3 questions à …

Hélène Dehaese, talent libre lvdH, facilitatrice de santé et Fondatrice de www.brut-de-bonheur.fr

lvdH : Quelle relation entretenez-vous avec le silence : quelle place occupe-t- il dans votre vie ?

Hélène : Je vis au quotidien avec un acouphène qui a développé chez moi une certaine sensibilité au bruit. Donc, d’un point de vue purement physique, c’est une relation parfois complexe avec un besoin de silence qui n’en est plus tout à fait un du fait du bourdonnement.

Le silence n’occupe pas de place particulière dans ma vie. Pour autant, je n’ai pas peur du silence. Dans le silence, je peux communiquer où entrer en relation autrement. Le mental peut alors s’éclipser.

lvdH :Que vous apporte le silence dans votre environnement professionnel ?

Hélène :Le silence est un formidable libérateur de parole. Dans une relation d’accompagnement telle que je peux les vivre dans mon cabinet de naturopathie, j’ouvre des espaces de silence souvent très appréciés : le temps se suspend, on souffle, il n’y a pas d’obligation de verbalisation, le silence peut être intérieur, on prend le temps.

J’utilise aussi le silence comme un temps d’intégration lors de séminaires ou d’ateliers. Je propose de vivre une expérience qui fait appel au mental, au corps et aux émotions et ces temps de “redescente en soi” sont indispensables pour ancrer l’expérience.

Les temps de silence sont aussi des temps de ressourcement personnel, comme un plongeur en apnée qui descendrait palier après palier dans les profondeurs.

lvdH : Quelle est la dernière fois que tu as convoqué le silence ? Peux-tu nous raconter pourquoi, comment, dans quelles circonstances ?

Hélène :Un membre de ma famille nous a quitté récemment et j’ai eu besoin de me plonger dans le silence pour me recueillir et le saluer une dernière fois.

lvdH : merci Hélène et bon vent à toi !
One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.