Quand l’inspiration revient pendant un show case

J’avais délaissé mon blog chapkattack.tumblr.com pour mille raisons. Les épreuves de la vie, le manque de temps, les priorités, le fait qu’un blog soit “has-been”… Mille raisons

La seule est que j’avais perdu l’inspiration

J’avais perdu mon #PierrotLunaire

Et aujourd’hui mon ami TéTé a fait un showcase avant sa tournée pour la sortie de son nouvel album

On va tout de suite évacuer les lieux communs: le mec sait écrire, diablement bien même. Le mec sait composer, de manière envoutante même. Le mec sait chanter, les voix comme ça il n’y en a pas 100, et le mec sait jouer de la gratte. Ca c’est fait

Mais surtout TéTé c’est l’Humanité au sens réel du terme. Etre chanteur pour lui a un sens et s’incrit dans un univers. Troubadour moderne et désuet tant le texte est cisellé et l’interprétation habitée. L’artiste est engagé mais pas démonstratif. Il n’est pas de ceux qui proclame un engagement mais qui émaille ses textes de convictions mais surtout de réflexions, il est de ceux pour qui un artiste ne démontre pas sa vision du monde mais n’a de cesse de s’interroger sur celui-ci et sur lui-même. Une pudeur affleurante qui te propose de t’interroger sur ta relation à l’autre, aux autres et à toi même.

Pas de culpabilisation sur les engagements que tu n’as pas mais une main tendue pour te reconnecter à tes émotions et à ce qui nous relie. Ce n’est pas le mec qui va se draper dans ses combats ou convictions pour te les imposer. C’est le mec qui commence toujours par te demander comment tu vas et qui attends une réponse.

TéTé c’est un artiste que tu suis au grés de ta vie et qui te soumets des pistes de reflexions sans prendre de postures. TéTé c’est un mec que tu suis sur scène pour que le moment prenne encore plus de sens

Voir TéTé sur scène c’est prendre ton téléphone en sortant pour appeler tes amis et leur proposer de se voir

Dans ce nouvel album, il t’emmene à la quête de ton #PierrotLunaire: ton âme d’enfant qui te permet de rêver, l’espoir en demain qui te donne envie d’écrire. On y retrouve l’empreinte des lemmings, des textes aigus et des mélodies vaudous, du grain dans la voix et du groove dans l’instru.

On y croise des blessures refermées et des questions sur le sens du “nous”, on y entends des propositions sur le “moi” et des sujets de revolte. sans jugements le tout est porté par une volonté de “ensembles”. Tu chantes et tu ris, puis tu sers la machoire avant que ton regard ne se perde au loin tandis que ta pensée cherche en toi. Tu communies en groupe ou tu l’écoutes dans ton salon. Certains textes referment des boucles que d’autres viennent rouvrir.

Le tout est mis en image par la main du mec et ses gribouillages qui occupent la couverture dans un auto-portrait tout en pudeur mais aussi autour des textes comme le formidable “Super Renoi” (pour ça tu devras acheter le Vinyl ou le CD)

J’ai donc retrouvé une part d’inspiration et pour cela je vais honteusement plagier cet odieux personnage

A mon TéTé, merci mec …

Ludo

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.