Les ennemis de la presse indépendante ne sont pas ceux qui innovent pour la financer

Chers éditeurs, chers lecteurs,

L’équipe de LeKiosk tenait à réagir suite aux propos tenus par M. Étienne Gernelle dans son éditorial paru dans le magazine Le Point daté du 13 Avril 2017 : “Après SFR, Canal+ : qui veut la peau de la presse indépendante ?”

Nous sommes surpris et regrettons sincèrement la réaction du directeur de l’hebdomadaire, partenaire historique de LeKiosk depuis bientôt 10 ans.

Nous venons en effet de finaliser un partenariat ambitieux avec le Groupe Canal+, qui propose à une partie de ses abonnés de lire de la presse grâce aux forfaits LeKiosk.

Ce partenariat répond aux objectifs suivants :

- pour le Groupe Canal+, renforcer l’attractivité de ses abonnements pour ses clients en proposant un service à forte valeur ajoutée en affinité avec son cœur de cible ;

- pour LeKiosk, élargir la distribution de nos offres afin d’augmenter la diffusion et les revenus de nos partenaires éditeurs, et encourager la lecture d’une presse de qualité au format numérique.

Les forfaits intégrés dans l’application MyCanal sont proposés sur LeKiosk depuis plusieurs années sans que leur modèle n’ait jamais été remis en cause. Le partenariat avec Canal+ est uniquement un nouveau canal de diffusion permettant d’en élargir la distribution.

Dans un contexte de baisse constante de la diffusion et de remise en cause du modèle économique de la presse depuis plus de 10 ans, accroître la distribution des contenus et adapter les modèles économiques au numérique ne peuvent être que bénéfiques pour les éditeurs de presse.

Cette stratégie de développement suit celle des autres industries de contenus, à l’image de la musique avec les succès de Spotify et Deezer, qui donnent de nouvelles perspectives de financement de la création dans un milieu en crise.

C’était déjà la logique à l’œuvre dans le partenariat que nous avions noué en 2014 avec SFR, pour distribuer nos forfaits dans le cadre des Extras de l’opérateur. Le Point a d’ailleurs fait partie de cette offre depuis son lancement sans la moindre réserve, LeKiosk lui ayant toujours assuré une rémunération en adéquation avec ses attentes.

Nous voyons la lecture de la presse en numérique comme un usage complémentaire de l’expérience de la lecture papier, et comme une source de revenus complémentaire aux éditeurs. Nous sommes les premiers convaincus de la nécessité de protéger la valeur des contenus originaux proposés par les éditeurs de presse ; notre ambition est de donner envie de lire de la presse de qualité en ligne, à l’heure des fake news et de l’accès gratuit à l’information.

Au milieu des inquiétudes qui continuent à régner aujourd’hui autour du devenir de la presse, nous sommes persuadés que ce type d’opportunité prouve au contraire tout l’intérêt qu’elle continue à susciter.