Mossoul : la vie de millions de civils en danger

Au deuxième jour de l’offensive pour la reconquête de la ville irakienne de Mossoul, dernier grand territoire encore entre les mains de l’Etat Islamique (EI), la vie de millions de civils est en jeu.

Une ville presque entièrement encerclée

Les habitants à proximité de la ligne de front qui fuient les combats n’ont d’autre choix que gagner le centre-ville. Les djihadistes encerclent Mossoul et maintiennent la population en otage, se servant d’elle comme d’un “bouclier humain”. Maintenir les civils sur place permettrait en effet au groupe islamique de ralentir l’avancée des combattants dans leur conquête du territoire. Le sort d’1,5 millions d’habitants de la plus grande ville d’Irak suscite ainsi de vives inquiétudes.

Un signal d’alerte lancé par les ONG

L’ONG internationale Save the Children déclare que la vie d’un demi-million d’enfants serait en jeu. Par ailleurs, le vice directeur régional de l’organisation en Irak Aram Shakaram invite le gouvernement à ouvrir d’urgence des routes sécurisées pour permettre à la population d’échapper aux combats. Sinon, “de nombreuses familles n’auront pas d’autres choix que de rester à Mossoul, prenant le risque d’être tuées par des tirs croisés ou des bombardements”, a-t-il déclaré.

Des moyens humanitaires déployés pour la sécurité des civils

La coalition et le gouvernement irakien s’apprêtent à assurer la sortie de centaines de milliers de personnes, et met à leur disposition ressources et lieux d’accueil pour les aider. Selon le premier ministre irakien Haïder al-Abadi, un corridor de sécurité a été mis en place au Nord-Ouest de la ville pour permettre l’évacuation de la population. 
L’avancée lente et difficile des forces en place présage pourtant d’une reconquête qui pourrait durer des mois, temps pendant lequel la population se trouvera constamment mise en danger. “La rapidité devrait être l’élément clé de cette opération. Le plus tôt sera le mieux, pour éviter un exode humanitaire ou des complications dont personne n’a besoin”, a déclaré le leader kurde Hoshiyar Zebari.

Le président américain, Barack Obama, dont le pays soutient les forces irakiennes dans leur offensive, a cependant affirmé concentrer toute son attention sur la sécurité et l’aide humanitaire pour les civils qui échappent au combat.

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Lina Kortobi’s story.