Dans « Un brillant avenir », l’auteure raconte le parcours d’une Roumaine qui fuit, aux aux Etats-Unis, le régime de Ceausescu. A trente-cinq ans d’écart, elle effectue deux passages à Paris, dans un trois-étoiles du 15e arrondissement.

Image for post
Image for post
L’écrivaine française Catherine Cusset à Paris, le 24 octobre 2016.

En octobre 1968, Elena vit à Bucarest. Elle est chimiste et obtient l’autorisation de se rendre à Paris accompagnée d’une collègue, Christina, et de deux espionnes du régime roumain. Catherine Cusset décrit dans Un brillant avenir (Gallimard, 2008) cette première matinée dans leur hôtel parisien : « Elle se leva, fit une toilette rapide, s’habilla, avala trois tranches de salami hongrois et une tasse de Nescafé en poudre dissous dans de l’eau du robinet. …


A l’heure où l’éventualité d’un Brexit dur inquiète l’Irlande, la pièce de l’auteur irlandais, « En attendant Godot », est jouée à la frontière entre le Sud et le Nord. Un théâtre de l’absurde, en pleine résonance avec l’actualité…

Image for post
Image for post
Les représentations de la pièce « Walking for Waiting for Godot » (ici, le samedi 4 août) ont lieu non loin d’Enniskillen, dans un site à cheval sur l’Irlande du Nord et sur la République d’Irlande.

Dans un paysage verdoyant, sous un ciel couvert par une mer de nuages gris, quelques hommes assemblent un arbre métallique, branche par branche. Créée par le sculpteur britannique Antony Gormley, l’œuvre servira, quelques minutes plus tard, d’unique élément de décor à Waiting for Godot. La pièce de Samuel Beckett sera jouée sur la frontière qui divise son pays natal, l’Irlande.

Cette ligne, longue de 499 km, sépare l’Irlande du Nord, sous pavillon britannique, de la République d’Irlande, au sud, indépendante depuis presque cent ans. Seuls quelques détails permettent de savoir que l’on passe de l’une à l’autre : une route dont le bitume est soudainement plus lisse, ou encore les panneaux de limitation de vitesse ; certains indiquent des miles, d’autres des kilomètres. Mais la frontière elle-même est invisible. …


« Vermine », selon les fermiers, source de profits pour l’industrie de la viande et du cuir, le marsupial est massivement chassé, parfois cruellement, sans égard pour son statut d’emblème national. Un abattage légal dénoncé par les écologistes.

Image for post
Image for post
Si les dingos, prédateurs des kangourous, ont disparu, les chasseurs et les automobilistes tuent des millions de marsupiaux chaque année.

Enfouis dans les belles collines d’eucalyptus et de gommiers qui s’étendent au nord de Sydney, les bâtiments sont toujours là. Deux maisons basses au toit plat copient une esthétique américaine, avec cette inscription, qui a survécu elle aussi, en lettres blanches sur le bois brun : « Ranger Headquarters, Waratah Park ». En fait, ce parc national n’a jamais existé, pas plus que les rangers censés y avoir établi leur quartier général. …


The world is changing, decorum with it. The rules of savoir-vivre in the 21st century are different. Read on for a vade-mecum of the faux pas to avoid at work and in coworking.

Image for post
Image for post

An American study teaches us that 88% of business cards are thrown away the week after having been given out. There’s one additional reason which questions their usefulness. What’s the point of leaving a business card in the era of electronic communication? Sceptics may be pointed out that among those who ask the question, some are still wearing watches to tell the time. …


Jerry Seinfeld, Louis C.K., Dave Chappelle… More and more stars of one-man-show comedy are using English in Paris. Their shows make tourists, expats and a young increasingly anglophone audience laugh.

Image for post
Image for post
Gad Elmaleh regularly appears with his counterparts from the English-speaking world (above, in 2017, with Jerry Seinfeld, surprise guest appearance at his show in Paris).

The scene took place last February. Between two African hairdressing salons, a crowd is gathering outside Les Etoiles, a small theatre in the 10e arrondissement of Paris. All are gathered to see Dave Chappelle. His arrival had been announced two weeks earlier. The 160 seats sold out within several minutes. One of the big names of American stand-up, notably known for ‘Chappelle’s Show’, the comedian is capable of filling the Radio City Music Hall (6 015 places) in New York ten times over. …


Image for post
Image for post

The success of Edouard Louis, author of En finir avec Eddy Bellegueule (The End of Eddy), owes a lot to his deep friendship with the sociologists Didier Eribon and Geoffroy de Lagasnerie. Inseparable, the trio form one of the most virulent voices of the radical left.

On February 9 2010, in a packed amphitheatre of the University of Picardie, a young man has a life-changing moment. Having come to listen to a Parisian intellectual tell the story of his childhood and his homosexual adolescence in a working class family — the rejection and the shame, the flight and the exile, the return, finally, in his despised town of Reims — he is overwhelmed by these words, which resonate with his own experience. At the end of the lecture, like other students, he approaches the man to tell him how much he moved him. …

About

Le Monde in English

international, politics, society, economy, culture, ideas, planet, sport, science, technology, education… Le Monde in English offers selected translated content

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store