Tout arrive VITE quand tu ralentis…

Je sais ce que c’est.
Tu veux TOUT maintenant.
Tu as beau savoir qu’il faut de la patience pour réussir, au fond de toi tu te dis toujours que tu n’avances pas assez vite, qu’il faut que tu fasses encore plus, toujours plus vite pour être sûre d’accomplir tes rêves.

En plus de ça pas de chance, le monde extérieur te le rappelle à chaque fois (surtout quand tu te lances dans l’entrepreneuriat !) : 
« T’en es où ? »
« Oui mais concrètement tu fais quoi ? »
« T’as gagné combien d’argent? »
« Combien de personnes lisent ton blog ? Et ta chaîne Youtube? »

Comme si ça suffisait pas, ces dernières années on a glorifié le mot anglais « hustle » (en gros: « bosse beaucoup beaucoup et très très vite ! »).
Bon je plaide coupable, j’ai souvent été séduite par l’expression ha.

L’autre jour j’étais chez le dentiste et il m’a demandé ce que je faisais de ma vie — question jamais simple à répondre pour moi surtout en deux minutes avec la bouche ouverte allongée sur un siège médical.

Donc j’essaie d’expliquer ça rapidement, suite à quoi il me demande :

« Et ça vous stresse ? »

« Heuuuu parfois ? Enfin j’aime beaucoup ça mais… »

« Non je dis ça parce que vous avez les dents bien usées. Vous devez sans doute grincer des dents la nuit à cause du stress. Si ça continue comme ça vous risquez de toutes les perdre. »

« Et.. et pas tout le monde souffre de ça ? »

« Non, non seulement des personnes très stressées et anxieuses. »

DAMN alors. 
Ils avaient raisons tous ces autres. 
Va falloir que je me mette sérieusement à la méditation. 
Et moi qui me prenais pour super-woman ! :p

C’est bizarre parce qu’en apparence je ne suis pas perçue comme une meuf stressée. 
Enfin je crois ?
Disons que quand je suis seule avec quelqu’un j’essaie toujours de créer un environnement confortable, et j’aime les ambiances où on est bien, juste bien. 
Je suis la dernière à flipper pour des trucs qui font flipper les autres, genre se faire voler son porte-monnaie à l’étranger : en gros ma philosophie c’est « si c’est fait, pas de raison d’y ajouter du drame ! ».

Mais ça fait quand même des années que je souffre de bruxisme ( = se grincer les dents la nuit à cause du stress ce qui les use très vite !). 
Et ça les amis ça ne ment pas.

Quand j’en ai parlé à mes parents ils n’étaient pas surpris, d’ailleurs selon eux je serais hyperactive. 
Bon vu mon aversion pour le sport je dirais plutôt que c’est de l’hyperactivité cérébrale, haha. 
C’est super difficile pour moi de ne RIEN faire.
Genre je dois au moins écouter un podcast sur le business ou l’entrepreneuriat pour avoir l’impression d’apprendre constamment. 
Ou alors si je travaille sur des aspects techniques de mon blog, je dois au moins mettre un documentaire dans une fenêtre à côté et trier mes emails en même temps.

Pourtant cette histoire de dents ça m’a fait penser à tout ça, à cette pression que je ressentais de toujours faire quelque chose, toujours être productive, et puis vite, vite, toujours plus vite.

J’ai compris que c’était aussi lié au fait que j’avais très souvent la mort en tête.
Nooon je te rassure, pas en mode glauque, mais en mode : « J’ai hyper conscience du fait que notre temps sur cette planète est limité et j’ai tellement de choses à créer et à partager et à accomplir qu’il faut que je me dépêche !! ».

Ouep, ça j’y pense à peu près toutes les deux minutes.
Pratique comme moyen de motivation, moins pratique quand il s’agit de déstresser.

Alors j’ai repensé à tout ce qui avait super bien marché dans mon parcours.
Les articles qui avaient cartonné. 
Les évènements que j’avais organisé.
Les actions que j’avais prises et qui sur le long terme on eu un impact important. 
Les opportunités qui sont venues à moi comme par magie.
Les idées tellement évidentes que leur exécution était presque trop facile et si fluide.

Et j’ai réalisé qu’à chaque fois ce n’est pas parce que j’allais vite que ça avait marché. 
C’est parce que j’avais ralenti.

J’avais pris le temps de m’écouter, et de faire qui m’appelait vraiment sur le moment. 
Même si le gourou de business X m’aurait crié que c’était une perte de temps. 
Même si ma petite voix de meuf (apparemment) stressée avait peur de passer à côté d’autre chose.

A chaque fois que j’avais écouté mon cœur et effectué des actions dans le FLOW, c’était toujours celles qui fonctionnaient le mieux.
Celles qui me faisaient grandir. 
Celles qui m’amenaient le plus de résultats. 
Celles qui fidélisaient mon audience. 
Celles qui aidaient le plus les autres.

Tout arrive vite, quand tu ralentis.
Cette phrase m’est venue comme ça, et plus j’y réfléchis, plus je crois qu’il y a de la puissance dans ces mots.

Ralentir ne veut pas dire te retrouver derrière tout le monde.
Ralentir veut juste dire réaliser que ta vie est un chemin constant, et que si tu cours jusqu’à la fin tu auras à peine le temps de profiter de tes accomplissements.

Ralentir veut peut-être dire prendre une matinée de congé pour faire le point sur tes rêves dans ton carnet secret, ou encore aller te baigner avec des amis un soir d’été.

Ralentir c’est s’assurer que tu as pris le temps de t’écouter.
C’est ressentir dans quelle énergie tu effectues chacune de tes actions, et ne pas avoir peur de t’autoriser à réaliser celles qui t’appellent même si elles ne te semblent pas si utiles.

Ralentir ne veut pas dire moins faire, mais simplement faire mieux.
Créer dans la joie. 
Exécuter avec grâce. 
Obéir à chaque instant à l’appel de ton âme, quitte à envoyer balader toutes les stratégies que tu te sens parfois forcée d’adopter.

Ralentir c’est aimer la vie dans toute sa splendeur, 
c’est honorer chaque instant de ton parcours, 
c’est revenir au moment présent et agir avec amour.

Bon j’avoue je serais toujours quelqu’un qui parle vite, qui pense très vite et qui exécute rapidement (une fois que j’ai une idée fixe en tête !).

Mais je comprends aujourd’hui que ce n’est pas ça le plus important.

Alors si toi aussi t’es du genre à te mettre une pression de malade, 
si toi aussi tu souffres de stress et que tu n’aimes pas l’admettre, 
si toi aussi tu penses souvent à TOUT ce que tu aimerais accomplir dans cette courte vie,

Souviens-toi de ça : Tout arrive vite, quand tu ralentis.

Autorise-toi des pauses. 
Autorise-toi des activités juste pour le fun. 
Autorise-toi des moments avec tes proches.
Autorise-toi des jours sans technologie, sans productivité, des jours de farniente, des jours de célébration de la vie !

Et tu verras que c’est peut-être ces moments-là qui donneront naissance à tes meilleures créations.

C’est dans ces moments-là où tu seras le plus réceptive aux inspirations de l’univers.

Et puis c’est dans ces moments où tu seras le plus proche de ce pourquoi on est là avant tout : 
pour savourer chaque instant de ce magnifique cadeau qu’est la vie.

Et toi raconte-moi?
Est-ce que tu stresses facilement?
Est-ce que tu te mets la pression pour tes accomplissements?

Love, love, love!

Laura