Je ne suis ni surdouée, ni hyper-sensible, ni multi-potentielle.
Marion Swar
39525

Il s’est passé un truc très bizarre au moment où j’ai lu votre article. Je suis allée directement supprimer l’article que je venais à peine d’e publier sur mon hypersensibilité justement.

En fait, je ne sais pas quoi penser de ce que je viens de lire. D’un côté, je suis entièrement d’accord : les étiquettes nous nuisent et je suis la première à les refuser… pour les autres. Pour moi, en revanche, “l’hypersensibilité” est ce qui, il me semble me définit le plus et depuis toujours. Je me suis reconnu dans ce terme à la minute même où je l’ai entendu. Je n’ai pas eu besoin de réfléchir longtemps : je mettais enfin un mot sur mon mal le plus profond : mes fortes émotions et les réactions qui les accompagnaient.

Ceci dit, c’est vrai qu’avec le temps, j’ai l’impression qu’autour de moi tout le monde se reconnait dans ce terme, même un petit peu. Et pourtant, je sais que mes proches sont différents de moi et ne me comprennent pas toujours. Alors que dois-je penser ?

Admettre que je suis hypersensible, m’aide à m’assumer. C’est un peu mon excuse, la justification de mes humeurs violentes et mes réactions exagérées. Mais, en lisant vos premières lignes, je me suis sentie honteuse d’avoir admise cette étiquette.

C’est un peu nul comme réaction, je devrais m’assumer face aux autres et face à mes semblables non ? 
Je crois que j’ai encore du travail à faire sur mon positionnement. Qui suis-je ? ceci est une très bonne question.

Like what you read? Give Laure Silvestre a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.