Lis ceci si tu as besoin de force : le moment que tu attends va arriver. D’ailleurs, il est déjà là.

Le phœnix de Feu sur mon bras n’est pas qu’une métaphore. 
Depuis le début du mois, même si vous m’avez beaucoup vu, j’ai peu créé. Je suis restée tapie dans mon antre à écrire et méditer et révéler. Avec la confiance que mon business fera aussi bien voire mieux que le mois dernier car ma nouvelle affirmation est… je gagne de l’argent en existant :-)
J’écris et des choses se révèlent.
La sensation que jusque là, tout ce temps, j’étais en train de m’échauffer, préparer le terrain, et que les choses sérieuses commencent.
NYC m’aide à prendre du recul, faire Le tri, redéfinir, re-choisir, reconstruire.
La sensation que tout mon business jusque là était pour me préparer à la suite : un impact encore plus fort et plus puissant, via mon message, ma visibilité, mon impact.
Ca me fait parfois ça… la sensation de n’avoir que gratté la surface. Et puis je creuse encore… et je vois que non… c’est ENCORE la surface. C’est dingue tout ce qu’il reste encore à révéler.
Alors il y’a des choses qui vont changer. Encore. Et toujours.
Et ce nouveau virage va marquer une nouvelle ère, je le sens. La fin de la transition et le début de la construction.
Hier, j’ai eu un petit moment de relâchement. Vous voyez je fais très attention à mon état d’esprit, mes sensations, mes intuitions. Je suis très présente à tout cela toute la journée et je débloque constamment, continuellement les nœuds.
Et hier je me suis dit, une demi-seconde, sous la douche si vous voulez tout savoir… et si j’envoyais cette histoire d’alignement et d’état d’esprit et de Flow valser ? Si j’abandonnais l’espèce d’engagement que je me suis fait à moi même et que je retombais dans l’insouciance d’avant, avant quand je me laissais un peu porter par la vie dans Zombieland. Quand je n’avais pas conscience que je pouvais choisir et décider. Quand je faisais les choses un peu par angoisse et par peur et pas en conscience. Ce n’est pas super sain mais c’est tellement reposant. Ca doit faire ça des fois à Serena Williams. Fuck le tennis.
Et je crois que c’est ok de se laisser aller à ca de temps en temps. À juste abandonner l’idée qu’on veut une super vie et qu’on s’aligne pour, et s’affaler devant une série avec un pot de Haggen Dazs au chocolat à ne PAS pratiquer la zenitude et le détachement et à juste se… réconforter un peu. Je pense que c’est ok, de ne pas toujours être en train de reformuler ses pensées en mode : oui, tu es assez bien, oui tu y arrives, oui, tu décides. Et se laisser un peu aller à un peu de complainte et de négativité et d’anti-lâcher prise. Je suis sûre que Serena mange parfois des Haggen Dazs au chocolat.
Mais ce qui te fait sortir de ça c’est te rappeler que… wow, purée ! Tout le temps que tu as passé à avoir un meilleur état d’esprit, à t’écouter, à ne PAS t’affaler avec le pot de glace sur le canapé…. eh bien ça t’a apporté une putain de dose de bonheur !
Au point où tu peux marcher dans la rue avec une putain de dose de bonheur. Au point où tu te tiens plus droite. Au point où tu te dis que bien sûr que le mec que tu kiffes peut te kiffer aussi, why not. Au point où tu es capable de rêver grand pour ton business.
Je l’avoue — choisir une vie en phase avec ses envies et ses valeurs n’est pas la voie ‘facile’ car on ne peut pas se laisser porter sur un tapis roulant et laisser les gens choisir à notre place.
Ceci dit, par cette espèce de prise de conscience quotidienne, tu as la possibilité de chaque jour vivre la vie que tu veux VRAIMENT. Celle dont tu as rêvé.
Si je m’étais laissée porter sur le tapis roulant des zombies, je serais probablement aujourd’hui Manager dans un cabinet de conseil, à gagner en un an ce que je gagne maintenant en un mois. Ce serait cool mais…
Je ne serais pas en train de vous écrire ça dans un café de Manhattan après avoir mangé un délicieux burger végétarien (je ne serais probablement pas végétarienne),
Je ne me sentirais pas légère et excitée à l’intérieur, avec cette sensation que l’on a quand on est à la porte de quelque chose de nouveau.
Je ne serais pas en train de chatter avec mon équipe du lancement en cours et du dernier crush de l’une ou de l’autre.
Je ne serais pas en train de passer 3 mois à NYC ‘juste’ parce que je peux.
Et surtout…
Je ne serais pas heureuse.
En fait je n’aurais aucune idée de ce qu’est vraiment le bonheur.
Et aujourd’hui, je peux le dire. Même si ça me demande d’être vigilante sur mes pensées et mes intuitions, et même si cela me demande d’agir en cohérence, souvent hors de ma zone de confort, je peux affirmer que je suis heureuse.
Je connais le bonheur.
La boule d’anxiété que j’ai traîné depuis mon plus jeune âge eh bien… elle fond. Je me sens bien. Je me sens en forme. Je me sens fière de ce que j’ai accompli.
Je crois que j’ai atteint ce moment qui me faisait rêver il y a deux ans : celui où je ne m’inquiète plus. Plus trop en tout cas.
Je ne m’inquiète plus de l’argent.
Je ne m’inquiète plus de mon business et de ce que je crée.
Je ne m’inquiète plus de l’amour.
Je ne m’inquiète plus de tout cela car je comprends que…
J’ai toute la richesse en moi.
Tout ce que je suis en train de recevoir est en fait déjà là.
Je l’autorise, seulement.
Et oui, peut être que ce sentiment va bouger dans les jours, heures, minutes qui viennent. Mais à l’instant précis. Je me sens bien et je voulais le partager avec vous.
C’est une habitude que j’ai prise il y’a quelques mois, de faire pause quand je vais vraiment bien, et de me dire : là, je me sens bien.
Et je vous envoie de cette énergie aussi. À cet instant précis, quand vous lisez ceci, prenez une profonde respiration et rendez-vous compte que…. ça va. Malgré tout, ça va. Vous lisez, vous grandissez, et le meilleur est à venir.
Dans le moment présent, on va toujours bien, dit Julia Cameron.
Je vous souhaite de Le vivre pleinement.
 
Lyvia,
Libératrice du Feu

PS : aujourd’hui mes revenus viennent principalement de mes programmes en ligne, même si cela va changer suite à ce que je viens de vous écrire. Un business en ligne c’est super cool, mais mon Dieu comme ça peut être galère !
Techniquement je me suis arrachée les cheveux à trouver un système qui puisse soutenir notre croissance et être assez complet pour que nous ayons tout sous la main.
Comme vous le savez, j’ai aussi beaucoup travaillé sur mon état d’esprit.
Et aujourd’hui, je veux vous accompagner à faire la même chose : lancer votre business en ligne de A à Z, en regardant l’aspect technique (promis après ce sera facile) ET l’aspect état d’esprit !
Tout cela grâce à mon programme BabyPreneur !
BabyPreneur réouvre ses portes pour 3 jours seulement : https://lyviacairo.com/babypreneur2/
Internet est un moyen magnifique de créer sa richesse sans se poser de limites. C’est le moment pour toi.

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Lyvia Débloque’s story.