ETES-VOUS DES NANDI ?

ARE YOU NANDI WOMEN?

s0.2mdn���K�

De même qu’il ne peut pas vivre sans oxygène, l’homme ne peut pas vivre sans femme.
 Citation de Pierre Desproges ; Vivons heureux en attendant la mort (1983)

Vous avez surement entendu parler du Royaume Zoulou, vous avez comme moi regardé ce film relatant cet homme fort, beau à la belle peau foncée, brillante au soleil et un buste imposant lui donnant l’apparence d’un dieu : le Roi SHAKA ZULU !

Mais Savez-vous qui se cachait derrière ce personnage impressionnant ? Comment est-il devenu ce Roi qui d’une main de fer conduisit le peuple ZOULOU ?

Comme le dit l’adage, derrière un homme puissant se cache une femme d’autant plus puissante ou forte selon les versions. Cela sied à la perfection à son histoire car si nous avons pu avoir ce héros en Afrique c’est bel et bien grâce à NANDI une Reine Africaine hors pair.

Parmi les plus célèbres Reines guerrières en Afrique nous retenons Nandi pour sa puissance, son courage et sa persévérance couronnée de détermination. Mère du grand : SHAKA ZULU, elle s’est farouchement opposée aux colons qui esclavageaient les peuples du sud de l’Afrique. Elle éduqua son fils à l’art de la guerre.

Bien avant, elle fut rejetée par sa communauté par ce qu’elle n’était pas marié. La forte culture matriarcale en Afrique aidant, elle réussit à s’imposer dans cette société Zoulou.

Tout commence au 18 ème siècle lorsque le prince Senzangakona rencontre la fille du défunt chef de la communauté des Elengani : la princesse Nandi Bhebhe, qui était très connue dans la communauté pour sa beauté redoutable et courue par des multiples prétendants. C’est avec insistance, le jour où Nandi alla puiser de l’eau comme à son habitude à la rivière, que le prince l’a courtisa. Faignant de ne pas l’avoir vu, ni même entendu ce chef aux allures guerrière, Nandi lui répondit après que ce dernier ait à maintes reprises prononcé son prénom. Relevant la tête, elle lui fait comprendre qu’elle n’a pas de temps à accorder à ses plaisirs éphémères tout en lui obligeant de se présenter convenablement. Ce qui fut fait par le prince Senzangakona qui ne tarda pas de lui faire comprendre son attirance, et lui promet alors une relation sérieuse qui, aboutira à une union conjugale.

Pourtant lorsque Nandi est enceinte, malgré son grand amour, les conseillers du prince lui font comprendre qu’il ne peut épouser la princesse car primo, étant déjà marié à deux femmes et secundo, il est inadmissible dans la coutume zoulou de l’époque d’épouser une femme enceinte hors mariage cela représentait un grave délit. Obligé de se soumettre à la tradition, et motivé par la nouvelle de grossesse de l’une de ses femmes, le prince Senzangakona coupe tout lien avec Nandi. Abandonnée, seule avec sa grossesse elle devient un sujet de mépris dans sa tribu : les Elengani.

Une prétresse recueille Nandi et lui fait comprendre l’importance de l’enfant qu’elle porte en son sein, celui d’un grand guerrier, un chef zoulou qui révolutionnera toute la partie sud du continent africain. Nandi s’accroche à ses paroles et décide d’investir son temps et toute sa personne à la réalisation de cette prophétie.

Epuisée des rumeurs sur son fils illégitime, Senzangakona décide quelques temps plus tard d’épouser Nandi. Elle accepte, non seulement elle devient sa troisième épouse mais elle négocie le montant de sa dote, cette audace choqua le clan entier. Humilié, Senzangakona céda à sa faveur.

Cet affront coûtera cher à Nandi qu’il humilie au grand plaisir de ses premières épouses, lors de son quatrième mariage où il lui obligea de porter la calebasse d’eau à ses lèvres (celles du prince). Lorsqu’elle obéit il a pousse et la fait tomber à terre. Ne supportant pas cette scène, SHAKA, 6 ans, affronte son père en le menaçant de le tuer s’il ose s’en prendre de nouveau à sa mère.

Face aux menaces de Senzangakona, Nandi décide de s’en aller avec ses enfants (rappelant qu’elle eut une fille bien après SHAKA), et de retourner vers sa tribu les Elengani en dépit de l’accueil non chaleureux. Les insultes, coups bas, railleries, le rejet que subit son fils en permanence, qu’ils ont connues à la cours Zoulou reprennent de plus belle. Nandi est traitée comme une moins que rien, son orgueil fait d’elle la risée de tout le clan.

Elle quittera son clan lorsque SHAKA sera violemment frappé par les jeunes de la tribu et Nandi perdra sa mère dans ce long et pénible voyage, qui se termine par un accueil chaleureux du chef Dingiswayo de la tribu des Mthetwa qui, autrefois voulu épouser la jeune femme. Son amour pour elle ne s’éteignit point. Il lui redonna sa beauté, la soif vengeance ne tarda point.

Dingiswayo remarque le caractère courageux et les capacités guerrières remarquables de SHAKA. Il l’entraine dans son armée et sa renommée rayonne partout à tel point que son père décide soudainement de le ramener chez lui sans sa mère bien sûr car selon lui un étranger ne peut bénéficier du courage et des capacités de son fils. SHAKA accepte de le suivre mais avec une stratégie bien planifiée qu’il mettra en œuvre.

Une fois chez son père, il apprend très vite et Senzangakona, lui confie la direction de l’armée, ce que SHAKA refusa et déclara à son père qu’il reviendra arracher le trône de force et deviendra le prochain chef des armées Zulus. Abasourdi, le père face à l’insolence n’hésite pas à lancer un coup d’Etat imminent pour se venger de la mère.

A la mort de son père, on intronisa son demi-frère, avec l’aide de son beau-père. SHAKA crée son armée et tue son demi-frère puis accède au trône. Tout le peuple y compris toutes les personnes haineuses, celles qui lui avaient mené la vie dure à lui et à sa famille le reconnu comment le nouveau Roi légitime. Avec l’aide de sa mère, Il rétablit le matriarcat et donna le titre de « REINE MERE » à Nandi devant qui tout le monde se prosterne.

SHAKA initia plusieurs reformes à la fois militaires, sociales, culturelles, politiques ; il répartit véritablement les fonctions politiques et autres, en centralisant les pouvoir au sein de l’Etat Zoulou. Innova les tactiques de guerres, les conditions d’intégrer le peuple Zoulou sur la base d’une égalité totale, durcit la loi afin de reigner en seigneur et maître.

Après le décès de Dingiswayo vers 1818, il devient le chef de l’alliance Zoulou-Mthethwa suite au conflit sanglant contre les Ndwandwes et plusieurs autres contrées; on assiste alors à l’accroissance du royaume Zoulou. Il intègre les femmes dans l’armée, qui occupe le plus souvent les premiers rangs. Tout cela avec l’aide de sa mère.

On retiendra de NANDI, une femme sûre d’elle et de son destin, déterminée et courageuse. Elle fit d’un gamin de 6 ans, un redoutable Roi, respectant les femmes. Elle lui répétait sans cesse les paroles de la prophétie jour et nuit : « Mon fils sera Roi » une stratégie que toutes les mères devraient utiliser pour élever l’estime de soi de leurs enfants.

Aujourd’hui en Afrique du Sud, le nom Nandi fait référence à « une femme de très haute estime ». Courage à toutes les « NANDI » d’Afrique et d’ailleurs, ne lâchez rien tant que vos rêves ne se réalisent pas.

Show your support

Clapping shows how much you appreciated LE DOIGT SUR LES MAUX’s story.