Je n’ai plus aucune excuse de ne pas être qui je veux être

Aujourd’hui, je suis libre. Ça m’a un peu frappé comme ça, je ne m’y attendais pas.

C’est comme un interrupteur. On, off. T’es libre, t’es pas libre. Et là, je suis libre…

Je n’ai plus aucune excuse de ne pas être qui je veux être.

Et putain, ça fait peur.

Avant, j’avais l’excuse de… ‘pas le temps’. Soit j’étais salariée, sois je développais mon activité, et un moment de distraction signifiait que des choses qui devaient être faites ne l’étaient pas. Aujourd’hui, j’ai une équipe derrière moi, super au taquet, avec une folie collective de dingue ! Pas d’excuse.

Avant, j’avais l’excuse de…’pas l’argent’. Ben en fait, là je l’ai, l’argent. Et j’ai des moyens de le gagner en automatique, sans trop me casser la tête. Je pourrais partir un mois que l’impact serait marginal (soit quand j’ai un programme qui tourne en live, comme maintenant ^^).

Avant, rester à Paris était nécessaire ou préférable, pour un tas de raisons. Eh puis, d’événements en événements, chaque raison s’est débloquée et est devenue moins cruciale. Notamment, une chose que je n’avais pas avant, c’était assez de temps et de sous… pour venir à Paris quand je le souhaite, peu importe où j’habite. Mince alors !

Une vie avec contrainte c’est tout de même plus facile. Ben oui, tu fais pas vraiment ce que tu veux, mais… c’est pas ta faute. Tu peux blâmer le monde entier, et on te donnera raison. Comme c’est reposant. Alors tu peux rêver tranquillement dans ton coin. Personne ne va te demander d’y aller, là tout de suite, de foncer… parce que tu comprends il y a… ça, ça et ça qui t’en empêchent. Au contraire, on va te dire : « c’est cooooool, prends tout le temps qu’il te faut. »

Sauf que les excuses, même avec toute la bonne volonté de les garder, elles finissent par se casser la figure une à une. Toi aussi, tu as des excuses qui ne tiennent plus trop. Tu le sais, je le sais, TOUT LE MONDE LE SAIT ! Arrête de faire genre !

Maintenant…. Maintenant quoi ?

Ce que je croyais impossible et difficile devient la norme. La base quoi.

Non mais sérieux, le mois dernier, nos clients nous ont fait confiance à hauteur de plus de 20 000 euros. (revenu cash ttc du mois). Je peux payer une équipe de 3 personnes à mi-temps + moi de plus en plus généreusement car on a décidé (ok, j’ai décidé, les filles je vous mets au courant par la même occasion) que maintenant 20K, c’est la base. Et que 100K doit devenir la norme d’ici la fin de l’année. Voilà !

Moi qui rêvais d’aller à New York City, depuis ces soirées à regarder Sex and the City, puis Gossip Girls, et un peu en passant Gilmore Girls (ne PAS juger mon choix de séries), j’ai pris un billet + un aribnb pour partir à la fin du mois, sans même broncher des yeux. (on va pas se mentir, avoir un peu de sous, c’est cool quand même).

Eh puis, comme j’ai une équipe derrière, on peut rêver à des projets super grands, une appli, une fondation, des écoles, une franchise, ahhh, sky is the limit!

TELLEMENT de liberté ! Putain, ça fait peur !

(je sais que je l’ai déjà dit, mais je le répète).

On fait quoi, avec ça ???

Eh bien…

Avec ça, je dois…

Choisir.

Décider.

Pour moi.

Pour toutes les situations où je me faisais rassurer, protéger, chouchouter par mes limites, en mode ‘ce serait cool mais… ah c’est dommage, je peux pas’ (soupire derrière en mode : on peut me pardonner de ne pas suivre mes rêves, fiouuu) je dois maintenant choisir, décider, affirmer.

Accepter mes envies, et finalement, dire…

Dire, ça je veux.

Dire, ça je veux pas.

Et aussi devenir super badass en mode : ÇA, ça ne doit plus être dans ma vie !

Lyvia Yoncé dans la place !

(ça se voit qu’une révolution est en cours… il parait que je suis un Phoenix de feu 😉

Je peux, je dois, tout recréer, tout décider.

Et je ne sais PAS tout.

C’est une bonne excuse : je ne sais pas ce que je veux, miiiiince, du coup je peux être paralysé, c’est pas grave.

ERREUR.

Parce que regarde…

JE ne sais pas tout, mais je sais des choses, et je peux me raccrocher à ce que je sais.

Je sais que je suis écrivain, et que c’est ma vie (ouf)

Je sais que je trouve gagner de l’argent hyper fun (ça c’est pratique ^^)

Je sais que mon message est important et que c’est ma responsabilité de le faire passer (yes)

Je sais aussi que je veux habiter à Stars Hollow (c’est une ville qui n’existe pas, certes, mais pourquoi se poser des limites ^^)

Et toi aussi, tu SAIS des choses. Peut-Être pas tout. Mais tu SAIS. Fais pas genre.

Et avec ce que tu sais, tu peux commencer, tu peux naviguer dans une direction. Tu peux, comme moi, choisir n’importe laquelle, celle où il y a de la lumière, et avancer tranquillement, en mettant un pas devant l’autre.

Vaille que vaille !

Etre toi suffit.

Confiance et action.

Oui, toutes mes taglines.

Et on fonce.

Lyvia, libératrice du feu (et aussi, phoenix du feu ces temps çi).

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Lyvia Débloque’s story.