WhoomieStory

La colocation, les galères, l’innovation

« Vivre ensemble ».

Drôle de concept.

Cher lecteur, toi qui lèves déjà les yeux aux ciels ou fronce les sourcils en lisant les premiers mots de cet article, nous t’invitons à découvrir ce qui suit pour comprendre comment soulever un constat évident nous a conduits à la construction de Whoomies.

Avant toute chose (libre à toi d’y réfléchir) arrêtons-nous un instant sur la signification de chacun de ces deux mots très simples pour en comprendre l’idée. Es-tu vraiment capable de définir l’un en faisant abstraction de l’autre ?

Question ouverte, réponse mesurée: pas vraiment. CQFD ?

Pour trancher sans trop philosopher, nous nous sommes arrêtés à la conclusion suivante: les relations humaines et leurs interactions définissent le cadre général de la vie en société.

Alors, toi qui nous lis, es-tu d’accord pour dire que les « bonnes » relations, qu’elles soient amicales, amoureuses, professionnelles ou de simples rencontres de la vie de tous les jours, sont finalement définies par la compatibilité de valeurs, de centres d’intérêts, de visions, modes de vie ou d’éducation?

De manière plus pragmatique et rapportée à chacun de nous, quoi de plus important que la ou les personnes que nous retrouvons chaque soir en rentrant de cours, du travail, ou que nous croisons chaque matin au réveil ?

Dans la vie d’un couple, il est classique de dire qu’emménager ensemble est une étape cruciale, et pour cause…

A peu de choses près finalement (partage du lit, encore que…nous savons à quoi tu penses), le résumé d’une bonne ou mauvaise coloc passe avant tout par la bonne ou mauvaise entente entre les différents occupants. Si tout se passe bien, on oublie vite la lampe affreuse posée au milieu du salon, les portes de placard cassées ou encore sa chambre trop petite.

Si tout se passe bien.

Parce que les histoires de colocs les plus singulières, drôles, farfelues, marquantes ou traumatisantes sont toutes, sans exception, liées aux rencontres et aux leçons qu’on en tire.

Quel que soit l’endroit où l’on s’installe dans le monde, que ce mode de vie soit volontaire, lié à ses études ou dépende de raisons économiques, l’expérience en coloc dépendra du “feeling” et du lien crée avec ses colocataires.

TV allumée en permanence, vaisselle amassée dans l’évier, odeurs de cuisine nauséabondes, colocs bruyants, trop fêtards, alcooliques, antipathiques, psychopathes ou juste bizarres… Pas facile de supporter les petites habitudes et défauts de chacun de ses amis, n’en parlons pas quand il s’agit de quasi inconnus assignés à la même résidence.

Cher lecteur. Nous espérons que nous ne t’avons pas perdu en route et que jusque là, tu es plutôt d’accord avec tous ces constats évidents que nous avons soulevés. Etudiant, jeune ou moins jeune, toi ou tes amis se reconnaîtront sûrement dans ces petites histoires.

La colocation, c’est un sujet commun, tout bête, et pourtant si mal étudié. Parce qu’il s’agit bien plus que d’une simple location d’appartement. Tu peux nous croire ou le vérifier par toi-même en te baladant sur les sites d’annonces existants (ca peut valoir le détour), mais quand Alex a commencé à chercher sa coloc pour partir vivre à Londres, traverser la Manche à la nage n’aurait rien eu de bien sorcier à côté de cette épreuve.

En bons meilleurs amis dignes de ce nom, nos dimanches soirs étaient jusque là réservés au re-façonnement du monde. Alors quand le sujet “coloc” est arrivé… Cela s’est à peu près résumé comme cela:

  • Récit de quelques expériences (plus ou moins mémorables) pour chacun de nous… Rires
  • Prise de conscience: début des galères pour Alex… Soupirs (et rires)
  • Lueur d’esprit: pourquoi pas un “Tinder” pour matcher avec des gens qui pourraient bien s’entendre, et donc mieux vivre ensemble?
  • Nuits d’insomnies (&rires, always).

Répondre à un problème simple par une solution qui paraît évidente.

Voilà, depuis désormais 6 mois, ce qui nous anime chaque jour, chaque heure et chaque minute depuis la création de Whoomies.

Lauren & Alex

www.whoomies.com

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Lauren Dannay’s story.