d’écoles spécialisées dans l’étude de la langue française. Aussi il y a L’Alliance française en Moldavie. C’est le premier centre culturel et linguistique étranger dans notre pays avec plus de 3500 étudiants chaque année. La République de Moldavie est un pays francophone. Ici, les Journées de la Francophonie ont lieu chaque année, le 20 mars, à partir de 1994, quand notre pays est devenu membre de L’Organisation internationale de la Francophonie, et nous, les étudiants, nous nous réjouissons de cette fête, car c’est une occasion d’apprendre en plus sur la culture française.Le français sera permanent la langue de la culture et des beaux-arts »

(Tîrsînă Constantin, étudiant en classe XI-ieme au Lycée Théorique ,,Lucian Blaga’’, Telenești)

Nos collègues et les enseignants de notre établissement ont expliqué en détail leur opinion sur le sujet. Il existe des réponses bien documentées qui révèlent la réalité en Moldavie. Les étudiants veulent du changement et c’est pourquoi ils doivent être impliqués.

Lors d’une visite à l’Alliance française en Moldavie, nous voulions connaître l’opinion de personnes à qui nous avons également fourni des réponses complètes et des arguments pertinents. Lisez les lignes suivantes pour connaître les autres opinions.

Aimez-vous le français ? Comment trouvez-vous qu’il est bon d’étudier dans notre pays ? Quels arguments pourriez-vous apporter ?

«On est autant de fois homme combien de langues on cannait. Il est indispensable de parler encore deux ou trois langues autre celle maternelle. De toutes les langues existantes, Je suis très passionne par le français, elle est la langue la plus mélodieuse et harmonieuse. La langue française nous donner beaucoup Des possibilités, et nous devons elle apprendre. Je suis d’accord avec l’enseignement en français, car les élèves connaissent la culture et traditions française, ils peuvent faire leurs études en France, aussi peuvent visiter les musées, monuments et le véritable Tour Eiffel,. En conclusion, est très important d’apprendre une nouvelle langue, comme le français, car le français nous donne l’occasion de connaitre sa culture et de se développer professionnellement. »

( Țurea Parascovia, éleve au Collège de médecine de Chișinău)

Pouvez-vous nous donner quelques idées sur le système éducatif français dans notre pays ? Quelles erreurs avez-vous rencontrées jusqu’à présent avec les étudiants ? Et quel conseil pourriez-vous nous recommander de contribuer à l’évolution de ces merveilleuses langues ?

«Tout d’abord je voudrais mentionner qu’en parlant du système d’enseignement moldave et surtout de l’apprentissage des langues étrangères, je peux dire qu’il y a beaucoup d’avantages dans notre système-comme — l’enseignement d’une bonne grammaire, l’enrichissement du vocabulaire etc. Mais ce qui souffre énormément c’est l’expression orale. Et d’après moi, si on ne développe pas bien l’expression orale, la grammaire s’oublie facilement aussi que le vocabulaire. Il est nécessaire d’introduire de nouvelles méthodes efficace dans ce sens-le travail en groupe, le travail par deux, les débats. Aussi il serait bien de trouver des opportunités des rencontrer des locuteurs natifs, au moins via Skype. Ça serait une très bonne idée avec un résultat garanti. D’un cote une bonne expression orale, de l’autre cote- une communication agréable.»

(Mariana Muleavin Pelin, professeur au Alliance Française de Chișinău)

À la suite de l’information recueillie peut faire une conclusion, investir dans l’intelligence, créativité et capacité d’innover des individus, groupes, sera très rentable à l’avenir. Après la création, en termes de méthodologie, cela signifie une recherche continuelle, la renouvellement et l’amélioration des conditions de travail dans les établissements scolaires.

Au printemps 2018, nous avons eu l’occasion de participer au projet MediaLab — « Journalisme pour les jeunes ». Etant membres du projet nous avons pu rencontrer des journalistes émérites de Moldavie et de France. Grace aux ateliers auxquels nous avons assisté et visité GMG et Pentalog, nous avons acquis des expériences à la suite desquelles nous avons rédigé notre propre reportage.Tout au long du projet, nous avons collecté les informations auprès de sources vérifiables : collègues, enseignants et personnes appartenant à l’institution francophone.

Notre concept dans ce projet est la promotion et la rénovation du système d’enseignement des langues étrangères, y compris le français en Moldavie. Former et éduquer les nouvelles générations en imprimant des manuels, des livres et des méthodes techniques de type européen, moderne, étant un moyen plus facile pour les étudiants de faire face à leurs biens.

Nous sommes honorés d’avoir fait partie de ce projet et nous avons réussi à connaître la vie du vrai journaliste, la relation entre le présentateur et le spectateur.

Loredana Anghel, 18 ans.

Étudiante au Lycée Théorique “Lucian Blaga”, Teleneşti.

Je suis passionné de musique, de peinture et de théâtre. J’aime faire de longues marches, composer des pièces pour piano et écrire des poèmes. Je m’intéresse à la politique et au monde culturel. J’aime connaître beaucoup de choses et lire de vrais rapports qui peuvent susciter un vif intérêt chez le lecteur.

Maria-Mihaela Lascov, 17 ans.

Étudiante au Lycée Théorique “Lucian Blaga”, Teleneşti.

C’est un plaisir pour moi d’étudier les langues étrangères. Je suis passionné par la lecture et la participation à divers concours internationaux, nationaux et régionaux. Dans mes temps libres, je compose des poèmes, je m’occupe de sport. J’aime prendre des photos et ce projet est ma première expérience en journalisme.

Maria Sofronescu, 18 ans.

Étudiante au Lycée Théorique “Lucian Blaga”, Teleneşti.

Je suis passionné de lecture, de langues étrangères, de photo et d’histoire. Je passe le plus clair de mon temps libre à la bibliothèque. Je participé à diverses activités et compétitions. Je dis «oui» a tous les occasion. J’aime toujours découvrir des nouvelles choses, et aussi je m’intéresse à la psychologie des gens. Je rêve de faire un film qui ne laissera personne indifférent. Qui affectera les cordes de l’âme et le fera réfléchir. Je veux créer quelque chose de beau à l’écran et laisser une trace en ce merveilleux monde.

4

    4 claps
    Mașa #

    Written by

    Mașa #