Qu’est-ce qui est vrai ?
Mathieu Raj SANDANA
13824

« Nos désaccords ont pour source notre irrationalité et nos émotions guidés par des intérêts divergents »

Nous sommes dans l’incapacité d’être irrationnel. Simplement parce que la rationalité n’est pas un absolu mais un relatif. La rationalité est l’accord, au sein d’un processus de pensée, de nos conclusions et de nos prémisses. L’erreur est possible mais au sein de notre pensée rationnel tout est justifier et tout est rationnel. Nous sommes des êtres purement rationnels qui sont surprit (ou conforté) par certains effets, dans le monde, de nos actions.

« Les désaccords viennent avant tout de l’inintelligence ou de la mauvaise foi des uns ou des autres. »

Parler de vérité sans parler d’axiomes c’est un peu étrange. Il existe des principes qui fondent notre système logique et sur lesquels on ne peut statuer. Ni sur leur vérité ni sur leur fausseté mais que l’on doit accepter de toutes manières sans quoi la pensée n’est pas possible. Tu poses la vérité comme un absolu encore une fois. Il y a ce qui est vrai et ce qui est faux. Mais si j’accepte par exemple comme axiome que A=B alors je pourrais dire facilement A=B. Si je parle avec quelqu’un qui accepte comme axiome A=A alors notre discussion sera impossible et non pas parce que l’un à tort, est de mauvaise foi ou autre mais parce que l’on n’accepte pas les mêmes bases de réflexions, les axiomes. Si un gars pense que l’homme est d’abord un esprit et un autre que l’homme est d’abord corporel rien ne pourra les réconcilier et pourtant les deux seront parfaitement sincère.

« Selon cette seconde explication, nous sommes rarement d’accord, non pas parce que nous avons une perception différente de la réalité mais parce que nous n’avons pas la même définition du vrai »

Notre définition du vrai modèle notre perception de la réalité. Notre perception de la réalité modèle notre définition du vrai. Si l’on n’a pas la même définition du vrai alors on a des perceptions différentes. (Quelqu’un qui sait quelle épaisseur fait la glace sur ce lac gelé ne marchera pas de la même manière pour le traverser que quelqu’un qui ne la connait pas)

« C’est le seul critère universellement admis dans tous les systèmes logiques. Selon ce critère, la vérité d’un propos dépend de sa correspondance avec la réalité telle qu’on peut l’observer. C’était la seul définition de la vérité en occident jusqu’au moyen-âge. »

C’est particulièrement faux. Platon ou Aristote, et la plupart des penseurs antiques, mettent la vérité dans l’intelligible et pas dans le sensible, c’est-à-dire dans l’esprit et non dans le monde. Le monde des idées de Platon n’est absolument pas dans l’empirique. Les philosophes rationalistes (Descartes par exemple) pose encore une fois la vérité dans un mode d’être diffèrent que celui observable (La substance spirituelle).

Tu mélanges des considérations abstraites et/ou instrumentales avec des considérations culturels et/ou temporels. Je veux dire par là que le principe de non-contradiction n’est pas temporel. Un objet A ne peut pas être et ne pas être. De plus, c’est un outil de logique, mental, humain, qui nous permet d’enquêter, de réfléchir sur des énoncés « simples », qui permet une pensée. Tu ne peux pas dans un même mouvement te contredire sinon ta pensée est inconsistante.

« Ainsi, selon Einstein, la physique quantique était appelée à être rejetée avec le temps et considérée comme fausse car elle contient des contradictions qu’elle considère comme vraie. La physique quantique n’a pourtant pas encore disparu. »

La relativité et la physique quantique sont des nexus, des réseaux d’énoncés, et donc ils ne sont surtout pas à comparer avec ton exemple où il n’y a que deux énoncés contradictoire. Il faut prendre chaque énoncé de ces théories est les regarder par rapport aux autres. S’ils se contredisent, l’un ou l’autre est faux. Et ce n’est pas négociable.

Bon je n’irai pas plus loin. J’aime bien ton travail sur ta chaine youtube (Et un grand merci pour ce « merci youtube ») mais j’ai repéré deux trois fois des problèmes comme ça, la philosophie est quelques choses de très pointu et tu t’attaques à une montagne philosophique : la vérité. Je suppose bien que tu n’avais pas envie de révolutionner la philo avec cet article mais il faudrait être plus rigoureux si tu comptes apprendre des choses aux gens. Bonne continuation. :)

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.