EN IGRÈKE

Genèse d’une street-terminologizère contemporaine et ouverture disciplinaire.

Si le génie des poètezer du rap game d’aujourd’hui n’en est pas moins traduisible par une homosexualité refoulée et d’un (bon) goût prononcé pour les choses fines et raffinées (notamment les grosses biatch), leurs propensions créatives n’en est pas pour autant limitées et la richesse de leurs vocabulaires nous étonnerait même parfois.

« MC t’as trop traîné ton cul sur les bancs de la fac, Je vais faire un manteau de fourrure avec les poils de ta chatte (Aahh !) »

Élie Yaffa dit BOOBA

Sachez apprécier ici l’alliance d’une syllepse et d’une hyperbole le tout pondéré d’une allitération “traînante” en “t”, et la double assonance (fac/chatte et cul/fourrure) de ces deux vers léonins qui réunissent toutes les conditions de la poésie du XIe siècle.

Vous noterez au passage que Booba vient de lâcher une grosse métagore comme il en a le secret et que, pour souligner la performance, il lâche en guise d’exclamation un “Aahh” guttural, comme pour digérer la phase qu’il vient de poser tellement elle est lourde.

Qui vous a dit qu’il ne maitrisait pas toute la subtilité de la langue française ?

Cela dit une question persiste, qu’en est-il du patrimoine lexical francophone dans le rap français ? Leurs créativités et leurs besoins de se réinventer les poussent sans cesse à créer chaque jour de nouveaux mots à l’encontre des règles orthographiques à croire que ceux présents dans le dictionnaire ne leur suffisent plus …

Alors ca veut dire quoi être “en igrèke” ?

C’est l’homme de lettrezer originaire de la cité phocéenne, plus connu sous le nom de Jul, qui a démocratisé cette expression tribale dans un clip — « en Y » compte à ce jour 27 millions de vues et des poussières — faisant l’apologie d’un lifestyle des plus…rocambolesque.

Elle donne sens à une pratique « sportive » issues des quartiers populaires qui consiste à lever une moto de type cross (même si en réalité n’importe quel engin à deux roues se prête à l’exercice) et ce à la verticale toute en lâchant les mains du guidon de sorte à ce que, vu de face, le corps du protagoniste (ne faisant ainsi plus qu’un avec le véhicule) représente analogiquement la 25ème lettre de l’alphabet lorsqu’il brandit ses bras au-dessus de sa tête.

J’insiste tout particulièrement pour la suite sur le fait de lâcher les mains du guidon et de les agiter bestialement au-dessus de sa tête car il faut tout particulièrement faire le distinguo entre l’action de lever/dresser un cross en Y et celle de lever un cross en « i » qui, traduit littéralement, signifie« effectuer une (simple) roue arrière » sans même prendre la peine d’effectuer une quelconque singerie avec ses bras.

Vous l’aurez compris un individu en « Y » à 120km/h sur le périphérique fait preuve d’un caractère plus trempé. Il est bien plus sauvage et plus aventureux qu’un individu ne sachant que lever un cross en « i ». C’est justement sur ce point précis que réside tout l’intérêt de ma démarche.

Hormis le fait d’apporter une clarification lexical , cet article a pour vocation d’insister sur l’intérêt tout particulier que je porte au fait d’intégrer l’expression « en igrèke » dans le dictionnaire francophone déjà pour deux raisons:

  • A défaut d’approuver l’anglicisation de notre langue, ce mot est le pure produit d’une expression française.
  • Elle peut parfaitement s’appliquer à des situations de la vie de tous les jours (laissez moi juste le temps de vous le prouver).

Mais comment réussir à prouver l’intérêt d’une expression populaire pour notre langue ? Pourquoi pas à travers un manifestezer street-lexicographique contemporain dans lequel nous recenserons les mots, nous les classerons, nous les définirons et nous les illustrerons, par des exemples ou des expressions, mettant ainsi en lumière l’ensemble de leurs significations afin de rendre compte de la valeur qu’ils apportent à notre langue française (notamment la rendre socialement plus conforme à la richesse culturelle de notre société ) dans le but de (re)constituer un dictionnaire bien loin des idéaux élitistes de l’académie française.

Commençons dans un premier temps par de bref articles sur des mots et/ou expressions (inventées ou non) sur des thématiques tout aussi variées les unes que les autres.

Alors venons en au fait.

Etre en Igrèke c’est une mentalité un état d’esprit qui traduit un anticonformisme et un gout prononcé pour la prise de risque et le non respect des règles une sorte de je m’en foutisme couillu qui street-crédibilisera votre image.

Mise en situation:

Manger en igrèke
Tatouage en igrèke
Gardien de but en igrèke

On peux aussi très bien qualifier un individu selon les mêmes caractéristiques.

Mise en situation:

Personnalité politique la plus en Y de l’année 2015.
Joueur de foot en igrèke

Autrement dit, être en igrèke c’est s’en battre littéralement les couilles et effectuer les choses sans pression. Synonyme: « Etre dans le game en claquette ».

R.B