Ce qu’il y a vraiment dans les MacronLeaks (pas grand chose) (MÀJ 4)

Les MacronLeaks ont l’air de plonger tout le monde, des forums de JeuxVideo.com au CSA, dans un état d’hystérie. Y a-t-il une bombe dans ces documents ? Va-ce influer l’élection ? On ne sait pas, et, pendant les 36 prochaines heures, on ne pourra pas compter sur les médias pour nous aider. Période de réserve oblige, le gouvernement a demandé à la presse de tout simplement ne pas parler des fuites.

Je ne suis pas un organisme de média, donc j’imagine que je dois avoir le droit de couvrir le contenu de ces documents. Je crois que c’est d’autant plus important de communiquer le contenu de ces docs que, franchement, il n’y a rien d’explosif à l’intérieur. Il vaut largement mieux informer le public en expliquant clairement ce que les fuites révèlent que de laisser des documents secrets et nourrir la suspicion.

Bref, voilà les dix seuls trucs que j’ai personnellement trouvé et qui me paraissent avoir un intérêt journalistique. Mais avant de commencer…

Aidez-moi à compléter cet article

🙌 J’ai besoin de votre aide ! Beaucoup d’entre vous sont en train de lire ces documents, et ont probablement découvert des choses que je n’ai pas vu. N’hésitez pas à soumettre vos trouvailles via ce formulaire, et je mettrais à jour l’article en fonction.

Note très importante

Ces documents sont potentiellement des faux. Il n’y a rien cependant dans les emails qui indiquent que ce sont des documents trafiqués, et En Marche a reconnu que les documents proviennent de sources authentiques. Prudence donc. Ces documents sont à priori crédibles, mais, jusqu’à confirmation par les intéressés (qui n’interviendra pas pendant les prochaines 36 heures), il est utile de suspendre un tantinet notre jugement.


Les 10 trucs que j’ai trouvé

1. Non, EM ne va pas virer tout le monde comme des Kleenex

Un des e-mails les plus partagés sur les réseaux sociaux est celui-ci :

cedric.o@en-marche.fr/00000001.eml

Le sous-entendu, en gros, est que les équipes d’En Marche sont d’horribles personnages qui vireront tout le monde le 7 mai venu. Salauds de libéraux ! Sauf que, lorsque l’on ouvre la pièce jointe, on comprend que le sens de la phrase est assez différent :

cedric.o@en-marche.fr/00000001.eml (pièce jointe Budget législatives.xlsx)

En Marche ne se sépare pas de staffers par pur cynisme le 7 mai : ils s’en séparent parce qu’ils pensent les recaser à l’Élysée ! Il faut noter, d’ailleurs, que la liste inclut des noms aussi connus et importants que Laurence Haim, Jean Pisani-Ferry ou Benjamin Griveaux. Pas des personnes, en somme, qui sont les premiers à être virés. La “séparation” dont Potton parle est la séparation entre ceux qui resteront dans le parti pour les législatives et ceux qui seront dans l’administration Macron. (Je remarque aussi que même les employés d’EM oublient d’attacher les pièces jointes.)

2. La répartition des salaires d’En Marche

En Marche a apparemment 83 employés (ils ne sont pas tous volontaires). Jean Pisani-Ferry est le mieux payé, avec un salaire de 7900 euros net. De l’autre côté du spectre, pas mal de stagiaires sont payés 600 euros net. La masse salariale mensuelle de la campagne est estimée à 364 300 euros.

cedric.o@en-marche.fr/00000001.eml (pièce jointe Budget législatives.xlsx) — Le graphique est fait maison, et chaque barre représente une personne.

Un des motifs récurrents de ces emails est la proximité entre tout un tas de figures intellectuelles qui ont fourni de l’aide informelle à la campagne d’Emmanuel Macron. Par exemple, certains intellectuels, comme Philippe Aghion, Philippe Martin, Jean Viard, ou Thomas Philippon, ont aidé En Marche et apparaissent dans les emails. Ils sont aussi publiquement engagés en faveur de Macron.

Mais il y a plus curieux. Certaines personnalités intellectuelles censées être non partisanes ont fourni de l’aide informelle aux équipes de Macron. Il est difficile de savoir dans quelle mesure cette proximité pose des problèmes éthiques, mais cette proximité peut interroger. En voici trois exemples.

3a. EM a reçu de l’aide informelle de la part de Philippe Meyer

Philippe Meyer est un journaliste à Radio France, et est notamment l’animateur de l’émission L’Esprit Public sur France Culture. L’Esprit Public est une émission d’analyse de l’actualité assez influente ; lors de celle-ci, Philippe Meyer anime la conversation d’un panel d’experts représentant différentes obédiences politiques. Meyer est censé être non partisan, même si il a déclaré avoir voté Bayrou dans le passé.

Pourquoi vous dis-je tout ça ? En fait, il y a eu une polémique, cette saison, autour de L’Esprit Public. Jean-Louis Bourlanges, un des contributeurs les plus connus du programme, a été écarté de l’émission en raison de son soutien public à Emmanuel Macron, et car cela créait des problèmes de temps de parole. Une décision que Meyer a regretté à l’antenne.

Je n’irais pas jusqu’à dire que Meyer a soutenu Macron, mais il a certainement fourni des conseils à la plume de Macron, Quentin Lafay. Selon des emails datant de janvier, Meyer a fourni des conseils par email, par téléphone et probablement en face à face avec des membres de l’entourage d’Emmanuel Macron, en particulier sur la question du programme culturel.

quentin.lafay./Re Meyer — Dorothée Stik— 2017–01–21 1105
quentin.lafay/Suite de notre conversation — Philippe Meyer— 2017–01–21 0747

3b. La plume d’EM a reçu de l’aide informelle de la part de Marc Lazar

quentin.lafay/Re Confidentiel — Ismaël EMELIEN — 2017–01–17 1622

Marc Lazar est professeur à Sciences Po, et un des historiens de la gauche les plus écoutés. Il a, apparemment, transféré un document confidentiel de conseillers départementaux du Modem à deux staffeurs d’En Marche. Aussi inclus est Thierry Pech, directeur du think tank Terra Nova. En parlant de Thierry Pech…

3c. La plume d’EM a reçu de l’aide informelle de la part de Thierry Pech

La plume d’En Marche a reçu des documents confidentiels du think tank Terra Nova de la part de son propre directeur Thierry Pech. En juillet dernier, Pech a démenti son implication dans le mouvement En Marche. (J’ai noté d’autres correspondences entre Pech et Lafay en 2016, mais elles m’avaient l’air moins reliée à EM.)

- Thierry Pech — 2017–01–26 0228

On remarquera, de manière assez savoureuse, que les documents ont comme thème les conflits d’intérêt, et appelant notamment à plus de transparence sur les liens entre sphères publiques et privées.

4. Cette photo.

alaintourret@gmail.com/00004027 (PJ : 20170227_Emmanuel Macron_Interview Terre de vins.pdf)

5. En Marche réfléchit (beaucoup) aux législatives

Au-delà des investitures, les emails montrent que les législatives sont une priorité pour le mouvement. J’ai trouvé par exemple deux notes écrites par plusieurs conseillers dans la sphère d’influence de Macron sur la constitution d’un groupe législatif. Ce n’est pas une note officielle qui fait référence chez EM, mais c’est intéressant à examiner. En particulier, on peut y remarquer qu’il est suggéré qu’En Marche doit survivre à la carrière politique de Macron.

cedric-o@en-marche.fr/00000029
cedric-o@en-marche.fr/00000029 — (PJ: Propositions gouvernance.pdf)

6. Voici les candidats pressentis dans les Bouches du Rhône

7. Les députés actuels n’ont pas vraiment de traitement de faveur…

Une des victimes des fuites est Alain Tourret, député PRG du Calvados. Malgré le fait qu’il pouvait représenter une prise de guerre pour En Marche, il a du postuler à l’investiture En Marche comme tout le monde.

alaintourret@gmail.com/00003429

MÀJ 4 : Encore pire : Anne-Christine Lang, députée PS de Paris et suppléante de Jean-Marie Le Guen, soutien de Macron, s’est fait violemment refuser une investiture à Paris. Et quand je dis violent, je veux dire qu’elle a reçu un message standard de refus en pleine nuit, avec même une erreur sur sa circonscription de choix.

Il reste à voir si Anne-Christine Lang est effectivement investie dans sa circonscription actuelle. De manière générale, les emails suggèrent généralement que les circonscriptions parisiennes sont (1) très prisées, et (2) particulièrement convoitées, si ce n’est immobilisées, par des membres de l’équipe de Macron. Merci à un internaute pour sa contribution !

8. Richard Ferrand a besoin de se faire coacher

Je vais laisser le mail parler pour lui-même:

cedric.o@en-marche.fr/00000023

9. Macron a souscrit à une “assurance sinistre électorale”

Emmanuel Macron a emprunté 8 millions d’euros pour sa campagne. Vu la somme, si Macron n’arrivait pas à dépasser 5%, En Marche aurait été dans une situation financière catastrophique. Donc, Macron a souscrit à une assurance sinistre d’un montant de 141 759 euros.

cedric.o@en-marche.fr/00000036.eml (PJ : Assurance 5 % Version finale MH 30 mars 2017.pdf)

MÀJ : Le paragraphe peut prêter à confusion en sous-entendant que Macron ait souscrit à cette assurance par peur de ne pas faire un bon score. En réalité, selon les dires de l’équipe de campagne à la commission des comptes de campagne, cette assurance 5% était un pré-requis pour les banques prêteuses (en l’occurence, BRED et le Crédit Mutuel).

cedric.o@en-marche.fr/00000173

MÀJ 4: La police d’assurance a en fait été modifiée plusieurs fois, avec des modifications allant d’une réduction du montant à des corrections orthographiques. Je montrais avant une ancienne version de cette police d’assurance, ce qui est montré maintenant est une version déclarée finale. Merci à un internaute pour la trouvaille !

10. Il semble qu’En Marche savait que leurs emails pouvaient être hackés

La chose la plus curieuse est qu’il n’y a quasiment aucune discussion personnelle dans les e-mails. Pas de drame, pas d’engueulade épique, pas de craquage, pas de pétage de plombs. Emmanuel Macron a parlé plusieurs fois, pendant la campagne, de la possibilité d’être hacké par la Russie. Ce n’était pas que des paroles en l’air : il apparait que les équipes de Macron préféraient communiquer sur l’application chiffrée Telegram.

11. Bonus.

cedric.o@en-marche.fr/00000047

(MÀJ 2) 12. EM s’occupe bien des grands donateurs

Saviez-vous qu’il y a un formulaire de dons dédié aux grands donateurs ?

cedric.o@en-marche.fr/00001342

Cela reflète bien une tendance dans l’équipe d’EM (en tout cas, ce qui apparait dans les emails du trésorier Cédric O) de traiter, parfois, directement des cas des grands donateurs. Cela n’a rien de très surprenant, mais c’est néanmoins un motif notable. Par exemple, plusieurs emails montrent que des pas mal de personnes ont viré des donations supérieures au montant réglementaire autorisé :

cedric.o@en-marche.fr/00001480

Dans la même veine, plusieurs emails montrent que l’équipe d’EM a eu des sueurs froides à la suite de la parution d’un article de Valeurs Actuelles qui sous-entendait que la banque Rothschild sponsorisait la campagne Macron. En l’occurence, un cocktail organisé par le DG de l’ancien employeur d’Emmanuel Macron, Olivier Pecoux, le 29 septembre était au centre de l’article. Pecoux avait-il payé pour le fundraiser, ou était-ce la campagne ? L’échange de mails montrent que l’équipe elle-même avait mis plusieurs jours à répondre à cette question.

cedric.o@en-marche.fr/00000843

13. EM ne s’attendait pas à gagner les législatives

Un document qui a capté mon attention est un tableur datant du 10 mars dernier, et qui essaye de prévoir l’avenir financier d’En Marche post-présidentielle. Vu que le financement des partis en France est fortement conditionné aux résultats aux élections législatives et sénatoriales, leur prédiction repose sur des scénarios électoraux. Voilà à quoi ça ressemble :

(PJ: Prévisions financières post législatives.xlsx)

(MÀJ 3) 14. Jean-Jacques Mourad, le conseiller santé viré et zombie

EM a réussi globalement à échapper aux polémiques pendant la campagne, à une exception près : Jean-Jacques Mourad. Un des conseillers santé de Macron, il fut congédié après que des conflits d’intérêt avec le laboratoire Servier étaient apparus. Un mois après, néanmoins, il renvoie un long email à certains collaborateurs d’En Marche pour… critiquer Irène Frachon, la pneumologue qui a tiré l’alarme dans l’affaire du Mediator.

quentin.lafay/- MOURAD Jean-Jacques — 2017–04–17 0001

Pourquoi les fuites restent un gros problème pour Macron

Je ne crois pas, au vu de ce que j’ai pu parcourir, que ces fuites vont exposer au grand jour un dossier explosif. Mais ces documents sont truffés d’informations sensibles à propos d’En Marche : coordonnées bancaires, listes d’employés, addresses emails (dont les deux addresses email, publique et privée, du candidat lui-même), numéros de téléphone (dont ceux de quelques personnalités connues du grand public), etc.

Ce n’est que le début

Ces fuites sont terribles pour le camp Macron, et de manière générale, pour la démocratie. C’est une tragédie pour les personnes piratées, et notamment Pierre Person, le responsable des Jeunes Avec Macron, qui a vu fuiter bon nombre de photos personnelles.

Néanmoins, les documents sont une mine d’informations pour arriver à comprendre le fonctionnement d’une campagne. En particulier, ces emails sont très éclairants sur l’entourage intellectuel de Macron. En Marche a totalement l’air d’être un mouvement nourri, voire tenu, par les contributions d’intellectuels extérieurs. (C’est en particulier le cas sur tout un échange sur l’enseignement supérieur qui est trop long pour être résumé.) Arriver à analyser tout ça est fondamental pour comprendre ce qui s’annonce être le quinquennat d’Emmanuel Macron.

Bis Repetita: 🙌 J’ai besoin de votre aide ! Beaucoup d’entre vous sont en train de lire ces documents, et ont probablement découvert des choses que je n’ai pas vu. N’hésitez pas à soumettre vos trouvailles via ce formulaire, et je mettrais à jour l’article en fonction.