Les bodegas de Mendoza

7 au 9 juin 2017 — Argentine

Après une nuit agitée, nous voici arrivés à Mendoza. On commence par la découverte du parc du Général San Martin situé à 5 minutes de notre auberge. En longeant le parc, on remarque qu’on est en train de marcher sur l’avenue…Boulogne Sur Mer ?? 😲 En se renseignant on a appris que José de San Martin, un des héros des indépendances sud-américaines, a rendu son dernier souffle à Boulogne. C’est pour ça qu’en Argentine vous trouverez des voies Boulogne Sur Mer partout dans le pays 😏

Bref, après une heure de balade au vert on se dirige vers le centre de la 4ème ville du pays. Dommage pour nous, tous les monuments recommandés par le Routard sont en rénovation 😑 On monte ensuite au perchoir Decimo qui surplombe la ville : idéal pour boire un verre en regardant le soleil se coucher derrière les Andes.

Coucher de soleil au perchoir Decimo

On loge au Mendoza Inn, hostel super cool situé dans un quartier universitaire très animé. On y rencontrera une bande de français et un canadien avec lesquels on passera notre temps à boire du maté, faire des matchs de ping-pong et jouer au tarot ! Encore bravo Rémi pour ta victoire, on te doit un jeu à gratter 🃏

Le Mendoza Inn et nos joueurs de tarot : Marine (une autre oui !), Luca et Rémi.

Le lendemain on part en tramway pour Maipu, un village à 30 minutes de Mendoza où l’on peut louer des vélos pour faire la tournée des bodegas. On On roule au milieu des vignes avec les Andes en arrière-plan. C’est canon.

On arrive à la bodega Trapiche à midi et l’accueil nous explique que la prochaine visite est à 14h… Comme on n’a pas le temps d’aller voir une autre bodega entre temps, on décide de déjeuner au restaurant du vignoble. Les 3 plats (et 3 vins qui les accompagnent) sont délicieux, sauf mon dessert qui est dégueu : mon fresh cheese, vanilla & sweet tomato mousse a la tête et le goût d’un Mister Freeze goût menthe à moitié fondu avec un peu de sauce d’une conserve de baked beans. J’adore les baked beans, juste pas dans mon dessert…

Mon dessert dégueu

A peine a-t-on terminé notre café que la visite commence. On se lève de table et on va directement à l’usine. Trapiche est le plus gros producteur de vin d’Argentine donc vous imaginez bien que la visite est parfaitement minutée. Si vous préférez voir des vignobles à taille humaine, Lujan de Cuyo est un autre village qui d’après le Routard propose un cadre plus authentique pour visiter les bodegas. Malheureusement pour nous on n’aura pas le temps d’y passer.

La visite prend fin et on enchaîne sur la dégustation. C’est parti pour 3 verres de plus !

Visite de la Bodega Trapiche

Comme c’est sacrilège pour nous de recracher le vin, on remonte sur nos vélos un peu joyeux 😊 Allez, une petite balade digestive nous fera le plus grand bien.

On repart vers le centre de Maipu en suivant une nationale quand on croise un joli sentier bordé d’arbres qui nous semble être le parfait raccourci pour rejoindre la ville en évitant les pots d’échappement. On se lance sur le chemin quand une voiture de police nous rattrape et nous demande de nous arrêter… 🚓

Comme on ne sait pas quel taux d’alcoolémie est toléré pour conduire un vélo en Argentine on prépare notre poker face pour expliquer qu’on a bu qu’un petit verre de vin à midi, rien de bien méchant Monsieur l’agent… On avait tout faux : les policiers nous expliquent que les touristes qui passent par ce chemin se font détrousser car nous sommes près d’un quartier qui craint. Ici au milieu des vignes ?? A ce même moment, 3 individus sortent d’un buisson sur le bas côté à 100 mètres de nous et commencent à marcher dans la direction opposée. Louche. On remercie les agents pour leur bienveillance et ils nous escortent jusqu’à la nationale où on repart vers Maipu.

De retour à l’auberge on se couche en espérant pouvoir passer au Chili le lendemain. Ah oui, on a oublié de vous dire qu’une des raisons pour lesquelles on est descendus rapidement sur Mendoza c’est parce qu’on a appris que certains postes frontaliers entre l’Argentine et le Chili sont fermés depuis une semaine à cause de la neige. Ils ouvrent parfois pour la journée et il faut profiter de ces fenêtres de tir pour traverser les Andes en bus. Comme on veut commencer le Chili par Santiago on s’est mis dans les starting-blocks à Mendoza dès que possible avant que le froid hivernal ne bloque complètement le passage.

Et dire qu’à la base on voulait traverser les Andes en Trek *snif snif*. Pour ceux que ça intéresserait il est possible de le faire avec une agence en 7 jours (compter 700 US$/personne). La traversée se fait à pied ou à cheval mais apparemment pas en hiver ! 😑

Le lendemain on se lève et on regarde le site de la gendarmerie qui actualise à 8h la liste des postes ouverts pour la journée. Banco, notre frontière est ouverte ! On fonce à la gare prendre un bus : en route vers le Chili !

Pour voir l’album photo entier c’est ici ! 🚲


NOS CONSEILS ET RECOS

Comme ça fait quelques semaines qu’on vadrouille, on a rôdé notre technique pour booker les logements. Pas la peine d’avoir fait science po pour réserver une chambre mais on vous la donne quand même :

1/ Allez sur Booking ou Trip Advisor et effectuer une recherche aux dates et emplacement souhaités.

2/ Filtrez les logements :

  • En fonction de votre budget. Perso on n’a jamais coché d’autres cases que la première tranche tarifaire 🙂
  • Note des commentaires : filtrer à “7 et +” sur 10
  • On coche souvent l’option “Petit déjeuner compris” mais c’est au choix

3/ Regardez l’emplacement (très important) : évitez de dépasser les logements à plus de 1 km du centre ou du quartier visé. Après 20 heures de bus vous n’aurez pas envie de vous taper 20 minutes de marche pour aller dans le centre.

4/ En option : croisez avec les lieux recommandés dans votre guide si vous en avez acheté un.

5/ En basse saison ne réservez pas en ligne et allez voir les auberges sélectionnées sur place pour prendre la température (propreté, ambiance) et négocier les prix : la demande est tellement basse qu’ils feront souvent une réduc’ pour remplir leurs chambres. En haute saison réservez une nuit pour être tranquille à l’arrivée et ajoutez des nuitées par la suite au besoin.

ATTENTION AVEC BOOKING.COM : Vous connaissez sûrement les pratiques commerciales agressives du site à base de pressing (“dernières chambres disponibles !”) et fausses bonnes affaires (“Offre de rêve”). Sachez que les infos sur le site sont souvent erronées. Pour les bonnes affaires : ils font passer les prix normaux pour des prix promo. Et si vous négociez directement avec l’établissement ils peuvent vous faire un tarif car ils évitent de payer une commission à Booking. Quant au pressing : à chaque fois qu’on a réservé les “derniers lits disponibles” d’un établissement on arrivait dans des hostels déserts, vides, walou ! Bref, méfiez-vous de ce qu’on vous raconte sur Internet (sauf sur notre blog 🙄).

Solutions alternatives :

Couch-surfing : Economique et idéal pour rencontrer des locaux. En revanche, moins facile quand on est à plusieurs.

Woofing : Travailler dans une ferme en échange d’un toit et des repas. C’est ce qu’on voulait faire au début du voyage mais le manque de temps nous a empêché d’en faire l’expérience… C’est qu’il faut être au moins disponible une semaine pour être accueillis. Dommage on aurait adoré faire ça. Ça sera pour une prochaine fois !

Airbnb : Certaines destinations sont parfois chères alors n’hésitez pas à faire une recherche sur Airbnb pour comparer. A Buenos Aires par exemple ça nous a bien servi !

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.