Quoi faire quand je serai grand ?

J’aurais aussi pu appeler ce billet “du questionnement sur la suite de ma carrière professionnelle et comment répondre à cette question à la fois existentielle et matérielle”. Mais c’était un peu long…

Will I be a perfect business man ?

Voilà. J’ai 46 ans. Et je me demande depuis un peu plus d’un an ce que je vais faire dans la vie. Comme tous les quatre à cinq ans, en somme. J’ai envie de changement, d’aller explorer des contrées inédites tout en cultivant ce que je commence à identifier que je sais bien faire (développer ou réformer des entreprises, en résumant en cinq mots).

Reste à trouver le nouveau challenge qui me donnera envie de me lever le matin. Et donc j’ai commencé à parler de mon envie autour de moi. Et la même question m’a été opposée plusieurs fois : “mais tu cherches quoi ?”. Euh, le bonheur ?

Pendant longtemps, quand les gens me demandaient ce que je voulais faire professionnellement, je leur répondais des choses comme “découvrir, apprendre, m’amuser” ou “être utile”. Mais je n’avais aucune idée du domaine, du poste à occuper et de la manière de le trouver.

En un peu plus d’un an, j’ai fais les tests WAIS IV, MBTI, Motiva, Ubika (les deux derniers via l’APEC) et le Now-Here (une déclinaison de test pour managers inspirée du shamanisme). Avec tout cela, je suis bien plus au clair. Je n’ai pas encore tout bien assimilé à la manière dont on cherche un emploi dans ce pays, mais je sais déjà mieux ce que je cherche. Et je recommande chaudement les services de l’APEC, pour qui se pose des questions !

Bref, tout cela pour dire que, bientôt, des annonces officielles apparaîtront ici (et ailleurs) !