Guerre

(source)

Les hommes sont d’accord pour dire qu’ils n’aiment pas la guerre. Alors, pourquoi la font-ils avec tant de passion ?

Les hommes sont aussi d’accord pour dire que la paix est un état bien plus vénérable, digne d’être aimé.

Que penser du raisonnement suivant : nous devons faire la guerre pour avoir la paix. Même le pire mari trompant sa femme (ou l’inverse) n’oserait employer un aussi absurde raisonnement : “je t’ai trompé parce que je t’aime”.

Pour avoir la paix, il n’y a d’autre moyen que de faire la paix. Et la première chose avec laquelle nous devons faire la paix, c’est la guerre. Faire la paix avec la guerre, c’est avouer que nous aimons la guerre, que nous aimons nous battre, nous confronter.

Cela rendra le conflit “Paix vs. Guerre” plus sain, plus sensible, plus complexe. Si nous avouons que nous aimons la guerre, nous aimons notre adversaire, nous lui donnons une existence, une place, une possibilité. Nous pouvons essayer de le comprendre grâce au dialogue.

Dans ce monde plein de dualités : homme/femme, enfant/parent, jour/nuit, bien/mal, tout est conflit qui dort. Mais alors, si tout est conflit, la paix existe-t-elle ?

Non, elle n’existe pas. Si la paix n’existe pas, la guerre non plus n’existe pas. Car ces deux mots n’existent que dans les yeux de leur contraire.

Un monde sans paix est un monde sans guerre. Ce monde serait moins simplifié, moins manichéen, plus complexe, plus nuancé.

C’est la différence entre un monde où il n’existe que le jour et la nuit, et un monde qui prend en compte l’aube, l’aurore, le zénith, le crépuscule.