L’araignée au mur. (15/100)

Une bribe de souvenir, comme ça. Sans raison, sans prologue ni péripéties.

Quand j’avais 9–10 ans, je suis allé visiter de la famille à Périgueux, et le soir venu, je me suis couché dans la chambre d’ami qui nous accueillait, mon père et moi.

J’étais couché, les lumières étaient allumées, et j’avais froid. Je venais de poser le PDA de mon père sur lequel je tuais le temps en jouant à un jeu quelconque.

Le papier peint était en très mauvais état, et là, un bruit de papier qu’on craque tout doucement a émergé du mur en face du lit.

Sans sortir du lit, j’ai scruté, droit devant moi, jusqu’à découvrir la source du phénomène : une grosse araignée noire en train de faire je ne sais quoi, peut-être un casse-dalle moucheron, enfin bref, en tout cas, elle se frottait contre un bout de papier peint décollé.

Toutes les 15 secondes.
Juste assez longtemps pour que ce soit assez surprenant
Juste trop rapide pour s’endormir sans y penser.

J’ai pas éteint la lumière. Je suis resté éveillé. Je me disais que tant qu’elle faisait du bruit, c’est qu’elle se déplaçait pas d’endroit, et que tant que j’écoutais, j’étais sûr de ma sécurité.

J’ai fini par m’endormir.