Mes débuts dans le trading social en argent réel sont prometteurs

C’est clair qu’initialement je n’envisageais pas ma carrière de trader comme cela ; loin de moi toute idée de trading social ; mais depuis j’ai suivi une auto-thérapie et j’ai réussi à faire baisser mon oedème aux couilles chevilles. La conclusion de tout ceci, c’est que je n’ai clairement pas le niveau requis pour me faire de l’argent régulièrement sur le Forex pour l’instant. Ce n’est pas grave, je continue à apprendre et à m’entraîner tous les jours. Je peaufine mon système et je travaille mes entrées. Je bosse mes analyses et je fais saigner mes yeux sur les graphiques toute la journée. C’est bien joli tout ça pourrait-on me dire, mais CA NE RAPPORTE QUE DALLE. Niveau rentrée d’argent je suis au point mort. Enfin, j’étais.

Ceux qui me suivent depuis quelques temps se rappelle sûrement du test que j’avais commencé il y a plusieurs mois de cela : c’était un test sur un portefeuille de copy-trading, via le site MyFxBook. Je l’avais commencé en Janvier (2016) et en moins d’un an il a fait une performance INCROYABLE de plus de 400%. Vous pouvez aller le voir, et même le copier, il est sur MyFxBook. Le seul hic, c’est que le test je l’ai mené en argent fictif. Du coup, la perf’ est jolie, mais il faut transformer l’essai pour que la stratégie soit définitivement adoptée en tant que « moyen pour faire rentrer du flouze sans rien faire ».

Dorénavant, je m’investis dans le trading social

Et c’est ainsi que j’ai commencé à investir dans le trading social. Grâce aux connaissances que j’engrange tous les jours sur les marchés et durant mes lectures sur les techniques de trading, je sais à peu près quelles sont les stats et les paramètres à surveiller pour voir si tel ou tel trader est efficace ou pas. Et je peux vous dire que sur la pléthore de sites de trading social qui existent, il y en a de très bons. Quand je pense que certains soutiennent encore que faire plus de 5% par mois est impossible sur le long terme… Je pense qu’ils se basent sur leurs propres performances pour établir ce diagnostique. Peut-être qu’il faudrait qu’ils fassent une auto-thérapie eux aussi pour dégonfler certaines parties hypertrophiées de leur anatomie.

Le trading social est subtil

Certains me répondront ici « oui mais eux ils prennent des risques ». Evidemment qu’ils prennent des risques. Tout le monde prend des risques. Le truc c’est d’essayer de jauger le risque et d’essayer de le limiter quand même. Je pense que c’est possible en regardant de plus près certaines constantes et certaines statistiques particulières. Par exemple le drawdown est une donnée particulièrement importante. Ou le win ratio aussi, qui peut donner de bonnes indications sur le money management du trader.

Si un trader fait du 30% par mois, avec un win ratio de 95% et un drawdown max de 50% (comme il n’est pas rare de voir sur ZuluTrade par exemple), là il faut faire trrèèèès attention : cela signifie que ce trader ne ferme quasiment JAMAIS et qu’il laisse courir ses pertes latentes jusqu’au bout, quitte à cramer tout son capital. La question est : puis-je quand même tirer profit d’un tel profil de trader ? La réponse est : je pense que oui, mais uniquement sous certaines conditions. Je suis en train de mener des recherches en ce sens, pour pondre une méthode à la fin.

Voir aussi : Rentrée 2016 : le trading en ligne va-t’il être interdit ?

Mes débuts dans le trading social

Donc du coup j’ai commencé mes tests en argent réel. J’ai déjà présenté quelques comptes PAMM dans lesquels j’ai investi ces derniers jours. J’ai dû en fermer un ce matin, car il m’a fait un drawdown inhabituel comparé à toute sa courbe depuis le début du compte. Il partait bien pourtant. Comme quoi… J’ai aussi deux portefeuilles PAMM, mais je ne les ai pas encore présentés. A l’heure où j’écris ils perf’ pas mal, mais bon nous verrons bien cela quand je vais les publier (courant de la semaine ou du mois), car la volatilité de ce type d’investissement est très forte. Enfin, j’ai aussi un portefeuille de copy-trading, que je présenterai aussi bientôt. Celui-là je l’adore, le mois dernier c’est lui qui m’a fait gagner de l’argent. ENFIN. J’ai atteint 50% de mes objectifs mensuel en terme de revenu, donc ça va, je suis content. Ce mois-ci nous verrons si cela se confirme.

En gros, le mois dernier j’ai fais une performance totale de 5%. Mon objectif étant de faire 10%. Il faut savoir que lorsque nous parlons de trading social, c’est un rendement facilement atteignable, pour peu que vous gériez comme il faut vos portefeuilles. Pour ma part, comme je suis au début, je trouve que 5 à 10% ça va, c’est très bien même. Si vous regardez mon portefeuille test, vous verrez qu’il crache 18% par mois (moyenne). Je n’ai pas encore vraiment défini de stratégie, donc j’avance un peu à tâtons. Pour l’instant j’essaie de voir ce qui marche et ce qui ne marche pas.

Prémices d’une stratégie d’investissement dans le trading social

Par exemple, j’ai investi dans des comptes PAMM directement, mais pour le moment je trouve que la perf’ est moindre que lorsque j’investis via des portefeuilles. Peut-être que ce n’est qu’une impression du début, donc je vais surveiller cela. Ensuite, je cherche encore à quelle fréquence mettre à jour mes investissements. Au début, je les mettais à jour toutes les semaines : le dimanche je faisais un bilan et je virais tous les comptes qui perfaient mal et je les remplaçais par les champions de la semaine. Mais au fil du temps, je trouve que ce n’est pas vraiment profitable. J’ai plutôt l’impression qu’il faille laisser un peu plus respirer les comptes.

Il faut laisser respirer son fric, comme ça il pousse bien #mainverte Click To Tweet

Pour mes choix, certains comptes ont été choisis après une analyse minutieuse de leurs statistiques (durée de vie, drawdown, performance sur différents horizons de temps), tandis que d’autres ont juste été choisis car figurant dans le top 5 ou le top 10 du site de trading social concerné. Là encore, il y a de bons résultats dans les deux camps, donc je vais continuer à monitorer tout ceci pour pouvoir en tirer des conclusions plus tard.

Ce n’est que le début d’une belle aventure

Comme je suis juste au début, pour l’instant j’ai investi seulement dans deux sites de trading social, dont un est mon broker Forex. Mais sachez que je suis en train de tester d’autres sites aussi en ce moment même, de manière à élargir mon expérience dans le domaine, et bien entendu pour gagner plus de fric encore. Selon les sites, les rendements sont plus ou moins importants et la sélection des systèmes de trading mis à disposition est plus ou moins drastiques. Cela me donne autant de possibilités de créer des portefeuilles à visées différentes.

Voir aussi : La banque est morte : un simple broker Forex l’a tuée

Pour l’instant, je crois que je préfère le copy-trading pur à l’investissement dans les comptes PAMM. En effet, dans le compte PAMM, je mets mon argent dans un truc et je laisse tourner, sans aucun contrôle possible de ce qu’il se passe. L’avantage ici, c’est que je n’ai rien à faire, si ce n’est que de regarder les biftons arriver tranquillement. A condition que le compte PAMM perf’. D’un autre côté, dans le copy-trading je peux voir les ordres en cours et je peux agir dessus si je veux. Je peux aussi régler différents paramètres (comme ajuster le niveau de risque à ma convenance) qui me permettent soit de limiter mon exposition, soit faire exploser le rendement.

Le trading social : un bon professeur

La cerise sur le gâteau avec le copy-trading, c’est que nous pouvons apprendre en direct live des meilleurs traders FOREX. Et oui ! Puisque je peux voir les ordres passés, le nombre de lots, quand ils ferment, quand ils entrent etc… A la fin je peux faire une esquisse de leur stratégie de trading et voir en direct live ce qui marche et ce qui ne marche pas ; ce qui est trop risqué et ce qui ne l’est pas. J’ai une PUTAIN DE FENETRE de voyeur sur ce qui se passe réellement sur les marchés, avec de l’argent réel, et parfois avec des sommes folles.

Le trading social = fenêtre de voyeurs sur les positions d’autres traders #copytrading Click To Tweet

Grâce à ce simple fait, j’ai pu remettre en question certains de mes dogmes sur le trading en ligne. Je vois en direct live les techniques qui pondent du flouze ! Je ne suis pas là pour être le trader de l’année. Je suis juste là pour gagner de l’argent. Et certaines choses que l’on peut voir ou lire sur les sites ou blogs de trading (y compris le mien) ne sont pas du tout appliquées par ceux qui font du fric sur le Forex depuis des années. Je dis des années, car il existe foison de comptes PAMM et comptes de copy-trading vieux de plusieurs années. Donc la mythologie de « impossible de tenir de tels rendements sur le long terme » n’est finalement qu’une mythologie. Il faut que je m’en inspire absolument. Dans quelques années, j’espère que je pourrais avoir ce niveau.

Le mot de la fin

En attendant, je continue mes investissements dans le trading social, car il me semble que c’est la meilleure solution actuelle pour gagner de l’argent rapidement sur les marchés financiers. Attention, ce n’est pas si facile que cela, car il faut quelques connaissances en trading en ligne, ne serait-ce que pour une analyse basique des statistiques des traders pour faire un choix. Ensuite je pense qu’il faut avoir un minimum de méthodologie, chose sur laquelle je travaille actuellement. 5% par mois a l’air facilement atteignable, puisque je l’ai fait moi-même le mois dernier. Faire plus ? L’avenir nous le dira.


Originally published at lejournalduntrader.fr on November 15, 2016.