Photo by Aaron Burden on Unsplash

Qui suis-je ? Surpasser les étiquettes pour se (re)trouver.

Qui suis-je ?

Hier, j’ai lu cet excellent article de Marion Swar sur le refus des étiquettes. J’étais assez d’accord avec elle et pourtant, il s’est passé un truc plus que bizarre : j’ai tout simplement supprimé l’article que je venais de publier dans lequel je me présentais ouvertement sous l’une des ces étiquettes. En un clic, boum, mon premier article sur Medium a tout simplement été effacé, sans scrupule. Ou presque.

Deux minutes plus tard, en effet, je me suis posé cette question que j’ai dû me poser des centaines de fois : qui suis-je ? Pendant les deux premières minutes de la lecture de l’article, j’ai eu honte d’être ce que je suis. Ce que je dis que je suis. Pourtant, c’est dans la définition de cette étiquette que je me reconnais presque entièrement, depuis quelques années. Alors qui suis-je ?

Il me semble important (et cohérent), pour ma première publication ici, de me présenter. Mais comment me présenter si je ne suis plus tout à fait certaine d’être celle que je dis être depuis trois ans ? Il me semble alors encore plus important de faire le point sur ce qui me définit profondément.

Je profite alors de cette occasion, pour dresser avec vous, le portrait d’une jeune femme un peu paumée. Mon portrait.

Pour revenir aux bases : brainstormons.

Je m’appelle Laure. Et quand je pense à Laure, je pense à quoi ?

Voyageuse, émotive et spontanée, inspirée, entrepreneuse en devenir, jeune, femme, métisse, passionnée et humaniste.

Voilà ce à quoi je pense à l’évocation de mon prénom et de ma personne. Voilà celle que je suis, il me semble.

Je suis une voyageuse, une globe-trotteuse, une aventurière.

Je vis sur la route depuis plus d’un an. Avant ça, le voyage était déjà une évidence, il faisait parti de moi et il s’imposait à moi comme jamais rien ne s’était imposait avant. Avec force et sans équivoque. Je suis nomade dans l’âme et j’ai l’esprit vagabond.

Je suis émotive, spontanée. Sans filtre.

Je ressens et je réagis presque instantanément. Ma raison n’a rien avoir là dedans et elle n’a d’ailleurs quasiment jamais son mot à dire. Je pleure à chaudes larmes, mes peurs sont vertigineuses, mes angoisses incompréhensibles et mes joies me font tout oublier. Je vis intensément depuis le jour de ma naissance. Je suis toujours définie comme une éponge à émotions. Je reçois et j’absorbe jusqu’à dénuer l’autre de son mal. J’ai des humeurs, des vraies, des grosses. Comme les vagues d’un océan un jour de tempête. Les creux sont apaisant mais la houle est monstrueuse.

Je suis inspirée.

Souvent, mais pas toujours. J’ai le cerveau en ébullition cependant. J’ai toujours senti ce fourmillement intérieur mais pendant longtemps, je suis passée à côté des outils qui me permettent de l’exploiter. Puis je suis partie en voyage. Je vis dans une fureur créative depuis des mois. J’annote à un rythme effréné tout au long de la journée. Mon cerveau ne s’arrête jamais, sauf peut-être quand je mange. Et encore. Je bouillonne d’impatience à concrétiser et, en même temps, j’ai l’impression que je ne pourrais jamais concrétiser. Je me sens prise au piège d’un tourbillon créatif. Vous savez, celui qui vous excite et vous prend aux tripes mais qui, dès qu’on se met à y réfléchir plus intensément, se fait la malle en courant. Je suis de ceux qui ont soif d’apprendre mais qui ont peur de faire.

Je suis une entrepreneuse en devenir, quand même.

Parce qu’à moment, il va falloir s’y mettre. Et parce que j’ai toujours voulu faire “ce que je veux”. Je déteste qu’on me dise ce que je dois faire. J’ai suivi des études, comme tout le monde. Puis j’ai tout plaqué pour partir en voyage. Ces mois sur les routes m’ont laissé le temps d’envisager une quantité de projets différents. Tous ont un point commun cependant : je crée ce que je veux, je monte mes propres projets, et je participe activement à ceux qui m’inspirent vraiment. Aujourd’hui, l’idée est de me faire une petite place en tant que rédactrice pour des projets éthiques qui relèvent des domaines du développement personnel, de la culture et du voyage. J’ai envie d’apporter ma petite touche de sensibilité, d’humanisme et d’émotion à des projets qui me parlent et me transportent. Ma vie tourne autour de cela, je ne vois pas pourquoi j’irais chercher ailleurs. Pour l’instant c’est en chantier, mais d’ici quelques mois, j’espère avoir l’assurance et les opportunités suffisantes pour me lancer.

Jeune métisse.

J’ai 26 ans, et je suis issue d’une mère métropolitaine et d’un père antillais-espagnol. Ma culture est riche, mes racines sont floues mais je sens le soleil couler en moi.

Plus que tout je suis une passionnée.

J’aime avec passion, je vis avec passion. Et je n’envisage pas que cela soit autrement. Mes passions sont nombreuses et plus les années passent, plus je m’en découvrent de nouvelles. Le plus intensément, je suis passionnée de chant, de théâtre et d’écriture. Mais j’aime aussi la photographie, bidouiller sur internet, et la spiritualité. Le chant est mon premier amour, le théâtre m’a ouvert au monde, et l’écriture soulage mes émotions. La photo me donne un nouveau regard, le blogging m’inspire et me perfectionne en écriture et en communication. Je m’intéresse à tout, j’aime la polyvalence et j’ai soif d’apprendre.

Et enfin, je suis profondément humaniste.

J’aime la vie et j’aime les gens. Ma sensibilité à fleur de peau me fait découvrir le monde sous un spectre différent chaque jour à chaque rencontre et chaque expérience. Je ne comprends pas comment nous pouvons vivre dans un monde fait d’autant d’injustices et ne peux accepter le fait que l’humain ne soit pas le centre de tout.

Je ne sais pas si tout ces adjectifs sont des étiquettes.

On pourrait en ajouter encore plein d’autres parce que malgré tout, je ne suis pas que ça. J’ai aussi des mauvais côtés dont je me suis bien gardée de vous parler ;). 
Je ne suis pas seulement une hypersensible, je suis beaucoup plus que ça. Mais ma sensibilité démesurée me permet d’être celle que je suis. Serais-je autant humaniste, passionnée et inspirée si je ne vivais pas aussi intensément toutes les émotions de la vie ? Si mes émotions ne me forçaient pas à être toujours à l’écoute de mes envies, aurais-je suivi cette voie de voyage et de fougue ?

La réponse n’a peut-être pas tant d’importance. Je suis moi et je suis dotée d’une personnalité qui me permet de poursuivre la vie que j’ai choisi. Je souhaite que celle-ci soit la plus enrichissante possible. Je souhaite vivre 100 vies en 1 et j’essaye d’y parvenir de toute mes forces.

Voilà qui je suis.


Si mon profil vous intéresse, n’hésitez pas à me suivre sur mes blogs et les réseaux sociaux, où à me contacter par mail !

Mon blog de voyage : On Part Quand — Retrouvez-y tous mes récits et photos de voyage, accompagnés que quelques infos pour préparer votre voyage. Le compte Twitter et la page facebook de On Part Quand

Mon Blog société éthique et engagé : Pineapple Storm — Sur Pineapple Storm, je rédige des billets réflexifs sur des sujets tels que le développement personnel, les modes de vie et la culture. Chaque semaine je propose aussi à mes lecteurs une veille informationnelle éthique et engagée. Retrouvez aussi l’ananas sur Twitter et Facebook.

Pour me contacter par mail : lauremiliesilvestre@gmail.com